À toi ma fille, j’aimerais te dire que tout va bien aller

enfant automne pieds

« T’es bonne, t’es fine, t’es belle et t’es capable ».

Voici la phrase que je me suis répétée des millions de fois et maintenant ma belle fille d’amour, je la partage avec toi.

Avoir le sentiment de ne pas assez s’aimer soi-même et de faire des choses en conséquence de ce que le monde vont en penser au lieu de t’écouter, de vouloir à tout prix plaire à ceux que tu aimes pour qu’ils t’acceptent, de dire oui quand tu veux dire non, de ne pas te respecter assez en agissant contre tes principes dans le but d’avoir la reconnaissance de ton entourage, ce ne sont que quelques exemples de ce qu’est la maladie du manque de confiance en soi. Je dis maladie parce que d’une certaine façon, c’en est une. Parce que ça te rend malade, ça te ronge de l’intérieur, ça te fait perdre de vue la personne que tu es réellement.

Ma chère fille, j’aimerais te dire que tout va bien aller.

Du haut de tes six ans, tu commences à comprendre les choses de la vie. Tu commences à te connaître, à savoir ce que tu aimes et ce que tu détestes et tu fais face aux épreuves que la vie commence à t’apporter. Tu te questionnes, tu veux plaire à tes nouveaux amis, à ton professeur, à tes sœurs, aux gens qui t’entourent et que tu aimes tant. Je vois le manque de confiance en toi qui commence à te ronger et je vois aussi l’incompréhension et la vulnérabilité qui te submergent dans tes yeux. Je les vois parce que j’avais aussi ce regard-là à ton âge et ça me fait peur.

J’ai lutté toute mon enfance et mon adolescence pour essayer de prendre le dessus sur la petite voix intérieure qui me disait que je n’étais pas assez bonne, pas assez gentille, pas assez belle, pas assez capable de réaliser mes rêves les plus chers. Encore aujoud’hui, je me bats contre cette maudite voix, malgré l’énorme travail que je fais sur moi-même depuis quelques années. J’ai encore de la difficulté à m’aimer assez pour dire que j’ai confiance en moi et que je suis capable. Je crois que c’est le combat d’une vie. Un combat avec toi-même.

Sache que je serai toujours la meilleure alliée sur ton champ de bataille. Mais le meilleur soldat, c’est toi. Parce que tu es forte, tu es magnifique, tu es tellement généreuse et bourrée de qualités. Tu vois la vie comme un arc-en-ciel. Tu peux accomplir tout ce que tu désires, tu incarnes à toi seule la force, l’amour, le bonheur et la vie.

En tant que ta mère, je me dois de t’épauler et de te donner les meilleurs outils possible pour t’aider à grandir et faire face à notre société étouffante et axée sur la superficialité.

Je serai honnête avec toi, j’ai peur. Je me vois en toi et ça me fait peur.

J’ai peur de ne pas être assez bonne pour t’apprendre à croire en toi. Tu es si fragile ma petite chenille, mais moi j’ai tellement confiance en toi et tu deviendras un magnifique papillon aux ailes colorées.

Ma chère fille, tu es bonne, tu es belle, tu es fine, tu es capable.

Et je te promets que tout va bien aller.

Marika Johannesen
MARIKA JOHANNESEN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *