Ton congé de maternité et ta joie de retourner au travail

woman happy at work

Voilà, une page se tournera bientôt dans ta vie de jeune maman : ton congé de maternité se termine. Pour certaines, l’idée de devoir se séparer de son chérubin paraît comme la fin du monde alors que pour toi, c’est plutôt le contraire. Ça peut paraître gênant de le penser alors qu’on a la chance d’avoir droit à un congé payé parental et qu’on t’a souvent dit« d’en profiter car ça passe tellement vite », mais rassure-toi, tu n’es pas la seule à avoir hâte de retrouver le boulot, tu sais.

Tu n’es pas la seule qui avait clairement sous-estimé le temps que tu consacrerais à ton poupon dans sa première année de vie. Tu savais que ça allait être beaucoup, mais tu ne pensais pas que ça allait être tout le temps, jour et nuit, même quand tu dors (ou pas). Comme tes faits et gestes et ta moindre attention devaient être concentrés sur ton poupon, tu n’avais aucun temps pour toi et tu as fini par te sentir esclave de ton bébé. Malgré la peine que cette pensée te cause, tu as hâte de réaliser des tâches qui ne seront pas axées sur ton enfant et tu le sais que ça te fera un bien fou.

Justement, en voyant ton homme partir pour le boulot après son congé, tu n’étais pas la seule à ressentir de la jalousie. Vous aviez pourtant calculé qu’il était plus payant que ce soit toi qui reste à la maison et qu’après tout, tu devais allaiter pis toute. C’était toi, de toute évidence, qui allais rester. Malgré cela, tu l’enviais d’avoir d’autres préoccupations que votre enfant le temps de quelques heures et tu t’ennuyais des moments où toi aussi, tu vivais des challenges professionnels. Même si la parentalité représente un défi en soi, tu avais l’impression de ne pas être à la hauteur, contrairement à ceux dont tu avais l’habitude et que tu aimais relever au bureau, et ça te manque. De plus, inutile de dire que ça va te faire du bien de reprendre des conversations stimulantes avec des adultes, question de te rappeler que tu sais dire autre chose que des mots de deux syllabes.

Tu n’es pas la seule à t’être sentie cloîtrée à la maison pendant ton congé. Bien que tu étais entourée d’amies en congé de maternité, de votre famille qui prenait de tes nouvelles et que tu faisais des activités de groupe avec d’autres mères, tu es sortie moins souvent que tu le souhaitais parce que préparer bébé, son sac à couches, ses jouets puis ses biberons pour des sorties demandait parfois plus d’énergie que l’activité elle-même et ça te donnait juste le goût d’annuler par moments. Maintenant, une fois que bébé sera à la garderie, tu n’auras que toi, ton sac à lunch et ta sacoche à traîner jusqu’au bureau. Oui oui, JUSTE ça!

Tu n’es pas la seule à vouloir renouer avec ton beau linge. C’est bien agréable le linge mou quand tu prends soin de ton enfant mais tu t’ennuies de tes beaux kits de job et de tes souliers à talons. Tu les as rangés dans la garde-robe afin de ne pas les exposer aux nombreux fluides corporels que tu reçois quotidiennement depuis que tu es maman. C’est pourquoi le retour au travail est synonyme pour toi de renouer avec ton look de professionnelle branchée que tu adorais, quitte à te recouvrir d’une des housses de plastique fournies par le nettoyeur pour protéger ton linge jusqu’à ce que tu déposes ton petit à la garderie.

Enfin, tu n’es pas la seule à avoir découvert que, durant la journée, ton téléphone à la maison est la cible de beaucoup trop d’appels inutiles, que ce soit pour te demander de répondre à un sondage, de te vendre des fenêtres ou bien une voyante qui appelait au beau milieu d’une sieste pour te prédire l’avenir (avait-elle prévu qu’elle allait réveiller ton petit du même coup la championne?). Bref, même si certains coups de fil du bureau te paraissaient chiants avant ton congé, tu te dis qu’ils sont moins pires que ce que tu reçois à domicile.

Tu n’es pas la seule à être heureuse de reprendre le collier, de retrouver tes collègues et tes défis d’antan et tu n’as pas à en avoir honte. Tu as la chance d’avoir un boulot qui te passionne : profites-en, amuse-toi et réalise-toi. Et même si tu t’es sentie sur les lignes de côté le temps de ton absence, rappelle-toi des habiletés maternelles que tu as acquises pendant ton congé et n’hésite pas à les mettre en application, ça compensera pour ta mémoire qui s’est poussée avec ton placenta l’année dernière!

Bon retour au travail, la mère!

Christine M.
CHRISTINE M.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *