Cet enfant que nous ne bercerons pas

empty baby crib

J’ai la chance d’être la maman de deux magnifiques enfants. La vie m’a gâtée. Et elle m’a d’autant plus gâtée le jour où tu nous a rejoints. Tu as su être un beau-père extraordinaire, attentionné, présent et aimant.

Nous avons fait ce que tous les nouveaux couples font; acheter une maison, voyager,  s’aimer. Et est venu le jour des grands projets, ceux dont tous les couples rêvent… avoir un bébé et se marier. Le premier étant plutôt facile à réaliser, nous nous sommes mis immédiatement à la tâche. Je savais que je tomberais enceinte rapidement, j’avais ce bagage qui me permettait de le croire. Je n’avais aucun doute que je pourrais t’offrir le plus beau cadeau de la vie : te faire appeler papa.

Les premiers mois d’essai ont été formidables, nous vivions dans l’attente continuelle d’un petit plus sur un simple bâton de pipi, mais qui changerait notre vie. Nous étions en plein processus de fabrication d’une petite merveille du monde. Les mois ont passé sans que rien ne se passe. Et puis, une simple visite chez le docteur a tout fait basculer. Les mots étaient insoutenables dans mon esprit : je ne pourrais pas te donner l’enfant dont tu rêves. Mon corps ne le voulait plus.

J’ai dû renoncer à mon rêve, celui qui m’habite depuis le premier jour où je t’ai rencontré, de mettre au monde ton enfant.  Par contre, je suis fière. Fière de dire que tu pourras laisser une partie de toi à travers mes enfants, leur donner un peu de ce que tu aurais donné à cet enfant que nous ne bercerons jamais. Fière de voir dans leurs yeux tout l’amour qu’ils te portent jour après jour. De te voir t’investir et t’épanouir à leurs côtés, en étant un papa, à ta façon. Ils ne t’appelleront jamais papa, c’est vrai. Mais dans ta façon à toi, tu seras toujours leur phare, leur repère, celui qui traverse les tempêtes pour leur petit bonheur. Leur petit cœur d’enfant te sera toujours reconnaissant d’être celui que tu es.

Mon cœur de femme t’aimera toujours et te remerciera à jamais d’être l’homme que tu es et de donner un second souffle à notre famille. De la faire grandir chaque jour, d’y mettre tout ton cœur et ton âme et d’aimer mes enfants comme tu aurai aimé ce petit cœur qui ne battra jamais. Tu n’auras jamais ton nom sur ce document officiel qu’on appelle «certificat de naissance», mais tu auras ton nom gravé sur leur cœur pour toujours et ça, ça compte encore plus que tous les papiers du monde.

Parce que dans mon cœur et dans le leur, tu es un papa.

Audrey Latour
AUDREY LATOUR/td>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *