À toi, la future maman

pregnant woman happy

Je te vois te flatter la bedaine avec des étoiles dans les yeux. Pour toi, la venue de ton p’tit est officiellement la plus belle chose qui va arriver dans ta vie pis t’as ben raison. Sauf que ta vision de la maternité est teintée de couleurs toutes plus pastel les unes que les autres. Qu’on se comprenne bien, loin de moi l’idée de péter ta bulle pis de briser le moment. La grossesse, l’accouchement pis la vie de mère, c’est magique. Mais c’est pas rien que ça. Ça fait que voici deux trois petites choses que j’aimerais que tu saches. Pas pour te faire peur. Juste pour te préparer à ce qui s’en vient. Après, tu seras bien libre d’en faire ce que tu veux pis de retourner sur ton gros nuage rose bonbon.

La grossesse c’est beau, mais c’est aussi long par petits bouts. Pis ça se peut que les hormones te réussissent pas aussi bien que les films Hollywoodiens t’y ont préparée. Ça se peut qu’elles te sacrent à terre ou qu’elles fassent de toi un personnage monstrueux, une capotée du ménage ou que ton chum se mette à te tomber solidement sur les nerfs sans que tu comprennes trop pourquoi. Ça se peut aussi que t’en aies ton casque de traîner ta bedaine partout, de ne plus pouvoir te raser les jambes pis d’avoir envie de pipi quarante-huit fois par nuit et que tu te sentes comme une baleine échouée en permanence. C’est normal. Mais même si t’as l’impression que ton rêve se transforme peu à peu en cauchemar, perds pas de vue que tu portes la vie pis que dans peu de temps (je sais, quatre semaines c’est long quand on en est à trente-six), tu vas rencontrer ton petit pis ta vie telle que tu l’as connue jusque-là va changer du tout au tout. Ça fait qu’entre deux pipis, accepte que la grossesse, comme tout le reste, c’est pas quelque chose qu’on vit en gambadant chaque jour pis essaie quand même de profiter du moment parce qu’il ne repassera pas.

L’accouchement, c’est probablement ta hantise. Ou le moment de délivrance que t’attends comme un enfant la veille de Noël. Dans tous les cas, tu peux te pratiquer à respirer, regarder trois cent soixante-dix-huit vidéos d’accouchements (évite ceux de césariennes) ou détailler un plan de naissance en quarante-huit points si ça te rassure. Mais la vérité, c’est que personne ne peut prévoir comment ça va se passer. Évite de te créer des attentes outre celle de rencontrer ton p’tit pis garde en tête que tout ce qui compte, c’est que tout le monde s’en sorte en santé. Ce moment-là sera le plus beau de ta vie et tu ne l’oublieras jamais, peu importe le chemin que tu prendras pour mettre ton bébé au monde. Pis si tu ne ressens pas un grand sentiment d’amour t’envahir quand ton regard croisera le sien la première fois, ne panique pas. Des fois, l’amour a besoin de prendre son temps. Mais ça va aller. Promis.

Les premières semaines ne seront probablement pas à l’image de ce que tu te figures. S’adapter à la réalité de vivre avec un bébé naissant et en prendre soin vingt-quatre heures sur vingt-quatre, c’est dur. Surtout quand le manque de sommeil embarque dans la game. Pis il va assurément embarquer. C’est possible que ton souvenir des premiers instants avec ton p’tit chez vous soit quelque chose de flou quand tu essaieras de t’en rappeler, une couple de mois plus tard. Mais même si tu seras très souvent au bout du rouleau, que tu réaliseras qu’on ne peut pas mourir du manque de sommeil, ton bébé qui ne va que boire, faire caca, dormir et pleurer en permanence te comblera d’un bonheur qui va te dépasser, qui va te combler et dont tu ne pourras plus jamais te passer. Et c’est ça qui va te permettre de passer à travers cette période d’adaptation-là. S’il t’arrive de te remettre en question, de croire que les choses ne s’amélioreront jamais ou  d’avoir envie de te sauver dans le sud, ne t’en fais pas. Tu n’es pas une mauvaise mère. Tu vis ce que pratiquement toutes les mères ont vécu avant toi, mais dont elles se vantent rarement. Appelle ta mère. Demande-lui de garder une couple d’heures pis va prendre un bol d’air ou fais une sieste. Ça va passer. Promis.

Au fur et à mesure que ton p’tit va grandir, tu vas vivre les plus grands moments de bonheur de ta vie, mais tu vas aussi connaître des périodes de crissitude absolue, tu vas parfois sentir l’impatience te ronger pis tu vas secrètement souhaiter pouvoir prendre un break. Ne te sens pas mal de ça. C’est normal. T’es un humain, pas un robot. Il y a des limites à ce qu’une personne peut s’imposer pis la perfection ne fait pas partie des choses que tu devrais espérer atteindre. Parce que tu n’y arriveras pas et parce que ça va te rendre malheureuse. Fais juste de ton mieux. Au mieux de tes connaissances et de tes humeurs. Reconnais tes limites et apprends à ne pas les franchir. Pis rappelle-toi en tout qu’il n’y a pas meilleure mère que toi pour tes p’tits. Promis.

La maternité est à l’image de la vie, avec ses hauts et ses bas. Pis depuis des années, on insiste tellement rien que sur les hauts qu’en tant que mère, on se sent souvent mauvaises et coupables d’être confrontées aux bas. Mais ils sont inévitables pis c’est ben correct de même.

Pis si tu peux mettre ça dans ta pipe, ta vie de maman va être une expérience merveilleuse.

Je te souhaite la plus incroyable des vies de maman. Parce que c’est ça qui t’attend. Promis.

logo parfaite maman cinglante

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *