À la maman des enfants de mon chum

femme fleur rose

Voilà déjà quatre ans que tu apprenais qu’une nouvelle fille partageait la vie du père de tes deux filles. Ta plus vieille t’a annoncé la visite de la-nouvelle-amie-de-papa-qui-est-venue-faire-le-sapin-avec-nous comme on dit à quelqu’un que le ciel est bleu. Coup de pelle dans la face, toi qui débutais ton premier temps des fêtes de mère séparée. Ouf! On dit que la première année de séparation est la plus difficile parce que tu vis toutes tes premières fois seule. Ce Noël-là n’a pas fait exception, je gage.

Petit à petit, la-nouvelle-amie-de-papa est devenue l’officielle blonde, celle qui prend le relais de tes shifts une semaine sur deux. Pas ta remplaçante : oublie le projet, y’a rien qui remplace une maman. Mais j’aime croire que je suis devenue un complément à votre équipe de parents.

On en a déjà parlé, toi et moi, du petit pincement que ça t’a fait au début de savoir que tes filles étaient capables d’accueillir quelqu’un d’autre dans leurs vies. Je veux que tu saches, M, que j’apprécie beaucoup la confiance que tu m’accordes et la place que tu me laisses. On est une famille recomposée comme plusieurs autres mais faut se le dire, chez nous, on s’en tire plutôt bien.

Je ne suis pas la belle-mère de Cendrillon. Je suis la complice qui leur donne des fudges en cachette quand elles prennent leur bain, qui les laisse choisir une deuxième histoire avant de dormir parce que dormir c’est toujours mieux de repousser ça à plus tard, une moucheuse de nez professionnelle/laveuse-plieuse de vêtements (ta fille m’a déjà dit que c’était mon travail et que des fois, notre travail, on l’aime pas toujours. Life lesson), une coiffeuse qui coordonne les barrettes avec les vêtements, une police des repas qui fait des menaces à grands coups de mange-sinon-t’auras-pas-de-dessert-j’ai-dit-MANGE-OKAY-TU-VIENS-DE-PERDRE-TON-BISCUIT, une enragée qui parle entre ses dents (moi qui m’étais juré de ne pas faire comme ma mère… sauf que wow, l’impact, chose), une imperturbable des discussions de caca et autres mots appartenant à la famille des mots-de-toilette mais surtout, je suis la blonde de papa.

Je ne suis pas et ne serai jamais maman, de près ou de loin!

À toi M, un gros merci de me permettre de partager vos vies, vos souvenirs et vos maladies (rhume, gastro, otite, pas le temps de niaiser).

Catherine I.
CATHERINE I.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *