Je lis, nous lisons mais lirez-vous, mes enfants ?

kid book bored

Mes petits amours, ce n’est pas un secret pour vous, j’adore lire. Bien souvent, quand vous me cherchez, c’est dans un petit coin, le nez bien enfoui dans un roman, que vous me trouvez. Je profite de chaque minute de temps libre pour m’y plonger, parfois pour n’avoir le temps de grappiller que deux ou trois pages à la fois. Les livres sont mon refuge quotidien. Possiblement, après vous et votre papa, le grand amour de ma vie. Et j’espère de tout cœur réussir à vous transmettre cette passion.

Mes chéris, je vous envie. Parce que tous les bons romans qui existent en ce monde, vous les avez encore à découvrir. Bien que nous lisions ensemble quotidiennement et que vous adorez vos petits livres d’enfants, vous ne savez pas encore combien attachante est Anne Shirley dans sa maison aux pignons verts. L’incroyable univers d’Harry Potter est encore inconnu pour vous. Vos petits cœurs ne se sont pas encore emballés devant la pittoresque histoire d’amour de Le Chardon et le Tartan. Moi, je peux toujours tout relire, et ce sera toujours merveilleux, mais le thrill de la première fois, il est derrière moi.

Mes petits lecteurs en herbe, j’espère que vous laisserez leur chance aux classiques. Même si ils font parfois peur, qu’ils peuvent rebuter par leurs mots moins accessibles, leur rythme plus lent, leur style vieillot. Si vous persistez au-delà de cette barrière, vous découvrirez que les sentiments n’ont pas de limite temporelle. Que même quand on se transporte en Russie du 19ième siècle et qu’on y ajoute des chapeaux de fourrure, la disgrâce d’Anna Karenine n’a rien de si différent de ce que pourrait vivre une femme de notre époque. Oliver Twist, Jane Eyre, De grandes Espérances, Les Misérables, Les Hauts de Hurlevents… Je n’aurai pas assez de ce billet pour vous nommer tous ces grands livres qui vous en apprendront plus sur l’humain, sur la vie et sur l’amour que toutes les séries télé du monde.

Je voudrais que pour vous aussi, les mots fassent du bien. Que vous sachiez y puiser du réconfort quand vous en avez besoin, du courage quand il vous manque, du rire quand il se fait rare, des frissons pour les nuits noires, de la chaleur pour vos dimanches d’hiver. Les romans, chers enfants, sont bien plus que de simples feuilles brochées noircies de mots. Ils sont porteurs du pouvoir de changer profondément ce que vous êtes, de vous emmener partout, de vous aider à trouver des réponses à vos questionnements. Ils peuvent vous rendre plus intelligents, plus sensibles et plus forts. Ils sont un antidote permanent à la solitude et à l’ennui.

Alors de grâce lisez, lisez, tant que vous pouvez. On pourra vous reprocher bien des choses dans la vie, et vous pourrez regretter bien des choses, mais jamais au grand jamais d’avoir trop lu!

Mélissa Brassard
MÉLISSA BRASSARD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *