À toi qui as des gros seins

woman

Des filles qui s’aiment et se trouvent parfaites, y’en a pas.  Y’en aura jamais.  JAMAIS.  On a toutes un p’tit quelque chose qu’on voudrait changer.  Les cheveux raides veulent des frisettes, les grandes veulent être petites, et les p’tits seins en veulent des gros.

Toi, t’as des gros seins, et tu les trimbales avec toi depuis l’adolescence.  T’as marché le dos courbé longtemps à la polyvalente pour que ça paraisse le moins possible, mais disons que c’était dur à manquer.  T’en as entendu des niaiseries, c’était blessant pour une ado qui se cherche, qui doute de tout.  Au cégep, c’est soudainement devenu un atout…  t’as vite réalisé que les gars qui t’avaient affublée de tous les surnoms possibles et imaginables quelques années plus tôt le regrettaient amèrement, car t’avais des courbes que les bonnets A t’enviaient.

Pour tout dire, c’est une vraie nuisance… tu ne faisais pas de jogging parce que la gravité te fait r’voler ça de haut en bas sans arrêt (maintenant, avec une brassière sport qui frôle le 100$, ce n’est plus le cas).  Acheter une chemise?  Impensable, faudrait ajouter 3-4 pouces au buste pour que tu réussisses à l’attacher.  Parce que oui, la mode considère que si tu portes du D ou plus, tu es nécessairement overweight ou bâtie sur un frame de 10 roues.  Ben non, tu as tout ce qu’il y a de plus normale comme taille… sauf que t’as des grosses boules.

Puis tu tombes enceinte, et ça devient une tablette gênante.  Le mythe de la femme qui installe son bol de chips sur sa généreuse poitrine, c’était ta réalité.  À la montée de lait, ça s’est transformé en pastèques ces affaires-là en plus de faire mal, et y’avait pas de feuilles de chou adaptées!  Et là, essaye d’allaiter ta p’tite princesse quand t’as presque pas les bras assez longs pour bien la positionner!  Mais madame, vous êtes chanceuse, en plus vous avez beaucoup de lait te disait l’infirmière…  Ah ouin, tu veux ma place???  La consultante en allaitement a même voulu te patenter un support à boules avec un bandage élastique pour te faciliter la tâche… heille, ça va faire!!!

Après ton deuxième bébé, tu as pris les grands moyens pour éliminer les kilos restés des grossesses.  Pour la première fois de ta vie, t’as perdu des seins.  T’avais maintenant encore une poitrine généreuse, mais tout à coup, y’avait plein de peau en trop.  T’avais l’air d’avoir les seins d’une mamma de 70 ans qui a allaité 28 enfants… à même pas 30 ans!  Découragée, tu essaies de faire passer une chirurgie sur la p’tite carte soleil, tu pleures un peu question de convaincre le chirurgien que ta vie en dépend… et là, verdict troublant : tu n’en avais pas assez à enlever… What???  T’as donc investi dans ton bonheur ton bonus annuel et tu as été au privé.  Et là… t’as un peu choké.  Tu as tout fait replacer à la bonne place, mais pas de réduction.  Avec le temps, tu avais appris à vivre avec, à les mettre en valeur sans tomber dans la vulgarité, à te sentir belle et désirable aux yeux de ton chum, à assumer cet élément de ta féminité.  T’as appris à les aimer, un jour à la fois.  Ton chum a toujours trouvé ça plaisant, disons qu’il en a plein les mains, et plus!  C’est un p’tit plaisir de la vie selon lui (toi, tu dirais un plaisir débordant, chacun son point de vue).  Mais il ne se passe pas une journée sans qu’il te dise que tu es belle et que tu es la femme de sa vie.  Lui te trouve parfaite, et maintenant, ça te suffit!

Sophie Métivier
SOPHIE MÉTIVIER

Une réflexion sur “À toi qui as des gros seins

  1. Nelson Roy Répondre

    À quand une chronique « À toi qui a un gros cul » ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *