Promesse à mes enfants

kid teddy bear violence

Au début, il y a eu votre grand-père, mon père. Frappé. Battu.

Ensuite, il y a eu votre mère, moi. Tapée. Giflée. Étouffée. Insultée. Menacée.

Le pire, c’est la violence psychologique. Toujours à croire que j’étais une moins que rien, la confiance brisée.

Mon père m’a fait mal. Et ma mère ne m’a pas protégée, ou si mal et si peu.

Maintenant, il y a vous, mes deux amours. Si vulnérables. Prêts à tout accepter de vos parents comme je l’ai fait avant vous.

Toi, mon plus grand de presque trois ans, tu as déjà reçu des tapes sur les fesses. Ton papa t’as déjà insulté. Il t’a crié dessus et te crie dessus si souvent. Impatient. Toujours la menace à la bouche.

Et toi, ma petite dernière d’à peine six mois, déjà renversée la tête en bas. Utilisée par ton père pour me faire réagir. Geste de trop.

Je pensais avoir échappé à la violence et je me rends compte que je suis en train de vous la faire revivre. C’est ça le pire, ce sentiment d’avoir échoué, d’avoir tout raté et rien compris. Mais peu importe ces sentiments, mes cocos. Là, tout de suite, c’est fini. Ça suffit.

Je suis fatiguée à en crever mais je vais trouver la force pour vous, mes deux petits que j’ai portés, que je porte encore en moi d’une certaine façon. Je vais vous soulever à bout de bras pour vous sortir de là. Je suis votre maman et je ne vous abandonnerai pas. Promis, promis, même pas de X dans le dos.

Je n’ai pas peur : j’ai la chienne. De ne pas être capable. De ne pas être assez forte pour trois. Peur que la fatigue d’être toute seule prenne le dessus sur l’amour que j’ai pour vous. Mais il ne s’agit plus de moi ici, de mes besoins ou de mes idéaux brisés. On parle de vous, mes enfants, qui n’êtes pas capables de vous défendre seuls.

J’espère qu’un jour vous comprendrez le geste que je pose aujourd’hui, que vous préférerez une mère lessivée à un père violent. Et si un jour vous me reprochez de vous avoir privés de votre père, je l’accepterai.

Sachez que ce sera un choix que j’ai fait pour vous protéger des explosions de votre père. Comprenez que je n’ai pas envie qu’il vous fucke comme je l’ai été.

Ça va vraiment faire, tous ces geysers de colère qui risquent de vous éclater à la figure, qu’on se transmet d’une génération à l’autre.

Je demande la garde complète, mes enfants. Je brise le cycle de la violence. Maintenant.

Venez vous coller sur moi, mes loulous. Ça va être tout chaud et on se fera une belle vie. Promis.

Maman qui vous aime gros comme l’univers

La Collaboratrice dans l'Ombre
LA COLLABORATRICE DANS L’OMBRE

2 thoughts on “Promesse à mes enfants

  1. Mélanie Répondre

    Malheureusement, même fucké et violent, les pères ont toujours des droits de visite. Oui, toujours, même ceux qui ont incestué leur enfant, ont le droit de maintenir le contact. Il y a des visites supervisées et de moins en moins supervisées si ça se passe bien. Un mauvais père, bien difficile de l’effacer de la vie de ses enfants. Lui aussi va attaquer la mère en cour et comme personne n’est parfait…

    Mais c’est évident que, malgré ce qui précède, tu as pris la bonne décision!

    Je vous souhaite le meilleur malgré les circonstances difficiles.

  2. Marie Répondre

    Ton amour pour tes enfants te soutiendra. Tu as pris la bonne décision. Tes enfants t’en seront reconnaissants un jour. Courage ma belle.
    Moi aussi j’ai grandi dans une violence psychologique perpétuelle de la part de ma mère…mon père n’a pas trouvé d’autre solution que de fuir ses responsabilités. J’aurais aimé qu’ils nous protège.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *