Ton corps de merde

woman angry scale

Chère maman,

Tu te dis que tu as un corps de merde. Que tu vaux pas cher la livre. Ou que si, justement, on te donnait un dollar pour chaque livre en trop que tu traînes à chaque pas, tu serais riche sans bon sens. Tu veux que je te dise? Je pense que tu ne t’aimes pas. Parce que si tu t’aimais un tant soit peu, tu bougerais ton derrière de ton divan pis tu ferais des efforts pour prendre soin de ta santé. Pas juste pour perdre du poids, mais pour être fière de toi. Pour être bien dans ta peau, pour faire le plein d’hormones de bonheur et pour être un super-exemple pour tes enfants.

Tu penses assurément que tu as un corps de merde, qu’il n’y a rien à faire, que c’est peine perdue, que tu ne saurais pas par où commencer, que le mal est déjà fait et que, en tant que mère et bonne femme reine du foyer, tu n’as pas le temps de faire autre chose que les repas/les tâches ménagères/les devoirs/pis-toute-pis-toute. Tu veux savoir la vérité? On a toujours du temps pour ce qui est important. Et si tu n’as « pas le temps » de faire du sport, mais que tu as le temps de t’enliser dans le divan avec un sac de chips pendant trois heures le dimanche soir, ben laisse-moi te dire quelque chose : tu as du lousse dans ton horaire.

Tu es convaincue que tu possèdes un corps de merde parce que tu le traites comme tel. Tu as la santé de ta progéniture à cœur, tu leur achètes les aliments les plus colorés qui soient et tu les inscris à une panoplie d’activités où leurs corps s’épanouiront tout en leur assurant un sourire étampé au visage? Bravo! S’ensuivront un bon bain, une collation nourrissante et un beau gros dix-douze heures de sommeil récupérateur dans des draps fraîchement lavés? Super. Et toi? Tu mangeras les restants du souper (froids de préférence), ton sport du week-end sera chauffeur-de-taxi-de-course et tu enfileras cinq-six heures de sommeil. Peut-être. Et peut-être d’affilée.

Tu as un corps de merde qui est juste bon pour être garroché aux vidanges. C’est ce que ton visage semble dire quand tu vois ton reflet dans le miroir. À part faire des bébés, pour ensuite être à la merci de leurs mille et un caprices, jouer à la garde-malade et peser sur la pédale du véhicule qui les trimbalera d’un endroit à un autre, ton corps ne sert à rien. Ce n’est, après tout, qu’une enveloppe décorative qui renferme tout ce qu’il y a de beau en toi. La beauté, toi tu l’as à l’intérieur, c’est connu. Pis c’est ça qui compte.

J’ai des petites nouvelles pour toi : ce n’est pas très beau à l’intérieur non plus. Ta santé, c’est primordial. Et ta belle enveloppe, elle n’est pas que décorative. C’est ta vitrine, ta carte de visite, mais aussi ce qui démontre ton engagement envers toi-même. L’effort que tu y mets te permettra de profiter des tiens plus longtemps. Tous y seront gagnants : ton humeur, ton sommeil, ta famille – ta vie en général.

Alors je te le demande, penses-tu vraiment que tu as un corps de merde?

Ton allié,

Ton subconscient

Lysiane Beaubien
LYSIANE BEAUBIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *