Chroniques d’une mom-to-be : les attentes de la grossesse

pregnant woman belly

Oh. My. God. Je suis enceinte. Croyez-moi, deux bandes parallèles ne m’ont jamais fait autant d’effet.

Premier mois

On m’avait dit que mes seins grossiraient, mais personne n’avait parlé de douleur. Le moindre frottement entre mes mamelons et un tissu quelconque m’est désagréable. Et franchement, moi qui m’attendais à passer d’un bonnet A à un bonnet C, j’ai du chemin à faire.

Deuxième mois

Je ne serais pas supposée avoir des nausées? Me lever le matin et vomir? Avoir des haut-le-cœur en entrant dans la cuisine? Rien, niet! Le petit pois est-il toujours vivant? Il doit bien y avoir quelque chose de pas normal.

Troisième mois

Ce matin, le médecin a prédit la date de naissance de la crevette. Il m’a dit que j’allais bientôt entrer dans le deuxième trimestre et que la fatigue que je ressentais actuellement allait beaucoup diminuer. En fait, je ne suis pas autant fatiguée que ce que j’avais prévu. Mon amie me disait qu’elle avait du mal à passer à travers ses journées de travail sans faire une sieste sur l’heure du dîner, qu’elle était épuisée physiquement, surtout quand elle montait des escaliers. Je ne connais pas ça. Bon, c’est vrai que je cogne parfois des clous à vingt et une heures, mais je fabrique un humain, non? D’ailleurs, je vais aller faire une sieste, je dois fabriquer un orteil.

Quatrième mois

Je m’attendais à péter le feu ce mois-ci. Eh bien non, j’ai attrapé le rhume et je ne peux rien prendre. Correction, je peux prendre des Tylenols extra forts et des bonbons au miel non médicamentés, mais ça fait presque deux semaines que je suis là-dessus et je commence à peine à voir le bout du tunnel. C’est un cercle vicieux; je dors mal parce que j’ai de la difficulté à respirer, donc mon corps manque d’énergie pour combattre le rhume. Comme quoi le degré de fatigue n’est pas seulement déterminé par l’avancement de ma grossesse. Vive l’hiver.

Cinquième mois

Les gens adorent me demander quelles sont mes envie bizarres de bouffe? Euh… Pendant une semaine, j’ai eu particulièrement envie de yogourt et de crème glacée, mais c’est tout. Pas de sandwichs concombres et tranches de fromage Singles, pas de chocolat dans ma soupe Lipton et pas de pots d’olives marinées pour déjeuner. Faut croire que ma grossesse n’est pas intéressante.

Sixième mois

Je m’attendais à avoir les hormones dans le piton, mais wow, pas à ce point-là. J’ai une libido de fou pendant quelques jours puis plus rien; je suis super joyeuse et pimpante un instant, et l’instant d’après, c’est le déluge ou la troisième guerre mondiale. Je me fatigue moi-même; mon chum est un saint de me supporter.

Septième mois

On m’avait mise en garde qu’à ce moment je pourrais avoir des hémorroïdes. Je ne veux pas élaborer sur le sujet, mais tout va bien dans ce coin-là.

Huitième mois

«Je vais exploser! J’ai juste hâte qu’il sorte! Je n’en peux plus!». Toutes des variantes de ce que les mamans de mon entourage ont dit à ce stade-ci. Je ne comprends pas trop; je suis grosse c’est vrai, mais je vais super bien. Moi qui me tapait un mal de tête par semaine, j’en ai seulement deux à mon actif depuis les sept derniers mois. Alors, bébé sortira quand il sera prêt, moi je profite.

Neuvième mois

Aujourd’hui, je suis allée à l’épicerie et la caissière, impressionnée par la grosseur de ma bedaine, m’a demandé si j’étais due pour bientôt. Je lui ai répondu la vérité, que j’étais due pour hier. Là, je stresse. Je croyais accoucher naturellement. Mais si bébé ne se pointe pas le nez d’ici les cinq prochains jours, on risque de me déclencher. Tout, mais pas ça.

Deux jours plus tard

Ça y est, je viens d’être admise à l’hôpital! J’avais des contractions depuis ce matin, mais comme ça ne faisait pas mal au début et que ce n’était pas au niveau du ventre, je ne pensais pas que c’était ça. C’est fou, on se construit même des attentes sur ce à quoi ressemble une contraction.

——————————–

Je n’ai qu’une chose à te dire quand je repense à ce «parcours du combattant»: entre ce que disent les livres, les reportages, les forums, le Mieux-vivre, les médecins et les mamans de ton entourage, il y a toi et TA grossesse. C’est bien beau de tout écouter, mais ça fait beaucoup d’informations et, parfois souvent, elles se contredisent! Dans mon cas, j’ai presque trouvé la grossesse plate tellement elle a été simple et sans encombre. J’en aurais peut-être plus profité si j’avais vécu les choses au jour le jour sans me préoccuper de ce que j’aurais dû faire, ressentir, vivre à chaque étape!

Maman Cocorico
Maman Cocorico

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *