La parentalité : 6 trucs pour ne pas péter un câble

femme méditation

On va pas se leurrer, rester patient en tout temps relève de l’impossible quand on est parent. On veut tous rester bienveillants en permanence, mais parfois, il arrive qu’on pète un câble, que des mots qu’on regrette soient prononcés ou qu’un petit bras se fasse un peu squeezer. Ça fait que voici quelques trucs pour t’aider dans ta quête de zénitude pour une meilleure harmonie familiale.

#1  Le retrait

Non non, pas celui que tu penses. Prends-toi un time out. Oui oui, mets-TOI en retrait. Éloigne-toi, va dans ta chambre, respire un grand coup et reviens. Parfois un peu de temps seule, même si c’est deux minutes, suffit à te ramener sur terre.

#2  Choisis tes combats

Avant de monter aux barricades, prends un moment de réflexion. Est-ce que c’est si pire que ça? Dans le profond de ton toi-même, est-ce que le comportement te dérange ou bien c’est plus pour les standards des autres que tu réagis ? Pense à deux propriétaires de chien, un qui laisse son chien dormir sur le divan et l’autre qui refuse. Il n’y a pas un meilleur choix universel, juste un meilleur choix pour chaque individu. Désolée pour la comparaison douteuse.

#3  Fous-toi des regards

Tu es au magasin et ton deuzans se jette au sol pour un Kinder Surprise. Le regard accusateur des gens fait souvent grimper le niveau de stress. Tu vas alors souvent agir sous la pression et après coup, tu vas te rendre compte que tu as été peut-être un peu raide. Essaie de te foutre des petites oreilles des autres et prends le temps de faire ton intervention comme tu l’entends.

#4  Agis comme si c’était l’enfant d’un autre

Si l’ami de ton enfant renversait son verre de lait, quelle serait ta réaction? Possiblement quelque chose du style c’est-pas-grave-ça-arrive-les-dégâts. Cependant, quand c’est notre propre enfant, on devient beaucoup moins zen et ça sonne souvent plus comme bon-encore-un-dégât-veux-tu-ben-faire-attention. Remets tes interventions en perspective.

#5  Définis « un caprice »

Souvent, à partir du moment où ton enfant est sélectif et démontre son opinion face à une situation particulière, tu conclus rapidement au  caprice. T’sais un enfant, ça prend pas grand décision dans sa vie. Toi, juste dans un avant-midi, tu vas en avoir pris des dizaines. Ce que tu manges, ce que tu fais, ce que tu portes, l’ordre dans lequel tu le fais  et la liste continue. Si le seul choix qu’il peut prendre c’est la couleur de son verre, peut-être bien qu’on peut lui laisser ça, non?

#6  Revois tes priorités

Toute la famille est prête à partir pour le zoo mais ton p’tit a décidé qu’il voulait jouer avec les roches de ton terrassement. Tu peux le chicaner car il refuse de venir passer-une-belle-journée-et-avoir-du-plaisir-avec-toi ou tu peux sauver cent piastres et le laisser jouer avec les roches et ultimement, il va quand même passer une belle journée et avoir du plaisir.

Émilie Verret
ÉMILIE VERRET

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *