7 choses que tu n’avais pas prévues en ayant des enfants

mother with kid potty train

Quand tu es enceinte, tu te prépares lentement mais sûrement à la maternité. Tu t’attends à manquer de sommeil, à avoir de la misère à allaiter pis tu sais que tu vas avoir pas mal moins de temps pour toi. Mais v’là une couple d’affaires que tu n’avais assurément pas prévues de ta vie de mère avant d’avoir des enfants

#1  Le temps de préparation pour aller quelque part

Avant d’avoir des enfants, ça te prenait cinq minutes top chrono pour te préparer à sortir. À c’t’heure, une simple sortie dans un magasin à grande surface ou chez McDo nécessite un minimum de trente minutes de préparation, le temps de faire le sac à couches, de rappeler aux p’tits de s’habiller et de se brosser les dents pour la quarante-deuxième fois, de faire la tournée des pipis, de faire ton stock de provisions de collations et de serviettes humides pis de faire rentrer le plus vieux pour un caca impromptu quand tout le monde est prêt à partir. Jamais au grand jamais tu n’avais pensé à ça.

#2  Le prix de l’épicerie

T’as bien pensé que le lait allait te coûter une beurrée suivant la naissance de ton petit, mais ton raisonnement s’était arrêté là. Sauf qu’une couple d’années plus tard, de semaine en semaine, tu réalises que la facture devient de plus en plus salée à l’épicerie. Force est d’admettre que ta vie de célibataire et ta vie de couple te coûtaient pas mal moins cher que ta vie de famille. Il faut dire que tu étais moins forte sur les fruits pis les légumes dans le temps pis que le steak haché coûtait peut-être moins cher. N’empêche que plus tes p’tits vieillissent et plus la facture monte. Pas besoin de te dire que t’en as vu le premier peak quand les petits ont commencé l’école et que t’as dû te mettre aux lunchs et que tu appréhendes déjà l’adolescence quand ils vont passer leurs grandes journées la face dans le frigidaire. Te reste juste à prier pour qu’ils n’aillent pas à l’université si tu veux prendre ta retraite un de ses quatre.

#3  Les discussions avec tes p’tits

Enceinte, tu rêvais déjà du moment où ton p’tit allait dire ses premiers mots. C’est cute. Ce dont tu n’avais pas rêvé, c’est du nombre incalculable de discussions plus louches les unes que les autres que tu allais avoir avec ta progéniture sur différents sujets. Comme l’importance de ne pas mettre ses doigts dans ses divers orifices en public et d’éviter de traiter les gens de « gros » ou de « laids » en les pointant, la fameuse discussion sur la conception des bébés ou celle où tu lui as expliqué que mettre l’eau du bain dans sa bouche revenait à manger son caca.

#4  Que tu te transformerais en Cendrillon dans ses haillons

On t’avait bien dit que tu allais faire plus de lavage avec des p’tits. Ce qu’on ne t’avait pas dit, c’est que tu allais avoir l’impression de passer le plus clair de ton temps à torcher en arrière de ton chum et tes enfants. Vaisselle sale, bas qui traînent, brassées de foncé, jouets laissés en plan sur le plancher du salon, taches douteuse sur le plancher de la cuisine, bain crasseux, souliers pleins de bouette, name it. De quoi virer folle en chantant avec tes amis les oiseaux imaginaires comme Cendrillon et ses haillons dans tes pantalons de yoga à la journée longue.

#5  Que voir ton enfant faire caca dans le pot et faire des bonhommes avec des jambes pouvaient être le highlight de ta journée

Bien avant la naissance de ton premier, tu avais réalisé l’importance de profiter des petits bonheurs de la vie. C’est devenu d’autant plus concret quand le highlight de ta journée a été d’apercevoir le premier caca dans le pot de ton p’tit, de recevoir le plus beau bonhomme avec des jambes que tu avais jamais vu de ta vie ou d’entendre ton enfant compter jusqu’à dix pour la première fois. Tu savais que ces moments-là te rendraient heureuse, t’sais. Mais tu ne t’étais clairement pas figurée à quel point. Sinon, tu te serais probablement questionnée sur le maintien de ta santé mentale.

#6  Que cinq minutes dans le char était vraiment un moment de liberté sans pareille

Quand tu laisses tes p’tits à l’école et à la garderie et que tu rentres dans ton char pour te rendre au bureau ou revenir à la maison, ça t’arrive probablement de fermer les yeux et de savourer le moment. Ça fait dix ans que tu te rends travailler en char sans trop profiter du moment en ayant plutôt hâte de revenir chez vous le soir. Si quelqu’un t’avait dit que ces quelques minutes de tranquillité et de liberté allaient te devenir aussi salutaires qu’indispensables, tu ne l’aurais pas cru.

#7  Que tu pourrais trouver normal d’avoir de la compagnie à la toilette

Pendant vingt, vingt-cinq ou trente ans, tu es allée à la toilette toute seule, ce qui est parfaitement normal parce qu’on ne va pas à la toilette en gang. C’était quelque chose d’acquis. Jamais tu n’avais à spécifier à quiconque que tu avais envie de faire pipi toute seule. C’était la base de la vie, t’sais. Aujourd’hui, non seulement tu trouves normal d’avoir de la compagnie à la toilette, mais tu en profites régulièrement pour commenter les dessins de tes p’tits, faire la couette de ta plus grande ou brosser les dents de ton toddler. Bref, tu n’avais clairement pas prévu ça quand tu te flattais la bedaine en te figurant ce que serait la maternité.

Comme quoi il y a bien des choses qu’on prend pour acquis à tort, que tous les petits moments qui passent avec et sans les enfants sont précieux et que la maternité aura tôt fait de nous rappeler.

logo parfaite maman cinglante

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *