La revanche de papa : le premier gars qui va te toucher, ma fille

boy kiss girl

Éventuellement, ça arrivera. Je sais que tu n’as que deux ans et demi, mais je suis prévoyant. Je t’ai donc précocement inscrite au Séminaire des sœurs prudes de Sainte-Abstinence afin que ton parcours académique ne soit pas perturbé de puberté à moustache molle. J’ai également engagé le plus grand forgeron qui est en train d’inventer l’alliage le plus résistant constituant la ceinture de chasteté que je te fais construire. Je fais même jouer en boucle du Melissa Etheridge et du K.D. Lang tout d’un coup que ça influencerait ton orientation à venir…

Je l’imagine, le petit démon, avec ses cheveux dans le vent et son petit sourire racoleur. Il te grattera maladroitement ta chanson favorite des quatre misérables accords qu’il connaît de sa guitare désaccordée et de ses longs doigts maigrichons d’ado. Il va te la jouer semi-rebello-bohèmo-romantique avec ses grandes théories idéologiques. Ses yeux doux de serpent malhonnête vont t’envoûter pis tu vas fondre de toute ta naïveté, ta pureté. Et là, le gueux de deux-trois ans ton aîné va déposer ses mains remplies de mauvaises intentions sur ton innocence et te la voler!

À ce moment, je te perdrai. Les portes du mal s’ouvriront à jamais et la boîte de Pandore écartera ses cuisses pour expectorer et relâcher dans ma demeure tout le mal qu’elle retient. Il va te blesser, je le sais, c’est ça qu’on fait les jeunes garçons aux jeunes filles! Tu vas tomber amoureuse comme on se laisse choir dans un lit enveloppant au lendemain d’une nuit blanche, mais lui sera déjà à la recherche d’une nouvelle prise afin d’y déverser son fiel.

Comme je le disais au bourreau du village en creusant un trou dans ma cour et en polissant le canon de mon arme de poing, tout ce que je veux, c’est ton bien. Je ne cherche qu’à te protéger. Tu peux faire ce que tu veux dans la vie. Je te demande seulement de renoncer aux hommes et de ne jamais avoir de rapports physiques avec ceux-ci, ce n’est pas grand-chose, il me semble!? Tu n’as pas besoin de ça, tu aimes les robes roses, les licornes et les arcs-en-ciel fleuris sur lesquels dansent et jouent à l’élastique Elsa et Anna!

Ce que je donnerais pour débrancher l’horloge de la vie qui te mène infailliblement à cette fatalité  à chaque pas que font ses aiguilles. Le déni dans lequel je me berce et me vautre m’est de moins en moins confortable et ses murs aux pointes acérées se resserrent sur moi. À l’horizon, bien qu’infiniment petit encore, se dresse le jour où je serai confronté à cette réalité, me plongeant dans une insupportable phobie. Ce jour noir où je ne serai plus la réponse à la question « Who’s your daddy? ».

 Ma puce, ne fais jamais rien qui te déplaise ou qui te soit imposé. Explore, expérimente, savoure, déguste, vis, tout ça dans le respect de ton intégrité et sans pression. Tu mérites toutes les beautés et les sensations délicieuses que les rapports intimes procurent, mais voici l’entente que je te propose si tu veux préserver mon fragile cœur et conserver mes cheveux bruns aussi longtemps que possible. Ne me parle pas des tiens et je ne te parlerai pas des miennes…

Michael Melvin
MICHAEL MELVIN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *