À toi, la maman qui élève seule ses enfants

single mother with baby

Aujourd’hui, je veux te parler à toi, la maman dont le papa est absent. Pas juste une semaine sur deux, pas juste de temps en temps. Absent. Tout le temps. Toi, la maman qui n’a pas la chance de s’accoter sur papa, qu’il soit dans le même lit, ou pas, pour s’occuper de ses petits.

Je veux te parler à toi, qui as perdu papa à cause d’une maudite maladie ou d’un bête accident. À toi, qui as dû te rendre à l’évidence que pour le bien-être de tes enfants, il valait mieux que tu t’en occupes à plein temps. Et aussi à toi, qui n’as même pas pu se rendre à l’évidence, M. Le Géniteur s’étant sauvé avant, négligeant d’amener avec lui sa part des responsabilités.

C’est à toi, cette maman-là, que je veux rendre hommage. C’est à toi que je veux dire, d’une maman à une autre, que ce que tu accomplis, c’est formidable, vraiment.

Je t’entends me dire que tu as de l’aide, que tu as ta mère, ta sœur, ton amie. Oui, mais ce n’est pas leur père et ça ne te décharge pas de la responsabilité complète qui repose sur toi. Responsabilité que tu assumes pleinement, malgré toutes les difficultés que ça peut représenter.

Je t’entends me dire qu’un homme merveilleux a pris place dans ta vie et dans ton lit, qu’il t’aide au quotidien et qu’il les aime comme s’ils étaient les siens. Oui, mais tu le sais trop bien que s’il te quitte un beau matin, il ne va pas partir avec la moitié de tes responsabilités.

Je t’entends me dire que t’es pas si bonne que ça, que t’es fatiguée, limite écœurée. Que t’es pas toujours patiente pis que des fois, tu te demandes comment tu vas faire pour les amener à la majorité sans craquer. Oui, mais ça, ça arrive même à la mère qui partage tout ça avec le père, alors c’est normal que ça t’arrive à toi aussi, t’sais.

Je t’entends me dire qu’anyway, t’as pas ben ben le choix. Oui, mais ici, permets-moi de te dire comment moi je vois ça.

Te lever à tous les matins, à longueur d’année, sans une journée pour te reposer;
Gérer toute seule le quotidien, les bobos, les peines, les problèmes, les inquiétudes et être plus que très organisée, pour y arriver;
Donner tout de toi à tes enfants, sans attendre quelque chose en retour;
Passer en deuxième, plus souvent qu’à ton tour, pour pouvoir subvenir à leurs besoins;
Pleurer toute seule la nuit, quand t’es inquiète pour eux et que t’aurais besoin de jaser avec papa ou juste sentir son appui, mais essuyer tes larmes et continuer d’avancer;
Ravaler ton amertume, quand tu vois dans les yeux de tes enfants leur incompréhension face à l’absence de papa, et faire tout ce que tu peux pour qu’ils ne se sentent pas abandonnés;
Demander de l’aide lorsque tu sens que t’en as besoin pis que oui, tu vas craquer, si on vient pas t’aider.

Ben tout ça, ce sont des choix que tu fais pour le bien-être de tes enfants. Tu fais aussi le choix de ne pas baisser les bras, pis de continuer, même si des fois t’as l’impression que tu vas t’enfoncer dans le plancher, à force de porter toute seule le poids des responsabilités.

Et pour tout ça, tu m’épates. Parce que moi aussi je suis une maman et je sais comment s’occuper des enfants, ça peut être prenant.

Moi, j’ai beau avoir le gène de la maman-qui-prend-tout-sur-ses-épaules, je sais que papa est pas très loin, dès que j’ai besoin. Il réponds toujours présent et me rappelle doucement que je partage avec lui la responsabilité de prendre soin de nos petits.

Toi, tu ne comptes pas sur papa, et tu t’en sors certainement aussi bien que moi. T’en doutes sûrement parfois, mais moi, quand je te regarde aller, je n’ai aucun doute que tu vas les amener à la majorité.

J’espère que quand ils seront grands, ils te seront reconnaissants pour tout ce que tu as fait pour eux. Parce que moi, quand mes yeux de maman et de femme se posent sur toi, je le vois, tout ce que tu fais et tout ce que tu sacrifies pour eux.

Et laisse-moi te dire que tu as toute mon admiration, vraiment.

Meliane
MELIANE

28 thoughts on “À toi, la maman qui élève seule ses enfants

  1. Harpaillé Répondre

    Merci

  2. Julie Répondre

    Simplement merci :'(

  3. Iza Répondre

    Juste merci pour ton texte!
    Ça m’a quelque peu réconforter de lire ton texte alors que j’ai de la difficulté à m’adapter à ma nouvelle réalité de maman monoparentale (papa est décédé dans un accident de voiture à l’automne) et que je me sens continuellement sur le point de craquer. Bien que j’avais le même gêne que toi (de la maman-qui-prend-tout-sur-ces-épaules), la vie n’est vraiment pas la même sans papa à mes côtés.

    1. Fyfe Répondre

      Comme je te comprends! Le père de mes trois enfants est décédé il y a bientôt 10 ans. Mes enfants avaient 1- 5 et 7 ans….Le temps avance sans qu’on ne sans rendre compte et je te jure que tu seras capable d’avancer avec eux. Ce texte dit vraiment bien ce qu’est notre réalité de maman monoparentale……. un jour à la fois! Et Oui, on est des supers mamans!!!!!!!!!

    2. Sck Répondre

      Ça va aller mieux un jour. Promis ça m’est arrivé il y a six ans deux enfants dont un nouveau-né. Ça va aller mieux,

  4. Myriam Répondre

    Merci a la personne qui a ecrie cela .. chaque mot est vrai .

  5. Céline Répondre

    Merci!

  6. Manon Répondre

    Merci pour ce beau texte!
    Il y a aussi les mamans qui ont choisit d’avoir un enfant seule! Même si c’est un choix que j’ai fait, que je l’assume pleinement et que j’adore mon nouveau rôle de maman, il y a des moments difficiles à l’occasion.

  7. Annie Martineau Répondre

    Merci ♥

    Il y souvent peu de gens pour se rendre compte de tout ça et ça fait du bien de l’entendre… même d’une inconnue !

  8. Martine Gélinas Répondre

    Wow! Merci Meliane pour ce magnifique texte bien senti et plein de réalité… Ma réalité de maman monoparentale… J’ai deux merveilleux trésors… deux garçons âgés de 10 et 24 ans. Les deux « papas » (geniteurs) sont partis +/- vers mon 3e de grosesse… Ils n’ont jamais été là… pour les suivis, l’accouchement et après la naissance… Je ne leur ai jamais rien demandé financièrement parlant… les nuits blanches, les maladies etc… Mon plus vieux à souffert du syndrome néphrotique de l’âge de 8 mois à 4 ans et demi… Mon ptit dernier lui, est autiste de haut niveau… un combat chaque jour… Mais jusqu’à aujourd’hui… jusqu’à ce que je lise cette magnifique lettre que tu as écrite, je ne réalisais pas l’ampleur de ce que j’ai accompli et que j’accomplirai encore et encore… Mais à compter d’aujourd’hui, je le ferai avec un nouveau regard… T’es écrits m’ont fait beaucoup de bien… Venant d’une personne totalement inconnue mais qui semble si bien me connaître.
    Merci du fond du coeur… du fond de mon coeur de maman monoparentale qui est fière de ses enfants et qui donnerait sa vie pour eux.
    Merci!

    Martine G. xx

  9. Claudia Répondre

    Merci, ça m’encourage!! Souvent sans soutien financier aussi. Mais on se débrouille. 🙂

  10. Stephanie Répondre

    Je ne suis pas monoparentale, mais papa travaille beaucoup la semaine et peu de soutien familiale et parfois, même souvent je me sens seule! Pourtant, je sais que papa arrivera sou peu et qu’il pourra me réconforter et aussi prendre un peu le flambeau durant le w-e…et pourtant parfois je me sens fatiguée et je me demande comment je vais y arriver…et chaque fois je me demande comment font les mamans seules, vraiment peu importe la raison, je vous lève mon chapeau, car être maman c’est toff pour pleins de raisons et seule je ne peux même pas imaginer. Bravo, je vous admire ❤

  11. Annie Répondre

    Wow!! C’est tellement moi 😍

  12. Judith levesqje Répondre

    Merci pour ton texte…. Le pere de mes enfants est decede alors qu ils avaient 9-12 et 15 ans, Et j ai tout vécue ce que tu dėcris dans ce merveileux texte. Aujourd hui , ils sont tout les trois majeurs, mais ca ne s’arrête pas a la majoritė… C’est pour la vie , ėlever ses enfants sans papa. Les problèmes on en rencontre tout les jours…. Je te felicite vraiment , tu as tout compris, tout est dit….. Merci!!!!

  13. Nathalie Gagnon Répondre

    Merci!!! Mes larmes ont coulé tout doucement à la lecture de tes mots… Tes mots ont eu l’effet d’un gros câlin en cette fin de journée… juste au moment où j’en avais tellement besoin ❤

  14. Laetitia Répondre

    Merci pour ce texte , effectivement j’ai du soutien de mes parents et de mes enfants qui ont des âges très différents mais je me sens seule…souvent et c’est un texte qui m’a beaucoup touchée alors encore merci

  15. Sck Répondre

    Merci.

  16. Brigitte Répondre

    Merci! C’est tellement vrai! Mes enfants ont aujourd’hui 23 et 20 ans et j’ai versé quelques larmes en lisant ces écrits. …

  17. Marie Répondre

    Merci! Tellement merci!

  18. Ashes Répondre

    Merci pour ma mère !
    Je lui ai toujours dit qu’elle faisait un boulot formidable. Elle cuisinait, cousait nos déguisements, nous faisait faire nos devoirs, travaillait, nous lisait des histoires. Elle a pris le temps de passer du temps avec nous, d’éveiller mes passions, de nous créer des souvenirs. Elle criait beaucoup, courait partout. Elle faisait même le bricolage dans la maison parce qu’il fallait bien….
    Mais tout ce qu’elle voyait c’était ce qu’elle ne pouvait pas faire, ce qu’elle ne pouvait pas nous offrir, les défauts qu’elle avait fait naître en nous…
    Pourtant je lui ai dit qu’elle faisait le double de travail. Je lui faisait la fête des mère ET la fête des père. Je l’avais même appelée « ma pemere » (un peu mon père beaucoup ma mère).
    J’aimerais qu’elle soit encore là pour lui faire lire ce texte.
    Merci et beaucoup de courage à toutes les mamans seules !

  19. Valérie Répondre

    Merci ton texte m’a fait du bien.

  20. Alexandra Répondre

    Wow Merci

  21. Bellemare Michèle Répondre

    j’ai eu durant quelques années à vivre ça. Mais je dois dire que ça été de très belles années. Seule avec mes deux très jeunes enfants m’a apporté beaucoup de joie….je me sentais libre d’organiser ma vie avec eux selon mon horaire et ma façon de voir….c’était valorisant et enrichissant. J’ai créé avec eux une relation très proche …. aujourd’hui ce sont de beaux adultes équilibrés…plus tard un nouveau papa et une nouvelle sœur ont enrichis leurs vies…. alors aucun regret …. nous avions une belle vie pas riche, mais remplie d’amour …. alors merci mais vois-tu je n’ai pas trouvé ça si difficile, même si je n’avais pas d’aide je me débrouillais… et j’étais heureuse.

  22. Melanie Répondre

    Merci énormément cela m’a faite chaud au coeur de lire cet lettre Merci bcq 🙂

  23. Mmm Répondre

    Ce texte je le relis Quand jai un moment où je me sent faible et mon dieu que Ca me remonte ce n’est pas facile par bout .. y’a des matins où des soirs où tout va bien MAis il en a d’autre que jai le cœur fendu en 100000 morceaux jai le coeur serrer comme si il voulait exploser jai un peu d’aide financier de mes parents MAis sinon je m’organise vraiment tout seul de A à Z avec mes deux enfants de presque deux ans et 6 ans jamais une pause jamais un soir de libre pour rencontrer quelqu’un qui dans le fond partirais pas Avec la moitie de mes responsabilité ..j’imagine qu’un jour il y aura juste milieu au niveau de mes sentiments que jamais je vais me relever le matin Avec le cOeuR serrer

  24. Rachel Répondre

    Je pelure en te lisant, merci <3

  25. Rachel Répondre

    Je pleure en te lisant… Merci <3

  26. Marie-Eve Répondre

    Merci, je me sens moins seule et je prends conscience peu à peu de tout ce dont j’ai accompli et que je dois encore accomplir pour ma belle grande fille. J’espère effectivement lui enseigner correctement la reconnaissance et la gratitude envers les autres. J’ai encore un goût amer de la situation et de mon manque de jugement lors de mon choix de papa. J’ai de la misère à me le pardonner. Cependant, je n’aurais sans doute pas la chance d’entendre les mots: «Maman, je t’aime de la bouche de cette jeune fille.» Je dois alors être reconnaissante à mon tour. Merci la vie!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *