Toi, mon enfant pas baptisé, les oreilles pas percées

baby with funny face

Aujourd’hui, ma fille, t’as presque trois mois. Tu es encore trop petite pour faire tes propres choix, mais un jour tu seras assez grande. Tu es sortie de mon ventre, je t’ai prêté cet espace pendant  neuf mois. Neuf mois pour te permettre de te construire toute une personne à part entière.

Chaque jour, dans l’attente que tu puisses faire entendre ta voix, je prends des décisions à ta place, pour toi. Je garde toujours en tête que, même si tu es ce que j’ai de plus précieux, ton corps et ta vie t’appartiennent déjà du haut de tes presque trois mois de vie. Moi, je suis là pour te tenir la main, te guider, essuyer tes larmes, mais tes choix, ma fille, vont toujours t’appartenir.

Quand tu me demanderas pourquoi tu n’as pas été baptisée, je te répondrai que tu étais trop petite pour exprimer tes croyances religieuses. Sache que tu as le droit de croire en ce que tu veux, même si moi je n’y crois pas et même si tes amis, eux, auront été baptisés. Cette décision t’appartient, chérie.

Quand tu me demanderas pourquoi tu n’as pas les oreilles percées, je te livrerai la même réponse. Ton corps t’appartient; quand tu auras l’âge de raison, tu choisiras par toi-même de le faire ou non.

Je t’aime comme je n’ai jamais aimé et j’espère que tu t’en souviendras le jour de tes seize ans.  Je vais t’aimer toute la vie, inconditionnellement, même si tu fais les quatre cents coups. N’oublie jamais que tu es la seule personne qui vivra avec tes choix. Alors, avant d’essayer de nous rendre fiers de toi, ton père et moi, essaie d’être fière de la femme que tu deviendras, un choix à la fois.

Nous, ma chérie, sommes fiers de toi depuis ta première seconde de vie, depuis tes premiers pleurs. Et rien n’altérera jamais cette fierté.

Maman

Mélissa Rioux
MÉLISSA RIOUX

8 thoughts on “Toi, mon enfant pas baptisé, les oreilles pas percées

  1. Stéphan Répondre

    Mais si Elle te demande pourquoi Elle ne connaît rien, tu vas lui répondre que tu lui a laissé libre choix d’aller ou non à l’école?
    Moi, je crois que chacune des décisions prises par une mère sont toujours pour, espère t-elle, son bien-être à l’enfant… Vous les Mamans, pouvez avoir deux choix de réponses… J’ai prit la bonne décision ou j’ai prit la mauvaise mais je suis certain que c’est toujours pour le mieux1… 😉

    1. Isabelle Répondre

      Cher Stephan…. on parle de percer les oreilles d’un enfants et de religion. On parle de faire des trous sur son corps sans sa permission et de lui imposer une religion choisi par ses parents, qui eux même ne baptisent souvent que parce qu’eux l’ont été et n’en comprennent à peine ou pas du tout la signification. On le fait pour faire plaisir à Grand-Maman…
      L’éducation ne mutile pas, l’éducation n’impose rien. L’éducation est universelle. Elle nourrit tout le monde, chaque être humain, de la même façon, à différents niveaux. Et nourrir sont enfant, physiquement et intellectuellement, c’est vital.
      Grace à l’éducation, elle sera en mesure de faire ses choix. Les parents sont parents pour aimer, sécuriser et guider des enfants qui doivent être respectés dès le premier jour, corps et âme.

      1. Marie Potvin

        Je suis d’accord! Mes enfants n’ont ni les oreilles percées ni n’ont été baptisés. Leur corps, leur esprit, leur choix!

  2. Isabelle Répondre

    Melissa Rioux, j’ai le même discours. Merci et bravo! 😉

    1. France Gaudreau Répondre

      Bravo! J’ai 60 ans, j’ai eu 5 enfants et j’ai fait les mêmes choix ou non choix pour eux. Ce qui était sacrilège pour l’époque, mais aujourd’hui je suis si fière de mes enfants et de mes nombreux petits -enfants.

  3. FLORENTIN PIERRE Répondre

    La langue Anglaise étant en vogue et bientôt le chinois, je propose de ne pas leurs parler pour qu’ils puissent lorsqu’ils seront grand choisir aussi leur propre langue. De ne pas leur donner de nom de famille pour qu’ils fassent de même. De ne pas leur donner d’identification pour qu’ils puissent choisir leur nationalité. Toutes ces choses qui enferment et nous rendent prisonnier d’un histoire.

    1. Manon Répondre

      M. Florentin Pierre, vous avez certainement raison. Ça serait bête de la part des parents de leur offrir une possibilité d’ouverture sur le monde, il vaut mieux les confiner à la langue française ou au mutisme! Vous avez bien capté l’essence d’un petit peuple unilingue francophone au coeur de l’amérique du nord! Bravo pour l’ouverture d’esprit!

    2. Mikoma Répondre

      Mieux vaut lire ca que d’être aveugle…

      Encore que…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *