Ta maternité : 5 moments qui te permettent de tenir bon

mother with kid kiss

La maternité n’est pas de tout repos pis y’a des moments où tu te demandes sincèrement comment tu vas faire pour survivre jusqu’à ce que les p’tits se couchent jusqu’au lendemain. Heureusement, ben souvent, au moment où t’en peux plus arrivent des moments pour te permettre de tenir bon.

#1  Quand ton p’tit te dit « Je t’aime »

Ça fait quarante-huit fois que tu te relèves les fesses du divan à huit heures et demi le soir parce que ton p’tit n’en fini plus de t’appeler parce qu’il a chaud, qu’il a froid, qu’il a envie de pipi, qu’il a soif pis qu’il vient de faire un cauchemar même s’il n’a clairement pas encore dormi. Pis là, quand il t’appelle pour la quarante-neuvième fois pis que t’es sur le bord de la crissitude absolue, il te dit qu’il voulait juste te dire qu’il t’aime, ton cœur fond, la colère prend le large pis t’écoutes ton programme le cœur léger.

#2  Quand ton p’tit te dit que c’est bon

Pratiquement tout ce que tu cuisines reçoit des critiques moins élogieuses les unes que les autres. Tu le sais, c’est de même. Par défaut, tu t’attends à ce que personne aime ça et que tu doives négocier à l’infini. Pis là, un bon soir de semaine que t’as la broue dans le toupette, que tu cours entre les devoirs du plus vieux pis ta sauce béchamel en préparant les lunchs, tout le monde s’assoit pour le souper, tu te prépares à une négociation musclée en suant à grosses gouttes pis là, ton plus jeune te dit que c’est bon. Pis il te semble que toute la pression de ta journée prend le bord, l’espace d’une minute, pendant laquelle tout le monde mange avec le sourire.

#3  Quand tes enfants s’encouragent au lieu de se chicaner à l’infini

Tes enfants passent leur temps à se chicaner. On va se le dire, ils entretiennent une relation amour-haine et tu interviens au moins trois fois par jour parce que l’un est en beau fusil après l’autre, qu’il lui a tiré le bras, qu’il lui a lancé quelque chose dans la face par inadvertance (ou pas) ou qu’il lui a dit que c’était une grosse patate pilée qui pue. Puis, arrive ce moment béni où le plus vieux encourage le plus jeune ou le félicite ou lui montre une nouvelle patente qu’il ne connaissait pas et ton cœur est envahi de quelque chose de chaud et d’agréable qui te rappelle pourquoi t’as décidé d’avoir plus qu’un enfant.

#4  Quand tes p’tits te remercient

En tant que parent, t’essaies de trouver des activités le fun à faire avec tes p’tits pour les divertir. Tu les amènes un peu partout, parfois au prix de ta patience pis de ton compte de banque, dans le but de les divertir pis de leur apprendre des affaires mais force est d’admettre que la plupart du temps, tout le monde chiale. Soit parce que la ride de char est trop longue, parce que les files d’attente en finissent plus, parce que leur hot-dog est froid ou qu’il manque de ketchup ou parce que la musique est trop forte. Pis si tout se passe bien y’en a assurément un qui fini par se péter la margoulette quelque part en braillant. Ça fait que quand ton p’tit te remercie pour ton idée de sortie, tu pognes un deux minutes pis tu te dis que, coudonc, ton enseignement de la gratitude commence peut-être à rentrer.

#5  À la fin d’une mauvaise journée

Pis finalement, après une semaine de crotte au bureau où tout le monde était sur ton dos, où tu croulais sous le travail et où ce que t’avais à faire te puait au nez, après une grosse chicane avec ta mère, ta belle-sœur ou ta chum ou après avoir constaté l’ampleur des dégâts de ton budget familial, tu regardes ta petite famille dans le salon, tu souris pis tu te rappelles que l’essentiel est là, devant toi, pis tant qu’il le sera, toute peut finir par s’arranger.

logo parfaite maman cinglante

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *