Carême : la moitié de faite!

woman cake forbidden

Il y a maintenant vingt-trois jours que nos collabos ont débuté l’épreuve du carême, et tu te demandes si elles sont toujours vivantes et saines d’esprit? Voici leur petit bilan de mi-parcours!

Mélissa Brassard, carême de dessert

Pas facile, pas facile!  Il faut vraiment que je me change les idées après les repas parce que l’envie de dessert est bien présente! J’ai même une petite tricherie à mon actif : j’ai mangé une innocente sucette qu’on m’a donnée dans un magasin. Je l’ai engloutie sans même y penser, comme par réflexe. J’ai réalisé deux heures plus tard que j’avais enfreint mon carême pour un vulgaire suçon même pas bon! Tant qu’à tricher, j’aurais aimé mieux me claquer un gros morceau de gâteau au chocolat et en savourer chaque miette… J’entame la deuxième moitié du carême avec optimisme, quoique j’ai quelques soupers au programme où ce sera peut-être difficile de refuser un succulent dessert. À suivre…

Lysiane Beaubien, carême de bière

Mon Carême de bière va semi-bien. Le vin et le fort remplacent tant bien que mal, mais t’sais, c’est comme changer de partenaire sexuel quand ça fitte vraiment. Pas pareil pantoute. Pis les problèmes semblent s’accumuler à vitesse grand V, mettant mon endurance à rude épreuve. Mais comme j’ai passé au travers de 27 mois de grossesse sans alcool, je me dis que quarante jours devraient pas m’achever…j’espère.

Cyntia Dubé, carême de fastfood

Je me suis embarquée avec l’arrogance de me dire que c’était dans la poche. J’avais juste à ne pas céder et ne pas m’approcher de tout ce qui est friture… puis il y a eu la relâche ! Avec toutes les sorties familiales et le rythme soutenu que la marmaille désire. Le défi du mi-parcours aura été de ne pas me faire déjouer par les habitudes comme finir les croquettes de mes enfants. Le pire est-il derrière quand les occasions semblent faire le tour de la table de multiplication? Gras rapide, tu n’auras pas raison de moi !

Kim Morin, carême de chips

Étais-je si présomptueuse de penser que j’allais accomplir ce carême avec la facilité et l’agilité d’une danseuse de ballet? Ma danseuse de ballet imaginaire s’est transformée, au fil des jours, en assoiffée dans le désert du Mozambique. Non, mais franchement, j’étais vraiment naïve de croire que l’étalage des croustilles au dépanneur ne me poursuivrait pas jusque dans mes rêves. Et que le  »scroutch » bien senti d’une chip sous la dent ne me harcèlerait pas à l’infini. Parce que oui, je pourrais encore faire les pires bassesses pour un sac de croustilles, mais par solidarité avec mes courageuses collègues de carême, je vais serrer les dents et manger du pop-corn!

Marie-Hélène Tremblay, carême du tabac

Note mi-parcours : 7.5/10, pour mauvaise humeur et une petite rechute d’une soirée. J’utilise maintenant une vapoteuse, nicotine au minimum. Le manque de nicotine était en train de ruiner mes nuits, ma bonne humeur, et quasiment mon couple, pauvre chéri ! Bilan positif, dans l’ensemble, considérant que mes envies sont de plus en plus espacées ! On continue !

Marie-Ève Piché, carême du café

Harcelée par un mal de tête constant et mes trois enfants, privée de caféine et de patience, les quatre premiers jours ont été vraiment éprouvants. Il y a aussi ce matin où je me suis préparé un café sans m’en rendre compte, de façon automatique. J’ai un peu pleuré quand je l’ai jeté dans le lavabo, il sentait si bon. Depuis, les choses se sont un peu tassées et j’ai bon espoir de vivre sans café jusqu’à la fin de ce carême.

Encore vingt-trois jours à tenir, on lâche pas!

Pour lire la première partie, c’est par ici !

L’équipe de La Parfaite Maman Cinglante

 

logo parfaite maman cinglante

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *