Ton souper entre amis avec les p’tits en 5 étapes faciles

kids friends dinner

Des amis, t’en as, c’est pas ça le problème.  La problématique vient du fait que tu ne les vois pas, en tout cas, pas comme tu voudrais, c’est certain.  En vieillissant, tout le monde est casé avec un ou plusieurs enfants, ce qui rend les rencontres difficiles, voire impossibles.  Pourtant, il arrive, quelques fois, que ça marche! C’est alors que vous soupez chez un ou l’autre (le resto étant hors de question, faute de gardienne).  Cependant, pour plusieurs raisons, il se peut que ce souper « entre amis » devienne une course éreintante, pour toi, la fille qui reçoit.

#1  On va faire manger les enfants d’abord

Ça, c’est super beau comme concept… sur papier en tout cas parce que, en pratique, on est pas tout à fait là!  Pendant que père indigne sirote sa bière avec le chum de l’autre, toi ma belle, tu te retrouves à faire non seulement le souper des enfants, mais aussi la préparation de l’entrée des parents.  Bien que ton invitée féminine t’offre sans cesse de l’aide, tu préfères tout gérer seule.  Est-ce par simple souci du bien-être de ton invitée? Nope, seulement parce que t’es une control freak qui sait où s’enligner dans sa cuisine.  Quand le repas des précieux est prêt, c’est là que la danse du je-veux-pas-cette-couleur-elle-a-le bol-que-je-voulais-il prend-mon-napperon commence… alors tu mets en suspens ta préparation de nourriture d’adulte pour faire de la gestion de crise; il est absolument hors de question que tu cèdes à la colère et son amie l’impatience, tu as envie, toi aussi, de passer une belle soirée.  Un coup toutes les petites bedaines pleines, tu presses cette joyeuse bande de mini-humains d’aller jouer… AILLEURS!

#2  Préparer le repas

Alors que tout le monde est rendu au vin, toi la fille qui reçoit, dû au fait que tu gères environ trente-douze patentes en même temps, t’as même pas fini l’apéro! Tu essaies de terminer les entrées pendant que les enfants viennent te demander des affaires aux trois minutes.  Ça peut aller de « j’ai fait caca » à « on veut un film » ou « j’ai soif ».  Chaque fois, tu expédies l’enfant aux besoins pressants et toujours très urgents vers le mâle alpha qui lui, se fait un peu trop de fun pendant que toi, t’as la broue dans le toupet, la craque de sein humide pis les cheveux du bas du cou qui commencent à friser.  Une fois l’entrée terminée, tu débarrasses le tout et te lances dans la préparation du repas principal.  Il est 19h15, les enfants sont survoltés et ne cessent, malgré les nombreux avertissements, de venir dumper cent quarante-huit jouets (préférablement les plus gros) dans ta mini-cuisine juste pour amoindrir un peu plus le bas niveau de patience dont tu disposes à présent.

#3  Film et pop-corn

Il se fait maintenant tard (au moins 20h47), vous n’avez toujours pas mangé parce que tu te fais interrompre constamment par l’homme, l’amie, les enfants ou le chien. Alors te vient une superbe idée : on va mettre un film, au choix de la bande de prépubères ça va de soi, et faire du pop-corn.  Dans ta tête, ces deux éléments sauveront impérativement ton restant de patience et par le fait même ta santé mentale et probablement, enfin, peut-être, ton repas! Donc, pendant que tu brasses ton risotto, tu prépares le pop-corn (oui, en même temps, ça se peut) ayant préalablement demandé à père indigne d’aller avec la troupe choisir un film (t’aimes vraiment mieux dealer avec le risotto pis tout le reste que d’aller te planter devant la TV, manette en main à essayer d’accommoder les désirs et volontés divergents de tous et chacun, ce qui peut facilement prendre jusqu’à quinze minutes).

#4  Manger… enfin!!!

Tu fais le service, vous vous attablez et commencez à manger ce délicieux repas un peu froid et plus ou moins réussi que tu as fini par finir!  À ce moment précis, tu te rends compte de deux choses : premièrement, les enfants ne restent jamais longtemps tranquilles à écouter un film lorsqu’en groupe.  Il est donc inévitable que tu finisses ton lunch avec le plus jeune sur les jambes pis l’aîné qui vous fait un pestacle plus que douteux et pour lequel tout le monde se sent obligé d’applaudir espérant, après chaque numéro, que ce sera le dernier.  Deuxièmement, tout le monde est pas mal cocktail, sauf toi, qui viens à peine de terminer ton martini et d’entamer ton premier verre de vin! Ça fait que toi, le pestacle de fille aînée… t’es comme vraiment pas assez feeling pour l’applaudir! Tu essaies de soutenir une conversation constamment entremêlée de questions infantiles et d’interruptions de tout genre, surtout en provenance du petit humain qui n’est pas dans son habitat naturel (aka, celui en visite), fait que penser que ton souper entre adultes serait relax pendant que les morveux regardent un film était d’une belle naïveté!

#5  Le « après-souper »

Après souper, ton homme a finalement décidé de participer en desservant la table, AMEN! Il est maintenant 22h13, la joyeuse bande de parents de jeunes enfants que vous êtes est épuisée, saoule et quelque peu à boutte!  Tes amis décident donc qu’il est l’heure de quitter, en emmenant bien sûr leur progéniture.  À peine la porte fermée, ton chum est déjà dans son lit et ronfle à pleins poumons. Toi, ma belle, tu regardes ta maison et un léger mal de coeur t’envahit.  C’est certainement pas la quantité d’alcool que t’as bue parce qu’elle est quasi nulle, mais tu sais pas trop si c’est la bouffe, le monstrueux bordel de jouets, les vêtements sales du plus jeune dans la plante, la montagne de vaisselle crottée et de verres pleins de petites traces de doigt gras, ou le fait que t’as pas arrêté deux secondes, mais, tu te sens plus ou moins top shape!  Tu finis par te dire que la vaisselle pis les traîneries vont pas se sauver et qu’elles peuvent par conséquent attendre au lendemain pour être ramassées! Puis, tu vas mourir dans ton lit, remerciant bébé Jésus de l’avoir fait si confortable!

Mais la beauté de tout ça, c’est que le lendemain matin, quand tes charmants petits bouts de personne viennent te quémander à déjeuner à 7h38, malgré l’heure plus que tardive à laquelle ils se sont couchés la veille, toi, la fille qui a reçu, ben, t’es zéro lendemain de veille!  L’homme, lui, meurt sa vie sur votre sofa entre deux-trois bébelles pis des vieilles miettes de pop-corn! Finalement, c’était pas si mal… Bon, ta maison est dans un état post-nucléaire, mais ta tête elle, elle est en pleine forme  pis une chance, parce que tu vas ramasser jusqu’au prochain souper!

 

Isabel Lepage
ISABEL LEPAGE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *