Je ne veux plus être ta maîtresse

indifelity concept

J’ai bien essayé.  J’ai même cru y être parvenue.  Je me suis dit que si ce n’était pas moi, ça en serait une autre.  Que t’avais simplement besoin d’une escapade pour poursuivre ta vie bien rangée.  Ta vie parfaite.  Que ton couple et toi aviez peut-être juste besoin d’aller voir ailleurs pour vous prouver qu’il était plus fort que ça et que finalement, il choisirait le confort rassurant à la passion éphémère, l’amour véritable à un simple feu de paille comme le nôtre.

L’espace d’un instant, j’ai cru avoir pris le dessus sur ma conscience.  J’ai cru lui avoir tellement parlé qu’elle s’était tue.  J’ai cru qu’on pourrait batifoler sans en payer de mes nuits emplies d’insomnie.  J’ai cru que je pourrais effacer de ma tête le visage si doux et aimant de celle qui partage ta vie depuis des lunes.   Je me suis fait croire que je lui rendrais peut-être service et qu’elle m’en remercierait même peut-être un jour.

Mais la vérité, c’est que je n’y crois pas.  Et que je refuse d’être la briseuse de ton couple et de ta vie.  Je refuse d’être l’erreur que tu regretteras un jour.  Celle que tu ne pourras pas effacer.  Celle qui te décevra et te détruira un jour.  Je refuse que ta femme se couche le soir en me haïssant, en me maudissant, sans même me connaître.  Parce que je lui aurai tout pris, et ce, sans même le souhaiter.  Je refuse que tes enfants t’en veuillent d’avoir explosé votre cocon familial pour moi et d’avoir brisé leur image de la famille heureuse.  Je refuse que tu deviennes un paria aux yeux de ceux qui t’aiment tant et que tu aimes tellement.  Je refuse que ton entourage te juge et te demande ce qu’il t’aura passé par la tête.  Je ne peux pas accepter que tu sois perçu comme celui qui aura perdu la raison pour une autre.  Qui aura tout brisé pour moi.

Parce que cette autre femme, si tu savais comme je l’ai jugée.  Si tu savais comme il m’est arrivé de la détester lorsque des gens de mon entourage l’ont affrontée.  Tu n’as aucune idée de tout le mépris que j’ai pu éprouver envers cette autre.  Je ne peux pas et ne veux pas devenir celle qui m’a souvent fait pitié, celle que j’ai dédaignée et que j’ai trop souvent eue en horreur.

Comprends que je ne peux être celle que tu souhaiterais me voir devenir.  Comprends que ce n’est pas moi.  Comprends que je ne pourrais plus affronter mon reflet dans le miroir si je franchissais cette barrière.  Je sais que j’en viendrais à me détester moi-même et que j’irais jusqu’à me perdre complètement dans un mode de vie qui n’est pas le mien.  Je sais que les remords me grugeraient de l’intérieur et que jamais je ne pourrais apprécier ce que tu tentes de m’offrir.  Je sais que je serais incapable de me laver de la honte qui m’accablerait et que j’aurais honte d’être devenue cette autre femme.

Je suis convaincue qu’il viendra un jour où tu me remercieras de t’avoir protégé de ce qu’on aurait pu être.  Parce que, pour un million de raisons, ça ne nous rendra jamais heureux toi et moi.

Alors, je t’en prie, rentre chez toi.  Éloigne-toi de moi, de nous.

 

La Collaboratrice dans l'Ombre
LA COLLABORATRICE DANS L'OMBRE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *