À toi, qui as perdu un petit ange

woman belly

À toi, ma belle amie,

Aujourd’hui, j’aimerais trouver les mots qui te réconforteraient. Ceux qui te feraient du bien. Ceux qui panseraient tes blessures. Ces paroles qui mettraient un baume sur ton coeur meurtri par cette épreuve qui te déchire.

Un petit ange veille maintenant sur toi. Il a été rejoindre ceux et celles qui partent trop tôt. Ceux dont on ne connaît pas encore le visage. Ceux qu’on aime déjà d’un amour inconditionnel et qu’on pleure doucement la nuit. Ceux pour qui on forme un petit cocon tout douillet au fond de nous. Ceux qu’on a déjà hâte de bercer et de cajoler.

Ce petit amour, oh que tu l’as attendu. Que tu l’as imaginé et que tu l’as vu dans tes rêves. Il faisait déjà partie de ta vie, de ton futur. Pas de ton passé. Ce n’était pas ce qui était prévu.

Comme toi, j’aimerais t’expliquer l’inexplicable. J’aimerais comprendre l’incompréhensible. Mais je ne peux pas. Je ne sais pas.

Je sais que présentement, les nuages surplombent ton coeur assombri par la tristesse. C’est la tempête dans ton corps et bien au-delà dans ta tête et dans ton cœur. Tu sais, ça durera un moment. Petit ou grand. Je te promets, le soleil finira par revenir. Tout comme les jours heureux.

Mais tu n’oublieras jamais. Ta douleur finira par s’apaiser. Et quand tu regarderas le ciel la nuit, tu la verras, cette étoile minuscule qui brille dans le ciel. Elle ne cessera jamais d’étinceler pour toi. Elle te rappellera ces quelques moments de bonheur que tu as vécus et que tu aimerais vivre encore et encore. La vie t’en a privée et je sais que tu garderas pour toujours le souvenir de ton petit trésor qui est parti tout doucement.

Ma belle amie, je n’ai pas envie de te sortir ces phrases toutes faites qu’on entend trop souvent et que tu n’as pas envie d’entendre de toute façon. Je ne peux que me tenir à tes cotés et être là pour toi.

Je veux que tu saches que tu n’es pas seule. Que tu ne seras jamais seule. Je suis là pour toi, si tu as besoin de moi.

Véronique Martel
VÉRONIQUE MARTEL

Une réflexion sur “À toi, qui as perdu un petit ange

  1. Fuhrmann Répondre

    Magnifique se texte j’ai UE les l’arme au yeux
    J’ai perdu un enfant en 2013 je ses se que sa fait je connais cette douleur ourible sa fait 3ans 11mois et 19jour et la douleur est toujours là
    Une mamange elle n’oublie jamais son enfant et ni cette douleur orible qui nous ronge petit à petit au fond de nous
    Cette douleur me tue petit à petit chaque jour
    Je t’aime ma princesse des étoiles ma lune
    Princesse lunaa shanaa 3ans 11mois 19jour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *