Trop grosse pour être enceinte

fat woman

Après plusieurs mois de mots doux et de petits rendez-vous coquins, tu es assise avec ton homme dans une salle blanche et froide. Qu’est-ce que tu fais là ? T’es toujours pas enceinte, pis là vous pensez que la nature a besoin d’un p’tit coup de pouce ! C’est pas que vous n’avez pas essayé… tests d’ovulation, les jambes surélevées pendant trente minutes, le thermomètre, la pleine lune, les huîtres et le chocolat, l’alcool, les fruits de la passion, ouf… À chaque mois, c’est la déception sur vos visages. C’est pour ça que vous êtes ici dans l’attente de voir un spécialiste.

Dans ta tête, c’est certain que c’est de ta faute. Tu penses à ça sans arrêt et tu es certaine que tu es infertile ou même, que tu as une maladie grave. Tu perds le contrôle de ton esprit et sans que tu puisses t’arrêter, tu vois toujours tout plus tragique que ça l’est en réalité. Et là, tu tentes de relaxer et tes pensées se dirigent aussitôt vers ton homme…Ses petits champions ne sont peut-être pas capables de franchir la ligne d’arrivée… Et si c’était votre amour qui était incompatible ? Mais tu ne veux pas penser au pire, aujourd’hui tu as espoir en la médecine. Ils vont trouver la pilule miracle pour vous aider !

Assis devant le doc qui a accepté de prendre votre dossier en charge, vous attendez les nombreuses requêtes. Vous ne vous faites pas d’idées, vous savez que vous aurez plusieurs tests à passer. La p’tite vite dans le p’tit pot pour monsieur, le grand nettoyage des trompes à l’eau saline pour madame, sans parler des multiples prises de sang pour les deux… Vous n’êtes pas sortis du bois ! Mais malgré tout, tu te surprends à rêver d’avoir dans tes mains LA prescription qui vous aidera à mettre de la poussière de fée dans ton bedon.

« Madame, vous avez un surplus de poids ».

 Hein ? Wo ! Minute, il y a quelque chose qui t’échappe… Où sont les tests à passer ? Qu’est-ce que le doc veut te dire au juste ? Un surplus de poids ? Ok, c’est quoi le rapport ??? Tu sais que tu n’es pas le sosie de Scarlett Johansson…pour être honnête, tu t’approches plus du type Mélissa McCarthy. Et alors ?

 « C’est pour ça que vous n’êtes pas enceinte madame. Il faut perdre du poids ! »

Ben oui, pas de problème ! Tu te dis qu’il n’y a rien là, que tu vas revenir la semaine prochaine avec vingt livres en moins ! Pourquoi ne pas l’avoir dit plus tôt !!! Voyons donc, si c’était si facile que ça, perdre du poids, tu te serais fendue en quatre et en quelques jours, tu aurais perdu tout ton surplus de poids en voyant le beau temps arriver, non ?

« Ah! mais madame, si vous êtes enceinte avec votre surpoids, il y a de graves conséquences. Vous allez faire du diabète de grossesse, vous allez faire de la haute pression et vous allez accoucher par césarienne »

Vous sortez de votre rendez-vous complètement anéantis. Non seulement vous êtes au même point, mais en plus on vient de te dire que tu dois perdre beaucoup de poids avant d’avoir l’aide tant désirée. Ce n’est plus un problème de couple, c’est de TA faute !  Ne reculant devant rien et n’étant pas à cinq livres près du bonheur, tu abdiques et tu acceptes de commencer une médication qui, selon le doc, t’aidera à perdre du poids. Pendant un an. À t’en rendre malade. Tu fais tous les tests qu’on te demande et tu sors l’argent de tes poches. Tu marches, tu fais attention à ce que tu manges, tu as coupé le sucre et tu « yeuxtes » même les coffrets de Beachbody … Tout d’un coup… Parce que ce n’est jamais assez.

Finalement, après quarante livres perdues, tu décides de tout lâcher. Les médicaments et ton médecin. Ton homme n’en peut plus de te voir malade comme ça à cause des médocs et tu as l’impression que tu ne fais que payer et encore payer sans avoir rien en retour. Tu n’en peux plus de te sentir comme un béluga échoué sur le bord de la grève à toutes les rencontres alors que tu te chies littéralement le corps tous les jours.

Tu ne peux pas croire que tu es l’unique femme en surplus de poids sur cette terre qui veut avoir des enfants. Tu veux bien maigrir, mais à quel prix ?

Tout ce processus fait en sorte que tu te détestes de plus en plus et que tu t’acceptes de moins en moins. Il t’arrive même de remettre ton couple en question. Pourquoi ton chum resterait-il avec toi alors que tu ne peux pas lui donner d’enfant ? Après plusieurs discussions sur l’oreiller, ton homme et toi décidez de consulter ailleurs pour avoir un deuxième avis.

Par chance, cette deuxième rencontre, ce deuxième avis, c’est la roue qui manquait à votre carrosse. Vous rencontrez des gens chaleureux qui vous explique qu’effectivement la maternité comporte plus de risques pour les femmes en surplus de poids, mais que rien n’est impossible.

Quelques mois plus tard, le petit « plus » rose apparaît. Clair, net, précis et tant attendu. Ton cœur s’emballe et tu capotes littéralement.  Toi aussi tu seras enfin maman !

Puis neuf mois plus tard, alors que tu tiens ta petite merveille dans tes bras, tu repenses à ce docteur qui s’est acharné à te dire que tu ne pouvais pas avoir d’enfant. À la lumière de toute cette expérience, tu viens de contredire tout ce qu’il a lu dans ses livres. Tu ne fittes  plus dans ses statistiques. Finalement, il serait fourré de te voir aujourd’hui. Tu viens peut-être de détruire son mémoire, t’sais.

Et maintenant, tu ne fermes pas la porte à l’idée d’ajouter un membre à la famille…

Mélissa Boulanger
MÉLISSA BOULANGER

6 thoughts on “Trop grosse pour être enceinte

  1. Jennifer Répondre

    Merci pour ce partage, je suis très heureuse que tu aies déjoué les pronostiques de ton premier médecin.
    Le mien, d’origine française, m’avait dit que je ne devait pas prendre plus de 11 kg (24 lbs) pendant ma grossesse car j’avais déjà un surplus de poids (190 lbs pour 5’6 »). Ma mère qui est aussi ronde que moi a pris 50 lbs enceinte et elle les a toutes perdues par la suite. Je m’Inquiétais un peu au début mais finalement j’ai pris 27 lbs en tout pour un beau bébé de 9 lbs et 4 oz. Ce même médecin m’a aussi dit que je pouvais prendre un verre de vin par jour pendant ma grossesse sans problème. Ah les médecins !

  2. Nancy Répondre

    À ma première grossesse, le médecin s’est empressé de me dire dès le premier rendez-vous que j’étais obèse de type 2 et m’a rapidement énuméré la liste interminable de risques et de complications à venir pendant ma grossesse : pré-éclampsie, diabète de grossesse, fausse couche, bébé de faible poids, césarienne et même, que les chances étaient grandes que mon bébé meurt avant terme, et cela sans parler de toutes les complications qu’il entrevoyait pour l’accouchement. Tout pour être rassurée ! Il m’a finalement dit que je ne devais pas prendre plus de 12 livres pendant toute ma grossesse. 12 LIVRES ! Même les infirmières de l’unité familiale n’en revenaient pas… Il m’a ensuite dit que je devais sur-le-champ couper le sucre, gras, pain, desserts, pâtisseries et faire 30 minutes d’exercice par jour. Il m’a ensuite donné un papier pour un rendez-vous avec la nutritionniste de l’hôpital. Pendant ce merveilleux rendez-vous, pour lequel j’ai évidemment dû manquer le travail, j’ai pu avoir un beeeeauuuuu récapitulatif des groupes alimentaires, et la documentation associée, au frais de l’état. Kessé, manger du Kentucky matin, midi et soir, c’est pas équilibré, ça ? (je blague ironiquement avec ça car j’ai la nette impression que mon médecin croyait que c’est ce que je mangeais à la journée longue pour m’envoyer voir une nutritionniste, sans même m’avoir posé de question sur mon alimentation). Bref, l’aversion de mon médecin envers les femmes en surpoids était telle que tout le long de ma grossesse, à chacun de mes rendez-vous, il me dépeignait sans cesse les chances que ça aille mal plutôt que de focusser sur le bon côté des choses. Par exemple, au lieu de me dire qu’il y avait 70% des chances que mon enfant ait un poids normal à la naissance, il me disait que j’avais 30% des chances d’avoir un enfant de faible poids, et tout ça, à cause de mon obésité. Mais tout au long de ma grossesse, j’ai déjoué les statistiques. Non seulement j’étais tombée enceinte dès le premier mois d’essai à 34 ans, en surpoids, ma grossesse s’est déroulée tout à fait normalement, sans aucun des problèmes pour lesquels il me prédestinait. Non seulement j’étais trop grosse à ses yeux pour être enceinte, j’étais vieille, en plus.. Après avoir pris 20 lbs au total pendant ma grossesse, j’ai dû être provoquée à 41 semaines de grossesse pour finalement accoucher naturellement d’un beau bébé de 8 lbs, sans aucune complication ni utilisation d’instruments. Qui dit mieux ? Eh bien, 2 ans et demi plus tard, j’ai encore une fois déjoué les statistiques. À 37 ans, je suis encore une fois tombée enceinte dès le premier mois d’essai, toujours avec le même excès de poids important et j’ai pourtant eu une grossesse exemplaire sans aucune complication. J’en suis aujourd’hui à ma 38e semaine de grossesse et avec moins de 15 lbs accumulées pendant cette seconde grossesse, je suis la preuve vivante qu’être en surpoids ne signifie pas nécessairement une grossesse difficile. Au contraire, j’entends bien plus souvent des histoires de mères au poids normal ayant des problèmes de diabète de grossesse, de grandes prises de poids et autres problèmes de santé. Une femme enceinte qui s’assoit dans le bureau du médecin la première fois après avoir découvert qu’elle est enceinte n’a vraiment pas besoin de se faire faire la morale à propos de son poids, et surtout pas de se faire faire peur. Le stress est le pire ennemi dans cette situation. Ok, avoir un surplus de poids n’est idéal dans aucune situation, on le sait déjà. Mais à quoi bon en rajouter sur les épaules de ces futures mamans déjà angoissées ? Surtout que la deuxième chose que les médecins s’empressent de dire après ça, c ‘est qu’il ne faut surtout pas se mettre au régime et se mettre à maigrir, car c’est nocif pour le bébé. Moi je dis : ok, dites-le 1 FOIS à la patiente que sont poids n’est pas idéal, mais après ça, lâchez-là avec ça, pauvre elle !!! Amen !

  3. Audrey Répondre

    Les rares fois où je raconte mon histoire les gens on de la misère à y croire tellement elle est cruelle.
    À 18 ans j’ai fais ma première fausse couche, que j’ai trouvée très difficile qui s’est soldée par l’échec de mon couple et dans ma tête l’échec de ma vie.
    Après avoir refais ma vie avec un homme totalement merveilleux, nous avons pris la décision de fonder notre petite famille! Après quelque temps, des petits seignements son apparut. Le médecin nous explique qu’il n’ont rien d’inquiétant et que la grossesse va bien. Malheureusement deux semaine plus tard de gros seignement surviennent! On m’envoie passer une échographie! Lorsque le médecin m’annonce ma deuxième fausse couche il n’y est pas allé avec le dos de la cuillère. Il a eu l’audace de me dire que j’avais le poids d’une femme à terme alors que j’en étais qu’au début de ma grossesse. Que s’était égoïste pour une femme ayant un surplus de poid comme moi de vouloir tomber enceinte car selon lui l’hypothèque l’avenir de mes enfants! J’ai vécu un terrible deuil dans une froideur inimaginable. Sa pris un an avant que retombe enceinte et cette année à été terrible! Je suis triste de voir que ce genre d’histoire arrive aux autres! J’ai deux magnifique garçons qui évolue bien, en santé, qui font du sport et que même s’ils ont une maman dis Je, elle est la à sourire, jouer dehors, glisser, grimper et elle les aime de tout son coeur!
    Votre texte ma fais du bien et il est important de souligner qu’on ne peut pas calculer les valeur d’une mère par son imc.

  4. Cynthia Répondre

    Pour ma part, je suis en surpoids important.
    Après plusieurs mois d’essais infructueux, j’ai eu la chance de rencontrer un médecin qui allait changer ma vie. C’est sans jugement et avec une attitude super positive qu’il nous a accueillis, mon conjoint et moi, dans son bureau en septembre 2016.
    Mon surpoids n’a pas été l’objet principal de la rencontre. Bien évidemment, il est dur à manquer, et il a du m’informer que parfois, la perte d’aussi peu que 10 lbs peut tout changer. La propagande s’est arrêté là, j’ai passé des tests sanguins et un échographie, il m’a prescrit du clomid et nous sommes retournés à la maison.
    Au bout de trois cycles de clomid, j’ai eu l’étrange feeling que c’était mon mois. Je ne voulais pas me jinxer, alors je n’en ai pas parlé à personne d’autre que mon conjoint. Pour la première fois depuis un an, mon tableau de symptothermique avait vraiment fier allure, et j’ai effectivement eu un beau test positif 10 jours après mon ovulation.
    Quand j’ai passé ma prise de sang à l’hôpital pour confirmer tout ça, mon médecin m’a appelé dès qu’il a eu les résultats pour me féliciter et pour me dire que je t’avais  »toute qu’un taux d’hormone ».

    Pour mon suivi de grossesse je ne serai pas suivi par ce dernier car il ne fait plus de ce type de suivi. J’appréhende donc le comportement qu’aura mon nouveau médecin vis à vis mon poids.

    Je sais que plusieurs ont de mauvaises expériences avec des professionnels de la santé à propos de leur poids car l’information (que l’on connait déjà) ne nous est pas toujours donnée avec des pincettes. Il y a toutefois des perles parmi ces professionnels et je vous souhaite de tomber sur l’une d’elle.

  5. Only Me Répondre

    je pese pres de 300 lbs … et j’ai 4 enfants … don 2 jumeaux a ma derniere grossesse tandis que j’etais a monpoids le plus haut …
    j’ai fait du diabete de grossesse avec insuline au coucher a ma derniere grossesse , par ce que j’etait enceinte de jumeaux et que se sont les placenta qui cree un probleme avec le sucre… pas le surplus de poids! j’ai pas fait d’hyper tenssion a aucune de mes grossesse non plus.

    lire ça .. ça me fachen, par ce que fort probablement que le  » gentil  » medecin donnait de jolie prescription pour les medicament et etc … et qui dit prescription .. dit $$$ au medecin .. >_<

  6. Abella Bernard Répondre

    Bonjour. Il existe une pléthore de solutions qui permettent de perdre du poids rapidement. Hormis les activités sportives et un bon équilibre nutritionnel, il est essentiel de sélectionner rigoureusement les produits alimentaires à consommer. Vous aurez beau suivre toutes les séances de fitness et faire autant d’Abdos que vous le pouvez, vous n’arriverez à rien si vous n’avez pas une alimentation équilibrée qui vous empêchera de grossir et de prendre du gras au niveau du bas ventre. Lorsqu’il s’agit de perdre du poids, adopter un régime sain constitue un véritable atout. Non pas que de s’entraîner n’est pas utile bien au contraire! Quand la personne qui est au régime voit des résultats rapides, elle devient plus motivée. Comme expliqué dans le site suivant http://www.perdredupoidsregime.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *