Ce soir, je te fais passer en deuxième

little girl alone on the road with suitcase

Ce soir, mon amour, je te fais passer en deuxième. Je te mets au lit une heure plus tôt, même si le soleil n’est pas couché pour faire la paix avec la femme à bout de nerfs en moi qui a besoin de silence et de temps pour elle. Juste pour elle. Juste pour penser à sa vie. Ou pour ne plus penser du tout. Sans être interrompue.

Ce soir, mon amour, je te fais passer en deuxième. Je t’abandonne aux mains de papa pour aller m’époumoner sur un tapis qui roule trop vite, à la poursuite de la femme que j’étais, celle qui se regardait dans le miroir et qui souriait à son reflet. Je l’ai bien délaissée, cette femme qui prenait soin de son corps, juste pour se plaire, juste pour se trouver belle à travers ses propres yeux.

Ce soir, mon amour, je te fais passer en deuxième.  Je prépare ton petit bagage, je t’amène chez grand-maman et je file sur la route sinueuse pour retrouver la femme éperdument amoureuse de ton papa. Celle qui le regarde et qui craque toujours pour lui après deux ans, cinq ans, dix ans. Sa chaleur me manque. Il me semble que ça fait des années que je ne me suis pas blottie contre lui et que je lui ai dit «je t’aime».

Ce soir, mon amour, je te fais passer en deuxième et je quitte la maison sur la pointe des pieds pour aller rejoindre cette femme qui prenait parfois un verre de trop avec ses copines en se rappelant les quatre cents coups de sa jeunesse. Cette même femme qui partage son quotidien avec des amies en or qui suivent ensemble la route cahoteuse de leur vie.

Ce soir, mon amour, je te fais passer en deuxième et je ne suis pas rentrée souper parce que je croule sous le travail. Un travail prenant que j’aime, qui me fait frissonner de plaisir et d’ambitions et qui m’insuffle autant de fierté que de te regarder grandir.

Ce soir mon amour, je te fais passer en deuxième pour planifier mon prochain voyage autour du monde. Pour m’imprégner de mes passions. Pour jouer aux échecs avec ton père. Pour écouter ma série télé préférée. Pour terminer le roman que j’ai commencé l’année dernière. Pour prendre un bain avec beaucoup de mousse qui pétille et une chandelle qui vacille.

Ce soir, mon amour, je te fais passer en deuxième pour retrouver la femme, derrière la mère, qui souhaite prendre les devants.

Cette femme qui t’aime plus que tout au monde mais qui ne veut plus s’oublier.

logo parfaite maman cinglante


Une réflexion sur “Ce soir, je te fais passer en deuxième

  1. Caroline Pouliot Répondre

    J’aimerais recevoir les articles par courriel svp;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *