Le plus fort, c’est mon père

hospital bed hands

Quand je suis à tes côtés, j’ai l’impression de n’être encore qu’une petite fille. Et dans mes yeux de petite fille, mon père il est beau, il est grand, il est fort.

Quand mon regard croise ton visage auquel s’ajoute année après année quelques petits sillons, il voit le chemin que tu as parcouru, contre vents et marées.

Quand mon regard croise tes mains, il voit tous les murs et les barrières que tu as repoussés pour nous.

Quand je m’arrête pour admirer l’homme que tu es, je suis fière. Je suis fière que tu sois mon père.

Dans mes yeux de petite fille, mon père est et restera à jamais le plus fort, le plus grand. Rien ni personne ne pourra jamais ébranler cet homme si brave. 

Et pourtant, il y a eu ce diagnostic que l’on redoute tous. Oui celui-là, celui que l’on ne veut jamais entendre prononcé de la voix d’un médecin. Une bête, un monstre, un démon,  est venu attaquer l’homme le plus fort du monde.

Ce soir-là, j’étais dévastée. La nouvelle m’a transpercée comme un coup de couteau au coeur. Comme si la vie venait de s’arrêter. Comme si la vie me menaçait de m’enlever le premier homme de ma vie. Je ne pouvais pas concevoir que cette chose osait s’attaquer à mon père. Pas lui. C’était impossible.

Et pourtant, le processus s’est enclenché très vite. Les milliers de rendez-vous, chez des milliers de spécialistes. Les allers-retours dans plein d’hôpitaux pour des biopsies, des scans et des tests aux noms presque imprononçables ont commencé à se bousculer sur le calendrier. Les diagnostics flous, beaucoup trop techniques à assimiler. Les traitements, parfaits une journée, désuets la journée d’après. L’impression d’être un cobaye pour la médecine.

Malgré tout ça, tu me prouves encore une fois que tu es un homme fort. Tu n’as jamais baissé les bras malgré les hauts et les bas qui se sont présentés à toi. Tu t’es découvert une force et un positivisme hors du commun. Tu fonces dans cette bataille la tête haute, comme seul toi sais le faire, avec la certitude de prouver à la terre entière que ce qui ne nous tue pas, nous rend plus forts.

Lâche-pas mon p’tit papa d’amour, prouve à la terre entière que le plus fort, c’est mon père.

Laurianne Loyer-Bernatchez
LAURIANNE LOYER-BERNATCHEZ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *