Pendant que tu grandis

enfant baiser

Bon, je dis sournoise, mais au fond, nous savions tous qu’elle finirait par arriver un jour. Une évidence que l’on refoule à grandes gorgées de vin à chacun de vos anniversaires. Et moi, cette mère qui clame haut et fort que chaque nouvelle étape de vos vies est encore-plusse-merveilleuse que la précédente, que je ne retournerais pas en arrière, je suis sous le choc quand même. Je veux bien avancer et accepter que vous grandissez mais je n’ai jamais commandé la version express de nos vies.

Grande-Fille, cachée dernière son sac de deuxième année presque plus lourd qu’elle, a lancé la fracassante déclaration sans préliminaires ce soir : « On a joué à la tag BBQ à l’école aujourd’hui! ». Et comme pour rétablir l’équilibre devant nos yeux consternés et nos corps vacillants, Grand-Garçon de première année nous a rachevés en répliquant : « Ben oui, c’est super le fun! Sauf qu’il faut faire semblant de donner les bisous si on ne veut pas de points dans notre fiche de comportement ».

Voilà. Devant ce trop-plein d’informations pour mon cœur de maman, j’ai eu un moment d’absence. En fait, un moment où tout est devenu au ralenti, comme dans un film. Sauf que cette scène-ci, je ne peux pas l’éviter en me cachant sous la doudou en demandant à votre père de me dire quand elle sera passée pour que je regarde à nouveau. Et comme je crois que le cerveau humain n’est pas conçu pour croire à la fois au Lapin de Pâques, à la Fée des Dents et jouer à la tag BBQ, j’ai vu tous ces instants où vos yeux ont brillé d’émerveillement et de crédulité devant ces histoires abracadabrantes qu’on vous a inventées au fil des années se fracasser. Des instants brisés en mille miettes au sol.

Ce soir, je ramasserai toutes ces miettes pour tenter d’en garder quelques-unes. Revoir cette magie avant qu’elle ne disparaisse. La tag BBQ va tout changer. Je le sais. Et même si je suis fière de vous voir grandir, j’ai le cœur gros.

Je regarde décembre arriver en sachant que ce sera possiblement l’un des derniers passages du Père Noël chez nous. Et je me demande si vous nous en voudrez lorsque vous découvrirez le subterfuge.

Je vais aller vous écouter respirer comme je le fais chaque soir avant d’aller dormir et, près de vos lits, toute seule dans le noir, je m’engagerai à ne pas rager, pour cette possible dernière année, contre ces mères trop motivées qui feront rentrer les foutus lutins chez elles en novembre. Parce que je sais que la tag BBQ vient de démarrer le décompte vers la fin de la magie des petits et que bien que je sois certaine que la prochaine étape de vos vies sera encore-plusse-merveilleuse que la précédente, je ne suis pas certaine que j’y sois totalement préparée.

Isabelle Clermont
ISABELLE CLERMONT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *