L’envie de te coller du mardi soir

man woman watching tv

Ça te prend direct au cœur. Une grande vague qui envahit ton être tout d’un coup. Tu voudrais ça maintenant, c’est un état de manque soudain. T’as une réserve d’affection à déverser sur quelqu’un, mais il n’y a personne. Il y a juste toi. Mardi 20h30, assise dans ton salon l’envie te prend. Ça te manque, tu le réalises. Tu voudrais te coller.

Aller porter ton nez dans son cou, fermer les yeux et respirer l’odeur de sa peau. Sentir les poils de sa barbe sur tes lèvres. Flatter sa nuque doucement en silence. Écouter votre émission de télévision tout en étant concentrée sur sa présence. Le savoir là, prêt à recevoir ta tête sur son épaule. Glisser ta main sous son tee-shirt pour flatter la peau de son dos.

Ta maison est vide tout d’un coup. Juste toi qui es là. Les petits chez papa, tu t’entends respirer. Tu pourrais appeler une amie ou ta mère pour discuter. Commencer un film, prendre un bain ou affronter ta pile de revues pas à jour. Mais non, tu restes là sur ton divan pis tu es nostalgique du temps où tu avais un amoureux sur qui te coller.

C’est difficile de définir comment tu te sens. Ce n’est pas de l’angoisse, ni de la peine. Ce n’est pas parce que tu n’es pas bien dans ta solitude. T’as pas envie non plus de t’amouracher du premier venu. Mais c’est aussi plus fort que toi. Tu te collerais, tu voudrais qu’il soit là, l’homme que tu vas aimer un jour et qui va contribuer à sa façon à ce que ton sentiment de vide du mardi soit moins fort, moins présent, moins pesant.

Tu le cherches peut-être ton futur amoureux. Dans les magasins grandes surfaces, au travail, dans les bars ou sur internet. Peut-être aussi que tu l’attends sagement et patiemment sans vouloir rien précipiter. Peu importe, tu aimerais bien l’avoir avec toi ce soir.

En fin de soirée, tu gagnes ton lit. Parfois, il arrive que tu pleures un peu. Des larmes qui coulent en silence quand tu te couches au milieu du lit dans un geste de déni. Pour oublier qu’il reste une grande place pour lui. Lui, l’homme que tu attends dans ta vie. Le lendemain au réveil, t’as le cœur un peu plus léger. Ton spleen passé, tu entreprends ta journée avec tout ce qui te caractérise, aplombée dans ton espoir de trouver l’amour.

Tu le sais peut-être pas, mais il se peut que ce soit aujourd’hui.

Marie-Ève Baillargeon
MARIE-ÈVE BAILLARGEON

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *