Arrête d’être une bitch

bitch woman

Depuis un an, je suis davantage exposée sur les réseaux sociaux avec mes différentes entreprises. Se dévoiler un peu plus, c’est aussi de faire face aux bons, comme aux mauvais côtés sur les Facebook et Instagram de ce monde.

J’étais préparée. Blindée à 100%. Ouin… on va dire…

« Sérieux, ta job de lèvres a été botchée… t’as l’air d’un siphon de toilette » ou encore « T’es vraiment une conne superficielle qui ne pense qu’à se mettre du rouge à lèvres et qui pense juste à elle au lieu de s’occuper de ses enfants… t’es sûrement une mère de marde ».

Outch hen? Et ce ne sont que deux phrases prises à différents moments de 2016. Y’en a beaucoup d’autres.

T’sais, ce que j’essaie de te dire aujourd’hui, c’est d’arrêter d’être une bitch et tu vas voir que cela aura un effet direct sur ta propre confiance en toi.

Je pense que je ne t’apprends rien en te disant que la majorité des filles ont le jugement facile, ont très souvent la méchanceté pas loin dans leur sacoche et qu’elles ne réalisent pas qu’en faisant ça, elles nuisent à leur propre progression.

Je m’explique. Quand tu perds du temps à regarder ce que font les autres, à avoir une opinion sur ta voisine qui envoie des lunchs surgelés à son enfant le midi, à médire sur les histoires d’une et l’autre, c’est du temps que tu gaspilles à ne pas créer la meilleure version de toi-même.

Oui, ça sonne développement personnel c’t’histoire-là, mais c’est vrai. Je travaille avec des centaines d’entrepreneures d’un peu partout et je passe ma vie à leur dire d’arrêter de voir la compétition avec un couteau entre les dents, que c’est complètement malsain d’y accorder toute leur attention parce que durant ce temps-là, ce sont des minutes, des heures et des semaines précieuses qui ne sont pas investies dans leur propre entreprise.

C’est donc un peu comme dans la vraie vie, t’sais. Tu as des qualités, tu as tes forces, tu as tes bons coups, tes moments de gloire. L’estime de soi est cependant un travail de tous les jours; tu dois pouvoir prendre le temps de t’arrêter souvent et te regarder le nombril pour pouvoir progresser, t’améliorer.

Tu as envie de perdre cinq minutes de ta précieuse existence à répondre avec tout ton irrespect et ton de marde à un article d’une fille que tu ne connais même pas pour l’insulter et faire valoir ta soi-disant opinion? Fine. Mais si tout ce qui te motive, c’est cracher ton venin sur la voisine – on est loin du débat d’idées – rappelle-toi que c’est aussi un cinq minutes que tu aurais pu prendre pour souligner la belle journée que tu as eue, ta p’tite victoire quotidienne, te donner ta propre tape dans le dos. C’est du temps que tu passes inutilement sur le dos des autres qui, de toute façon, devraient plutôt te laisser indifférente.

Et j’ai aussi l’immense plaisir de t’expliquer que le vrai fondement de la bitcherie, ben souvent, c’est la jalousie.

Quand quelqu’un fait quelque chose qui t’irrite profondément, souvent, c’est parce que cette personne-là a justement ce que tu voudrais obtenir.

Facile de dire du mal de la fille avec les abdos magnifiquement découpés : « On sait ben, elle doit négliger ses enfants et être toujours au gym ».

Ou encore de tes voisins qui sont en moyen financièrement et qui partent en voyage aux six mois : « C’est sûr qu’ils ont dû frauder plein de gens pour avoir ce qu’ils ont ».

Ou dire qu’Eugénie Bouchard peut ben se montrer le derrière sur des photos de plage parce qu’elle est poche au tennis.

Pas de danger qu’on souligne la réussite, ceux qui se démarquent, ceux qui agissent selon leur propre vision de la vie. Beaucoup plus facile d’être une bitch.

Je suis consciente que je ne referai pas le monde aujourd’hui. Que c’est impossible d’aimer tous les gens comme au pays des Calinours, là où il est possible de voir des licornes et de vivre dans des maisons de paillettes. Mais j’aimerais qu’on change notre perception de la chose pis qu’on comprenne qu’en agissant ainsi, on est loin d’être en mode solution. On entre dans une spirale négative sans fin, et surtout, on a pas les yeux rivés sur notre propre bonheur.

Au lieu de cracher ton venin sur la fille aux abdos parfaits, mets-toi donc en action pour créer les tiens (pis arrête de te convaincre que ce n’est pas par jalousie que tu as dit ça).

Au lieu d’inventer des histoires sur tes voisins riches, sois dont contente pour eux. Même mieux , réévalue donc ta situation financière pour peut-être l’améliorer. Trouve de quelles façons tu pourrais réaliser les projets que tu as en tête toi aussi.

Pis au lieu de dire qu’Eugénie Bouchard est une pas d’allure : fais donc juste te dire qu’Eugénie Bouchard est belle point, bravo à ses parents.

Arrête d’être une bitch !

Est-ce que je suis mieux qu’une autre? Pas du tout. Moi aussi, j’ai dit des choses pas toujours gentilles dans le dos des autres, j’ai parfois manqué de respect à des gens qui ne m’avaient rien fait, mais j’ai surtout compris que c’était ma faible estime de moi, mes moments de doutes et oui, ma fucking jalousie, qui me faisaient parler.

Maintenant, et je le dis en toute honnêteté, le jugement des autres ne me fait plus un pli… RIEN… NADA… parce que je sais EXACTEMENT qui je suis, ce que je vaux, et surtout, je sais ce qui est vrai ou faux.

Tu penses que je suis une mauvaise mère parce que j’ai une carrière? OK!

Tu penses tout savoir sur ma séparation? OK!

Tu juges mon look de princesse et paillettes? OK!

Tu penses que j’ai couché avec Sugar Sammy? (C’est une longue histoire remplie de détails pas tant croustillants qui est partie d’un fait anecdotique, racontée par des gens jaloux de ma propre ville) OK!

C’est ton choix, ton droit… et je ne pourrai jamais te convaincre du contraire de toute façon.

S’accepter complètement, c’est d’assumer qui on est profondément parce qu’on a pris le temps de faire l’introspection sur soi nécessaire pour se découvrir.

Je pense aussi que de se concentrer sur soi, c’est une des plus belles valeurs que l’on peut transmettre à nos enfants, spécialement à nos filles. Veux-tu sincèrement que ta p’tite grandisse dans un esprit de compétition pas cool pantoute toute sa vie? On ne devrait pas plutôt inculquer des notions d’empathie, de sensibilisation à la différence et surtout d’estime de soi?

Ben c’est ça. Arrête d’être une bitch.

Sur ce, je te quitte parce que je pars liker des photos de voyages, de filles avec un corps parfait, de gens inspirants qui réussissent dans une sphère en particulier de leur vie et de beaux plats de bouffe que je ne serai jamais capable de cuisiner, tout en leur envoyant virtuellement du vrai gros love et en les admirant sincèrement.

Ah pis en passant, mes lèvres sont mes vraies lèvres mais écoute, t’as le droit de penser ce que tu veux.

MELISSA NORMANDIN ROBERGE
Move VIP

Mélissa Normandin Roberge est une entrepreneure-née. Ayant fondée sa première entreprise à l’âge de 18 ans, elle s’est toujours donné comme mantra d’aller au bout de ses rêves et de vivre le moment présent. Maintenant conférencière et coach en affaires, elle est devenue une experte en paillettes, désirant convaincre les gens qu’ils peuvent briller en osant être unique, différent, et surtout être eux-mêmes complètement. En savoir plus…

Site Web
Page Facebook


2 thoughts on “Arrête d’être une bitch

  1. Marilyn Répondre

    Tout simplement Bravo! Merci Mélissa d’être toi et de nous démontrer qu’en étant soi-même on y prêche un laisser-vivre aussi envers les autres.

  2. Francois "Fern" Tetreault Répondre

    Excellent texte Mélissa comme d’habitude! 🙂
    Tout le monde a malheureusement le jugement beaucoup trop facile!
    Et cocassement, j’ai justement fait un Facebook live là-dessus cette semaine! 😛

    Et comme tu le dis si bien, soyons bien avec nous-mêmes, concentrons-nous sur nous et enseignons ça à nos enfants! 😉

    Merci! 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *