Les 10 sacrifices d’une nouvelle maman

tired woman in kitchen

Tu auras beau essayer de te convaincre que fonder une famille ne changera pas du tout au tout tes habitudes, que tu traîneras ton bébé au restaurant et au cinéma, que tu reprendras rapidement ta shape d’avant et que tu verras tes amies sur une base quotidienne, la réalité c’est que pour chausser tes nouvelles bottines de maman, tu devras faire quelques sacrifices. Et non, je ne parle pas de ton pédicure hebdomadaire (quoique oui, un peu), mais de petits ou gros sacrifices qui transformeront ton quotidien – pour le meilleur ou pour le pire, selon ton échelle de priorités.

#1  Ton corps

On s’entend que ça, tu l’as compris il y a plusieurs mois en voyant ta poitrine et tes hanches s’élargir et la peau de ta bedaine s’étirer plus que possible, laissant quelques vergetures de couleur étrange. La délivrance et l’allaitement n’amélioreront pas tant ton sort, alors j’espère que tu as profité un peu de ta fermeté de jeunesse, parce que ton beach body est  maintenant derrière toi (non, je ne parle pas de tes fesses).

#2  Tes vêtements

Tu te demandes pourquoi ta mère avait des sous-vêtements beiges et ne portait jamais de bikini à la piscine ? Relis le point 1. Maintenant, oublie tes jeans et tes robes moulantes. Oh, et range tes belles dentelles sexy dans une boîte, ça t’évitera un pincement au cœur quand tu chercheras dans ton tiroir à bobettes une paire confortable, en coton et légèrement amincissante.

#3  Ton sommeil

Une maman, quand ça dort, c’est seulement sur une oreille. Tu devras donc sacrifier tes beaux rêves de coucher de soleil et d’acteur hollywoodien pour prendre soin de tes enfants peu importe l’heure et surtout, pour qu’eux dorment paisiblement. La grasse matinée du week-end ? Ça se peut que tu la laisses à papa…

#4  Ton hygiène

Si tu es du genre douchée/séchée en cinq minutes, passe au prochain point. Mais si ton nirvana, c’est un long bain moussant, ouch !  Non seulement tu n’auras plus le temps, mais bientôt, bébé sera trop grand pour la bassine et trop petit pour un lavage solo. Ce sera donc toute la famille dans le bain ou rien ! D’ailleurs, tu laisseras souvent tomber ton propre nettoyage capillaire et investiras dans des élastiques et un beau chapeau.

#5  Ta carrière

Cinquante semaines de congé parental, ça passe vite quand tu regardes ton p’tit pou grandir, mais c’est long comme absence du bureau. Seras-tu remplacée par mieux que toi ? Vas-tu perdre en expérience et manquer une promotion ? Voudras-tu rester à la maison plus longtemps ? Pour certaines, la réponse est évidente. Pour d’autres, sacrifier sa carrière, c’est un choix plus difficile, même si c’est temporaire.

#6  Ton alimentation

Puisque tu auras toujours une main occupée avec bébé, tu vas vite troquer les repas préparés avec amour pour des aliments simples et faciles d’accès. Frais ou chaud aura peu d’importance. Tu vas manger ce que tu peux, quand tu peux, où tu peux, parce que de toute façon, c’est écrit dans le ciel que dès que tu vas t’installer devant ton assiette, la chair de ta chair va réclamer ton attention.

#7  Tes petites routines

Bye bye le café chaud du matin, le poupounage devant le miroir et le téléroman de fin de soirée. Ta nouvelle routine familiale comprendra maintenant couches, biberons, jeux éducatifs, bains, histoires, etc. Et tant mieux si tu réussis à appliquer ta crème hydratante en buvant une gorgée de café tiède.

#8  Ta santé

Finis les rhumes une fois aux cinq ans. Maintenant, dans ta maison, ton p’tit sera souvent le Patient 0 et toi, la maman qui attrape tous les microbes, mais qui ne prend pas le temps de se soigner. Parce que pour toi, la santé de ton enfant malade (et même de papa), ça passe avant la tienne.

#9  Ton moyen de transport

Avec les enfants viennent le million de bébelles à traîner à chaque sortie. Vive les mini-vans. C’est gros. C’est laid. C’est pratique. C’est tout.

#10  Tes soirées de folie

Elles seront encore possibles. Genre deux fois par année. Si t’es pas trop fatiguée, que personne n’est malade et que tu as une gardienne. Et si ça adonne que c’est pas toi le chauffeur désigné, alors gâte-toi à fond parce que ces soirées-là sont aussi rares que des enfants sages à l’épicerie.

T’en feras sûrement bien d’autres, des sacrifices de maman. Mais au bout du compte, quand tu prendras ton enfant dans tes bras et qu’il te fera le plus gros sourire du monde, tu réaliseras que tu n’as pas sacrifié la chose la plus importante : ton bonheur.

 

Mlle B.
MLLE B.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *