Le calvaire de partir en auto avec bébé

11baby boy crying in a car

Parce qu’en principe, c’est supposé être simple. Tu sais, tu pars d’un point A pour te rendre au point B. Tu prends ta sacoche, tu retouches ton rouge à lèvres devant le miroir de l’entrée et tu t’installes derrière le volant. Et tu choisis ta musique avant de démarrer ta voiture. Tu connais?

Eh bien, ça ma belle, c’était avant. Maintenant, il y a ce petit poupon tout mignon qui, malgré ses airs angéliques, ajoutera un coefficient de difficulté remarquable à tes sorties.

D’abord, oublie ça, de juste prendre ta sacoche. C’est le début d’une nouvelle ère dans ta vie, celle de l’arme ultime de toute maman organisée et prévoyante : ZE sac à couches. Et après t’être fait prendre à la dernière minute sur le gros nerf à tenter de mettre l’essentiel dedans pendant que ton chérubin hurle à s’en fendre les poumons (et tes oreilles), tu te dis qu’il sera toujours prêt à l’avance. Bien entendu, toi, tu l’as trouvée, la solution : rien ne sert rusher, il suffit de le préparer d’avance. Mais comme toute bonne résolution, tu oublies une fois, tu oublies deux fois et pouf! Te revoilà plongée dans la galère du maudit sac à couches à compléter on the spot à chacun de tes départs. Lâche pas fille.

Ensuite, la retouche de rouge à lèvres. Bon, comment te dire ça… C’est simple, tu n’auras pas eu le temps d’en mettre. Ni rien d’autre sur ton visage possiblement. Tu vas devenir en mode recherche-du-parfait-cache-cernes, reléguant aux oubliettes les autres items de ta trousse de beauté. Et on va se le dire, tu auras tellement chaud de courir partout dans la maison à la recherche de tous ces précieux-indispensables-et-oh-combien-futiles-bidules requis pour ta sortie avec bébé, tout en faisant des guili-guili à ton coco qui n’en pourra juste pu de ce moment d’attente bien-involontaire-de-notre-part, que tout ce que tu souhaiteras sera de t’engouffrer au plus sacrant dans ton bolide pour y partir l’air climatisé. Même en hiver.

Tu te dis maintenant « Oui, mais la musique, elle, je l’aurai toujours? ». Si ton bébé te fait la grâce de collaborer en dormant une fois la voiture démarrée, oui, peut-être que tu pourras écouter ta musique. Remarque que le son du silence deviendra tellement doux à tes oreilles, tu risques de volontairement t’en passer. Mais il semble qu’une loi non écrite, mais largement diffusée au sein de la communauté internationale des enfants, indique qu’un bébé digne de ce nom doit soit a) hurler le plus fort possible lorsqu’il se trouve dans l’habitacle d’un véhicule ou b) jouer à l’agace et ne dormir que lorsque le véhicule est en mouvement. Attention lumières rouges dans trois…deux…un…et voilà! Les pleurs enterreront ta musique, si Metal soit-elle. Alors tiens-toi-le pour dit ma chère : tu n’es plus maître dans ton auto. Ni chez toi d’ailleurs, mais ça, c’est un autre chapitre de cette magnifique histoire de la maternité.

Alors, quand ton entourage te conseillera de sortir plus souvent en prétextant que ça te ferait du bien, ne serait-ce que pour aller au service à l’auto du coin te chercher un café, tu pourras en toute sincérité répondre que le tien a vraiment meilleur goût, et qu’il est surtout plus relaxant. Et tu pourras boire ton bon café (froid) en regardant ton petit trésor avec ce sentiment sincère que tu ne retournerais pour rien à cette vie d’avant, même si maintenant, tu passes souvent avec essoufflement par plusieurs autres lettres entre le A et le B pour chacun de tes déplacements.

Isabelle Clermont
ISABELLE CLERMONT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *