Je te donnerais, s’il le fallait

baby feet

Mon trésor, si tu savais combien je t’aime. Ton petit corps vigoureux et chaud semble être l’extension de moi-même. Quand on se serre l’un contre l’autre, partageant douceur et chaleur, nos cœurs battent à l’unisson. J’entends nos souffles qui synchronisent leur rythme. Tu es ma chair, et si on devait t’arracher à moi, ce serait comme m’enlever un bras.

Pourtant, je veux que tu saches, mon petit cœur, que s’il le fallait, sans hésiter, je te donnerais.

Je donnerais tes poumons, car ils permettraient à un garçon de bénéficier d’un second souffle tellement mérité.

Je donnerais tes beaux yeux, qui offriraient à une fillette un nouveau regard sur le monde et ses splendeurs.

Je donnerais ton foie, pour que quelque part une autre maman reprenne foi en la vie et en sa justice. Pour qu’à elle, on n’arrache pas une partie de sa chair.

Je donnerais ta peau, pour qu’une famille puisse vivre encore des années de ses câlins et de sa douceur.

Je donnerais tes reins, pour enlever le poids de la maladie et la menace de la mort du petit dos d’un enfant innocent.

Je donnerais tes os, tes tendons et tes veines, qui donneraient la chance à un autre petit humain de courir à en perdre haleine, comme tu aimes tant le faire.

Je donnerais ton cœur, mon petit cœur, pour qu’il continue de battre même si je ne pourrais plus l’entendre.

Je donnerais ta vie, mon amour, comme je voudrais qu’on te l’offre si c’était toi qui en avait besoin.

Du 23 au 29 avril a lieu la Semaine nationale du don d’organe. Avez-vous signé vos cartes? Pour plus d’informations visitez le http://www.signezdon.gouv.qc.ca.

Mélissa Brassard
MÉLISSA BRASSARD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *