À ta confidente, ta mère

daughter and mother hands

D’aussi loin que tu te rappelles, elle est à tes côtés. Elle te supporte, t’écoute, t’encourage et t’aime inconditionnellement. Je te parle de ta mère. La meilleure cheerleader qui soit.

Il y a bien eu une certaine époque où tu as voulu t’en dissocier. Autour de quatorze-quinze ans, elle te faisait honte et te tapait royalement sur les nerfs avec tous ses conseils. Tout le monde sait qu’un adolescent, ça a la science infuse.

À vingt ans, tu as quitté le nid familial pour vivre tes propres expériences et te prouver à toi-même que tu étais capable de te débrouiller seule dans la vie. Tu avais un besoin d’indépendance, une soif de vivre qui ronronnait à l’intérieur.

Mais un beau jour, la cigogne est passée et tu as eu envie et surtout besoin de te raccorder avec cette femme qui t’a mise au monde. Un retour aux sources comme on dit. Le petit être que tu venais de créer avait non seulement changé ta vie, mais il avait aussi donné un second souffle à votre relation mère/fille.

Soudainement, tout est devenu clair comme de l’eau de roche. Tu comprenais maintenant cette femme qui t’avait élevée : ses angoisses, ses peurs, ses inquiétudes, sa fatigue sur son visage, la folie dans ses yeux. Elle t’aimait tellement et elle t’aime toujours. C’est une maman ourse que tu as. Qui a toujours été prête à déplacer des montagnes pour toi, pour te protéger et t’éviter d’avoir mal.

Maintenant, elle t’accompagne dans la maternité, elle est à tes côtés et elle est devenue ta confidente. Pas seulement sur l’alimentation de bébé ou le rash sur les fesses, mais sur les multiples défis de la vie. Je te parle de tes doutes en tant que mère, de ta fatigue, du fossé qui se creuse à l’occasion entre toi et ton amoureux et même plus. Tu peux tout lui dire parce qu’elle t’aime, elle te comprend, elle l’a vécu et surtout elle t’a conçue. Elle t’a façonnée, créée, sculptée sur une vingtaine d’années avec le meilleur de ses capacités. Bien sûr, tu te gardes une petite gêne, c’est ta mère tout de même, mais combien de fois tu lui as téléphoné en pleurant, criant, tremblant depuis tu as enfanté. Tel le roc, elle est toujours à l’autre bout du fil, prête à t’entendre et à te partager sa sagesse.

Tu l’aimes ta mère, ta nouvelle confidente.

Roselle Simard
ROSELLE SIMARD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *