Le monde est gris, ma fille

little girl standing in front a fence

Ma fille,

Le monde est gris.  Il n’y a rien de tout noir et rien de tout blanc.

Quand tu vois ou entends quelque chose qui te choque, que tu ne comprends pas, ne le mets pas dans une case.  Réfléchis.  Pose-toi des questions.  Analyse.  Avant de juger, de le caser.  Colore ta vie en gris, ma fille.

Les méchants, ça n’existe pas.  Il y a des gens souffrant de maladies mentales, il y a des gens au passé difficile, il y a des gens qui gèrent extrêmement mal leurs émotions, mais pas de bons et de méchants.

La grosse personne que tu croises dans la rue n’a sûrement pas seulement trop mangé.  Elle a peut-être un trouble alimentaire ou une maladie.  Elle est peut-être malheureuse.  On ne lui a peut-être jamais appris à bien manger ou à prendre soin d’elle.

L’enfant dérangeant dans ta classe ne le fait sûrement pas pour mal faire.  Il a peut-être un trouble du comportement ou un TDAH.  Il a peut-être déjà tout compris et s’ennuie.  Ou bien il n’arrive justement pas à comprendre ce qu’on lui demande.

La suppléante que tu trouves sévère et « pas fine » est peut-être seulement nerveuse.  Elle a peut-être tellement peur de perdre le contrôle qu’elle en met trop.  Pas pour mal faire.  Pas pour être « méchante ».  Juste parce qu’elle manque encore de confiance en ses moyens.

La personne qui ne travaille pas n’est pas simplement paresseuse.  Elle manque peut-être de ressources, d’éducation.  Elle n’est peut-être pas apte à travailler ou traverse peut-être une dépression.  Elle essaie peut-être de se sortir d’un cercle vicieux qui n’en finit plus, mais n’y arrive pas.

Je pourrais te donner des dizaines d’exemples encore, mais je sais que tu as déjà compris.

Le monde est gris, ma fille.

Ne mets personne dans des cases et ne juge pas au premier regard.  Va plus loin que ta première idée.  Bouscule tes pensées.  Cherche.  Questionne.  Dis-toi toujours que tout le monde vient de quelque part, que chacun a un passé derrière lui et que chacun dispose de ressources personnelles différentes.  Rappelle-toi qu’il n’y a rien de bizarre, juste différent.  Que ce que tu trouves bizarre l’est seulement parce que tu ne le connais pas encore.

Ce n’est pas toujours simple d’arriver à faire ce que je te dis, et je dois avouer ne pas toujours y arriver encore complètement.  Mais je continuerai de te le répéter, d’ouvrir tes horizons, parce que plus je le répéterai, plus je serai en mesure de le faire aussi.

Et plus notre monde sera gris, plus il y aura de l’empathie.

Et plus il y aura d’empathie, plus le monde sera beau, ma fille.

 

Natacha Langlois
NATACHA LANGLOIS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *