Le suicide de papa

kid in cimetery

Tu es mon ami, mon conjoint, mon confident, le père de mes enfants. Depuis le début de notre relation, je sais que dans ta tête, il y a des démons qui te torturent.

Pas des petits démons qui te disent de manger un sac de chips ou de te prendre une deuxième assiette de dessert. Non. Toi, tes démons, ils te parlent de phobies, d’obsessions, de mal de vivre, de détresse, de mort.

Au départ, je ne savais pas trop quoi faire quand cette voix de l’Enfer prenait le dessus sur ta personnalité en apparence si forte, si indépendante, si pétillante. Avec le temps et à force de patience et de courage, tu as finalement accepté de l’aide. La thérapie, les médicaments, le travail dans ta tête, toutes les discussions avec tes anges noirs, tu as serré les dents et foncé, au nom de ta survie, au nom de ton amour pour toi et moi.

Lorsque la petite tête de ta petite princesse se blottissait au creux ton épaule ou lorsque ton petit et toi construisiez la cabane dans l’arbre, tes yeux brillaient tellement que j’en ai oublié qu’ils avaient déjà connu l’horreur. Lorsque tu me serrais dans tes bras en me disant «Je t’aime», j’oubliais que ces bras s’étaient battus contre Lucifer en personne pour demeurer celui qui se tenait, fort, à côté de moi.

La vie, la routine m’ont fait oublié que le combat dans ta tête ne serait jamais complètement terminé. Et toi, fort, pour me protéger de tes démons, qui cycliquement revenaient, tu te taisais, tu serrais les dents et tu endurais. Mais tu as eu de plus en plus mal.

Je me suis rendu compte trop tard que tes idées noires étaient revenues en force. Je n’ai pas vu que la mort grugeait ton âme. Je n’ai pas vu que tu sombrais.

Je viens d’ouvrir la porte à deux policiers. Ils sont en train de m’annoncer qu’ils ont trouvé ton corps.

J’ai l’impression d’être morte en dedans. Comment as-tu pu nous faire ça? Qui consolera ta fille maintenant? Qui construira des cabanes avec ton gars maintenant?

Mon regard ne peut plus quitter cette note que tu m’as remise.

«Je t’aime, je vous aime à la folie, pardonne-moi, je n’en peux plus».

La p'tite mère
LA P’TITE MÈRE

3 thoughts on “Le suicide de papa

  1. Janny Répondre

    Jai vecu cette detresse il y a presque qu’un an maintenant…la vie continu comme ils disent. Mais plus rien est comme avant!

  2. Mélanie B Répondre

    Bonjour, j’ai pleurer en lisant ton article car je viens de vivre la meme situation… il y a 2 semaines. Les mêmes questions similaires,l’angoise, la peine causer dans le coeur de nos trésors souriants et naïfs…C’est souffrant.. je compathie…

  3. Louison Tremblay Répondre

    Il n’y a pas de deuil type et chacun réagit à sa façon au suicide d’une personne aimée. Mais la lettre d’amour est une immense consolation. Ma fille, retrouvée pendue dans le garage de son immeuble, en avait aussi laissé une. À ses pieds. Ces mots rassurent. Nous n’avons aucune responsabilité dans le choix que ton conjoint ou ma fille ont fait de s’enlever la vie. Aurions-nous pu voir venir? Non. Ma fille avait tout très bien organisé pour éviter que son projet soit contrarié. Ce n’était pas un coup de tête. C’était voulu et planifié.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *