J’aimerais mieux que tu n’aies pas d’enfant

woman holding kid

L’autre soir, j’ai fait quelques choses que je fais rarement; j’ai regardé les infos à la télé. Ce que j’y ai vu m’a d’abord surprise pour ensuite me choquer et me toucher profondément. J’ai répété l’exercice le lendemain et le surlendemain. J’ai même commencé à suivre les infos via mon téléphone lors de ma journée au travail tellement ce que j’y voyais m’obsédait.

Viols, vols, tueries, catastrophes environnementales, famines, et j’en passe, sont les mots qui ornent les Grandes Unes des fils de nouvelles à travers le Monde Entier. Parfois, je dis bien parfois, ces terribles nouvelles sont entrecoupées d’un segment qui se veut divertissant et rafraîchissant d’un chien à qui on aurait appris à jouer de la batterie afin de nous distraire de cette triste réalité et essayer de nous faire oublier, l’espace d’un moment, vers quoi notre monde s’en va.

Mais moi, je ne l’oublie pas. Et non seulement je ne l’oublie pas, mais je m’inquiète pour toi.

Je me souviendrai toujours du jour de ta naissance, je t’avais fait une promesse. Je t’avais promis que je serais toujours là pour toi et que jamais je ne laisserais personne te faire du mal, que je te protégerais quoi qu’il arrive. Et plus les jours passent, plus tu grandis et tu t’ouvres au monde, plus j’ai peur pour toi. Plus ma promesse faite à ton égard perd petit à petit de sa vigueur. Et je sens une impuissance énorme face à ça. Je réalise à quel point je ne peux pas te protéger de tout et que, si quelqu’un de mal intentionné décide de te faire du mal, je ne pourrai rien y faire. Quand je vois des parents aux infos pleurer la perte de leur petit qui n’était qu’au mauvais endroit au mauvais moment, je me dis que ça aurait tellement pu être toi et la peur me tenaille le ventre et j’espère de tout mon cœur ne jamais être ce parent-là.

Ce sentiment, j’espère que tu ne le connaîtras jamais. Il n’y a rien de pire pour un parent que de ne pas savoir s’il va être en mesure d’assurer un avenir décent à ses enfants. Donc égoïstement, lorsque je regarde les infos, je préférerais que tu n’aies pas d’enfant parce que je revivrais probablement ce même sentiment d’impuissance envers mes petits-enfants. Ça me brise le cœur en même temps parce qu’être parents est LA plus belle chose qui me soit jamais arrivé.

Je n’ai pas le pouvoir de prendre cette décision à ta place, pas plus que je peux contrôler le monde dans lequel tu grandiras. Je te fais donc une nouvelle promesse, que peu importe comment le monde évolue au fil du temps, tu trouveras toujours sous mon toit un endroit accueillant, chaleureux, sécuritaire et rempli d’amour à l’image du monde dans lequel j’aimerais tant te voir grandir.

Karine Desautels
KARINE DESAUTELS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *