La fille qui ne voulait pas allaiter : le dernier tabou de l’allaitement

bébé biberon

Lorsque je suis tombée enceinte pour la première fois, j’ai été prise de panique. Un flot d’informations s’est déversé sur moi, pis des fois, ben j’avais l’impression que j’allais me noyer dedans. Tant de livres, de sites internet pis de p’tites madames me dictant quoi faire, quoi penser, comment agir… C’était étourdissant. Des informations, c’est vrai que j’en avais besoin pour faire des choix éclairés concernant mon bébé en devenir. Mais certains jours, je ne savais plus où donner de la tête : couches lavables ou jetables? Faire du portage ou ne pas en faire? Avec ou sans épidurale? Et la fameuse question qui tue : allaiter ou ne pas allaiter?

Bon. Je te vois venir avec ta réponse toute faite : allaiter voyons! Pis tu dis ça sur un ton comme si c’était l’évidence pour toutes les femmes ayant procréé sur cette planète. J’vais te dévoiler un beau gros scoop beauté : non, ce n’est pas l’évidence pour tout le monde d’allaiter. Non, ce n’est pas un concept de vie qui attire toutes les femmes au premier abord. Oui, il y a des mamans qui se questionnent. Et oui, il y a des mamans qui arrivent avec une autre réponse que la majorité de leurs compatriotes. Et aujourd’hui, je me fais le porte-étendard de toutes ces mamans qui vivent dans l’ombre, de toutes celles qui n’osent pas parler à voix haute du choix qu’elles ont fait, de celles qui vivent le dernier tabou de l’allaitement : choisir de ne pas allaiter. Pas une miette-de-rien-du-tout.

Les gros yeux, je les sens déjà se poser sur moi comme si j’étais une enfant d’école ne comprenant pas ce qu’on lui explique pour la centième fois.

Là, y’a ben du monde qui vont me répéter tous les bienfaits de l’allaitement jusqu’à ce que la tête m’explose. Oui, je les connais tous ces bienfaits. Oui, j’aime profondément mon enfant. Mais malgré tous ces bienfaits et cet amour inconditionnel, moi, juste d’y penser, ça m’aurait rendue vraiment malheureuse d’allaiter. Pis ça, ben je le vois bien que y’a pas grand monde qui le comprend. Puis celles qui ont fait comme moi, bien souvent, elles se cachent. Ça fait que je me sens encore plus seule dans ma barque. On me juge. Tout le temps. Pis ça me fait mal.

Mais ça me fâche aussi. Ça me met le feu au derrière de voir que bien des gens – et surtout d’autres mamans- ne se gênent pas pour me faire sentir comme de la merde lorsqu’ils découvrent que j’ai fait ce choix. Ce choix qui, semble-t-il, apparaît être pour certaines personnes comme si j’avais décidé de laisser mourir mon petit.

Mais savez-vous quoi, mesdames et messieurs qui me jugez ouvertement? Je le nourris, mon bébé. Je ne le laisse pas crever de faim. C’est juste que je le nourris avec un biberon et de la préparation. Pis ça ne le tuera pas, malgré ce que certaines personnes peuvent penser. Pis moi, j’aime franchement mieux donner un biberon heureuse et souriante que de donner le sein en braillant ma vie. Pis sais-tu quoi? J’ai été très émue de voir mon chum donner le premier repas de la vie de notre fils.

Mais y’en a qui me traitent d’égoïste. Pis moi, je me retiens de leur dire d’aller se faire voir ailleurs.

Il y en a d’autres qui vivent dans le déni de mon choix: tu as essayé pis ton bébé prenait mal le sein c’est ça? Non. Tu as donné le colostrum? Non. Tu n’avais pas assez de lait? Non, c’est pas ça pantoute la mère. J’avais assez de lait pour nourrir le tiers-monde. Mes seins coulaient déjà à six mois de grossesse. Mais quand je dis ça, je me fais carrément tirer des tomates. Pourquoi je prive mon enfant quand bien des femmes rêveraient d’avoir ma chance?

Parce que c’est mon choix, mon corps, mon enfant. Je ne me sentais pas à l’aise, c’est tout. Et moi, ce dont je rêve, c’est d’un monde où les mères se respectent au lieu de se taper sur la tête. Mais pour l’instant, ce n’est franchement pas ça que je vois autour de moi. Pis j’en ai ma claque.

Celles qui allaitent aiment en parler entre elles. Si les mères qui n’allaitent pas se sentaient moins jugées, peut-être qu’elles pourraient elles aussi avoir du soutien de leurs consoeurs. Et dans une société comme la nôtre, c’est ce que toutes les mères méritent. Avoir du soutien.

Enceinte, je sentais une immense pression sur mes épaules afin que je fasse les bons choix. Mais c’est quoi ça au juste, les bons choix ? Veux-tu j’m’en vas te le dire moi! Les bons choix, ce sont ceux que nous faisons. Pour nous, pour nos enfants, pour notre vie.

Pis ceux qui sont pas contents, qu’ils passent leur chemin.

Parce que moi, j’ai fini de le cacher.

J’ai choisi de ne pas allaiter, et je ne le regrette pas.

Audrey Roy
AUDREY ROY

33 thoughts on “La fille qui ne voulait pas allaiter : le dernier tabou de l’allaitement

  1. Meliette Répondre

    Merci pour cet article! Enfin un article qui me fait sentir que je ne suis pas une si mauvaise mère que ça (comme les autres mamans le pensent parce que je n’allaite pas)

  2. Karyne Répondre

    Enfin !!!! Oui on se cache c’est vrai ! Allaiter j’étais pas Bien Avec sa ! À l’hôpital on t y force presque, les autres le fond toute ! Juste ma mère qui vient de cette époque où l’on donnais même une pilule pour stoppée la montée de lait, me comprenait et une chance pour moi une amie aussi étais comme moi ! Belle articles! Et j’ajoute que après coup je ne regrette pas ils sont en santé et heureux !

  3. Sabrina Répondre

    Je ne peux etre plus en accord ! J’ai decide de ne pas allaiter pour les memes raisons. Ma fille est en parfaite sante. Ma mere ne m’a pas allaitee non plus et j’ai viree normale 😉. En donnant le biberon j’ai un beau moment avec ma puce elle me regarde avec ses grands yeux et fait fondre mon coeur a chaque fois. Je ne me sens pas genee du tout face aux questionnements des autres mamans. Leur jugememt dans les yeux, oui je l’ai vu et sentis !! J’ai egalement eu une cesarienne.. une cesarienne et j’allaite pas je suis le diable incarne pour certaine ! J’ai vu beaucoup de femmes me mepriser dans leur regard lorsque je leur disais cela. You know what I don’t care, vivre et laissez vivre 😉

    1. Stéphanie Répondre

      Votre réponse à cette article me réconforte. Même chose que vous, césarienne planifié (2 ieme bébé) et biberon (par choix). Juste de savoir que je ne suis pas là seul à être le diable incarné…ben ça fait du bien 🙂

  4. Roxane Répondre

    Quand j’ai fais mon cours d’infirmière. .. on doit promouvoir l’allaitement. .. ma première patiente en stage était une jeune maman de 17 ans qui refusais catégoriquement d’allaiter. .. ma prof ma dit tu dois la convaincre. .. Alors j’ai fais mon devoir d’étudiante et j’ai parler de long en large de l’allaitement tout ce que je savais jusqu’à la dernière informations possible… ma patiente ma écouter. .. a la fin elle m’a demander d’y parler du biberon…. j’avais 0 argument positif à dire car dans nos cours le biberon c le diable… fake j’ai fais des recherches et j’y ai apporter des pour et des contres. … ma prof ma chicaner.. car j’ai perdu un allaitement… j’ai répondu. .. j’ai gagner une confiance et un respect de ses choix… elle a pu faire un choix libre et éclairer. .. anyway elle aurait pris le biberon à maison… aussi bien qu’elle ait la bonne façon de l’utiliser pour que se soit bien pour bebe… Alors peut importe le choix biberon ou allaitement assumer vous et nourris er bebe

    1. Lexie Répondre

      Roxane je trouve que t’as eu une réaction parfaite (et parfaitement professionnelle). Si on m’avait moins achalée avec l’allaitement et ses bienfaits, tout en niant l’existence du biberon, j’aurais peut-être fait un autre choix. Surtout à ma deuxième. Mais avec la pression environnante j’ai juste préféré fermer la porte à l’allaitement! Quand j’ai dit à une amie que j’hésitais elle m’a conseillé de surtout pas le montrer aux infirmières car on allait plus jamais me laisser faire machine arrière!

    2. Caroline Répondre

      J’aurais aimé te rencontrer parce que moi, quand j’ai posé des questions sur la stérilisation des biberons….etc. On m’a tout simplement donné aucune réponse. J’ai dû chercher par moi-même. Après cet épisode, je n’étais pas trop patiente avec les infirmières qui tentaient de me parler d’allaitement en me mettant de la pression……..et ça me fâche encore 5 ans après. Alors, j’ai une chose à te dire BRAVO et merci de la part d’une personne qui a choisi le biberon!

    3. Cyndha Répondre

      Wooooow j’aurais aimé te rencontrer quand j’ai accouché! J’ai eu toute la peine du monde à allaiter après 2 jrs de travail pour finir en césarienne! Mais la pression était tellement forte de ma famille…des infirmières…. des médecins … bref un soir j’ai éclaté en sanglots dans ma chambre et j’ai décidé de devenir mal commode avec tout le monde pour avoir la paix. Eh oui je l’ai arraché ma paix de peine et de misère et g du supporter une belle mère full désagréable mais j’ai choisi d’oublier l’allaitement qui pour moi était un supplice et je regarde encore avec envie la femme de mon meilleur ami qui elle allaite et me regarde avec un air victorieux!!!! Mais aujourd’hui je suis enfin en paix de savoir que je suis pas une si mauvaise mère car mon ti homme est ben correct et tellement intelligent!!! Merci pour ce beau texte.

  5. sandra cayouette Répondre

    Ouf! quant est-ce que la société va comprendre que l’important c’est de nourrir notre bébé. Peut importe la façon ou le moyen choisi. Faut juste lui mettre du lait et des vitamines dans son bedon!!! C’est pas compliqué, il me semble.

    On a un méga problème dans notre société. La propagande nous rend tellement intolérant. On nous fait croire que nous pouvons faire nos propres choix! Foutaise! Si nos choix ne sont pas ceux dictés par les milieux socio-gouvernementaux, on se fait rabrouer! Chapeau à vous qui avez eu le courage d’écrire ce billet.

  6. Valérie Répondre

    Très beau texte! Je dois dire que je suis une maman qui a allaité, et qui, pour une seconde fois, essaiera encore, car ce n’est jamais garanti que ça fonctionne bien d’allaiter son enfant. Pour x raisons, il se peut que je ne sois pas capable et même qu’une femme en général en puisse allaiter. C’est un choix personnel que j’ai fait, que mon conjoint respecte et que ma famille respecte, alors je ne comprend pas vraiment pourquoi les gens ne respectent pas le choix inverse. Malgré tout ça, je comprend un peu ce que vous avez vécu, car ma belle-famille n’est pas pour l’allaitement, drôle à dire à une époque ou l’allaitement est prôné partout, mais moi c’est mon histoire. J’ai dû mettre mon pied à terre et leur faire comprendre que c’était mon choix et qu’ils devaient le respecter. Pas toujours facile je dois dire! C’est vraiment malheureux que les gens se permettent de critiquer le choix des autres, car on essaie toujours de faire pour notre mieux et pour le mieux de notre enfant. Je crois que c’est important de se respecter et de ne pas avoir peur de s’affirmer. Ce qu’on choisit de faire, c’est toujours pour le mieux…

  7. Nancy Damianos Répondre

    Wow!! Je me reconnais tellement. Je n’ai pas allaité et j’ai 6 enfants. Des commentaires insignifiants j’en ai entendus. Je me suis fait dire que je n’étais pas maternelle et ça m’a choquée. Je ne suis pas du tout attiré par l’allaitement et je ne regrette pas d’avoir donné le biberon. Le jugement est tellement facile quand on décide de ne pas donner le sein. Je crois que c’est un choix très personnel et les gens ne devraient même pas rien dire. Merci pour ce texte qui nous fait sentir enfin normales.

  8. Caroline Répondre

    Wow! Très bien écris, très véridique de ce que l’on vit.

    Merci!

  9. Diane Ducharme Répondre

    Bravo!
    J’ai eu deux filles et je ne les ai pas allaités. Le,pire, c’est que je ne me suis jamais sentie coupable. LOL J’ai eu deux grossesses difficiles et je me suis dit que je ne suis pas seule dans tout ce processus Mais que nous sommes deux. Ca a pris dix ans avant d’avoir la première, alors la joie de mon conjoint était aussi intense, sinon plus, que la mienne. J’aurais eu l’impression de le priver de quelque chose d’important et de m’accaparer complètement le bien être du bébé. Tout le monde me disait, Mais non….. tu le nourris et Aprés il peut changer la couche, le cajoler! Ben voyons donc…. quelle comparaison! Y a t-il quelque chose de plus intense que de nourrir un enfant? Et je lui aurais enlevé cette joie? Je n’ai jamais eu de regrets et j’ai deux filles adultes maintenant en super santé, et ce, meme si elles n’ont pas été allaités!!! C’est un choix personnel, basé sur le vécu de chacune et personne, Mais personne, meme les professionnels ont le droit de juger notre choix!

  10. Marie Répondre

    Merci! Merci enfin de dire tout haut ce que plusieurs osent ne pas dire haut!

  11. Jennifer Répondre

    Tout à fait d’accord. Mon médecin m’a dit une seule chose : « Tu dois nourrir ton enfant peu importe de la façon dont c’est fait ».
    J’ai allaité ma première pendant 5 mois et mon 2e moins longtemps parce que ça ne fonctionnait vraiment pas bien (il buvait mieux dans un biberon avec tétine « lent » qu’au sein, il faisait du reflux et il régurgitais beaucoup plus au sein). Alors j’ai tiré mon lait mais au bout de 3 semaines, j’ai juste changer pour le biberon et tout le monde se portait mieux. Bravo pour avoir fait ce avec quoi tu étais la plus confortable.

  12. Maman130516 Répondre

    J’ai allaité ma fille 4 mois … fatiguant certes mais j’ai aimé… mais JAMAIS je ne me suis senti meilleure mère que les maman qui donne le biberon dès la naissance.
    Faire votre choix assumez le et envoyé dans les pâquerettes celles qui vous jugent. Chacune fait ce qu’elle veut de son corps, je trouve ça grave qu’en France en 2016 on se fasse juger pour un choix comme celui -ci.

  13. Anne-Marie Répondre

    Je comprends, mais a l’inverse. J’ai choisis d’allaiter mes deux petits; et combien de fois je me fais regarder de travers car je nourris mes enfants publiquement, sans me cacher.. sans les nourrir sur une toilette car j’utilise un sein nourricier en public.. Des commentaires horribles provenant de mamans biberonneuses ou bien de d’autres meres qui allaitent et qui jugent les autres. Non par moment je ne comprends pas celles qui refusent de donner le sein, mais je les laisse en paix. C’est deja difficile d’etre maman, de faire des choix dans cette société,qu’on n’a pas besoin de s’entre-démolir, de se comparer. Cest triste ces guerres..

  14. lucille Bourgault Répondre

    Moi je veux vous dire que jai eu deux enfants je les ai allaité toutes les deux et ce serait à recommence je les allaiterait encore . Moi j’ai adoré allaiter le lait est toujours prêt la bonne température . Je ne suis pas contre celle qui ne les allaite pas , je dit que cest au gout des personnes. Et maintenant je suis grand-mère une fille a allaité et l’autre non je me dit que cétait leur choix c’est tout.

  15. meg Répondre

    Bah désolé mais moi je ne comprend pas. Comment peut on se sentir malheureuse d allaiter sans avoir jamais essayé ça me dépasse. Au final ce texte est simplement un texte deculpabilisant mais sachez que peut importe vos choix le lait maternel reste le meilleur aliment pour votre bébé c est pas moi qui le dit haut et fort hein y a qu’à regarder les recherches scientifiques…bref vous avez fait le choix de ne pas essayer d allaiter alors oui votre enfant sera probablement en pleine santé mais pas à 100% de ce qu’il aurait pu être.

    1. Rox Répondre

      Tu peux le penser mais tu n’es pas obligé de faire culpabiliser les gens qui ne le font pas. Personne te demande de comprendre, juste ne pas juger.

    2. Mère qui s assume! Répondre

      On voit tout de suite que tu ne comprends rien! La pression mise sur les nouvelles mères est vraiment grande et ridicule. Les hôpitaux tentent de faire croire que c’est LA meilleure chose à faire et que tu dois absolument le faire… Pourtant, ils ont plein de marque de lait maternisé en stock et ils en donneront à ton bébé s’il en a de besoin… sans aucun problème! 😀
      Si tu étais bien avec l’allaitement, tant mieux pour toi… mais mon enfant a pu profiter (quand même) d’une alimentation de qualité, de la proximité de ses 2 parents (car oui, mon chum aussi était heureux de ce moment partagé avec bébé), d’une mère plus reposée et disponible car javais la chance de pouvoir dormir au moins une nuit sur 2! Nous ne sommes pas du tout mal à l’aise avec ça… L’allaitement est bon si la mère est confortable avec ça… Autrement ça peut être une vraie histoire d’horreur!

  16. Kelly Répondre

    Wow! C’est mon histoire! Moi je l’ai assumé haut et fort et je vivais très bien avec ça. Mon chum a donné le premier boire de son gars et c’était de toute beauté!

    En plus, on a pu se partager des nuits, quel bonheur!

    Après des grossesses difficiles, j’avais besoin de ne plus me priver. (Avec le diabète ce fut tellement difficile)

    Très bel article!

  17. Joa Répondre

    Merci. Je te comprends aussi. Ce qui m’enervais au plus haut point était le sentiment de devoir justifier pourquoi je n’allaitais pas.

  18. Lili Répondre

    Autre époque, autre bataille. Je compatis. J’ai vécu ce que vous vivez, mais à l’envers. J’ai allaité à une époque où c’était l’allaitement qui était tabou. J’ai eu ces regards inquisiteurs et ces commentaires de proches et d’inconnus ne se mêlant pas de leurs affaires. Si l’allaitement est devenu si populaire, c’est que des femmes comme moi se sont tenues debout à cette époque. Alors, « biberonnez » la tête haute. Un jour peut-être, on verra la mère aimante et heureuse de nourrir son enfant plutôt que le moyen qu’elle a choisi pour le faire.

  19. Laetitia Brochet Répondre

    En France, c’est pareil, même combat pro allaitement. Quand j’ai annoncé que je ne désirais pas allaiter mon 2ème enfant (pour la première je me sentais OBLIGEE de le faire mais au final ça a été une catastrophe) je me suis faite culpabiliser par plusieurs soignantes de la maternité qui me disaient que je ne rendais pas service à mon fils…. Pfff j’ai tenu bon et aujourd’hui mes 3 enfants vont très bien et pourtant ils ont tous eu droit au biberon (ma première est repassée au biberon dès ses 2 mois). Et ça ne me pose pas de problème de le dire. En plus comme vous dites si bien dans l’article, mon mari aussi a pu profiter des ces moments magiques en donnant le biberon à ses enfants. Je suis actuellement étudiante infirmière, je ferais mon devoir en informant les plus et les moins des deux solutions mais jamais je ne forcerai et ne culpabiliserai aucune femme sur son choix de vie. Comme vous dites, c’est son corps, son enfant, son choix.

  20. Suzie Répondre

    Super ton texte. J’ai 49 ans et je n’ai jamais allaité. Je me suis obstiné avec l’infirmier pour ne pas le faire en lui disant que ça ne le regardait pas. Mes enfants sont adultes et en bonne santé. Mes petits enfants n’ont pas été allaités et ils sont en bonne santé, Je dirais plus que cela, j’ai vu des mamans allaiter et malheureuse, car elles se sentaient obligées de la faire. Il faut prendre position et la décision revient à chaque personne. ne vous cachez pas, peu importe le choix, il sera toujours bon!

  21. Mary-Lou Répondre

    ENFIN !!!
    J’ai été chanceuse lors de mon accouchement lorsqu’on m’a demandé si je voulais allaiter je pense que j’ai été tellement clair qu’elles n’ont jamais insisté par la suite ! lol ! C’était clair que PERSONNE ne me forcerait à faire ce que je ne voulais pas faire et je pense que les infirmières ont senti que c’était mieux pour elles de ne pas insister ! lol ! Je suis tellement écoeurée d’entendre tous le monde me dire que  »C’est le mieux pour ton bébé, tu le prives de tous les bienfaits dont il a besoin » Ben oui c’est ça ! je viens de donner la vie à l’être le plus important de ma vie mais je m’en fout je suis négligeante et indigne parce que JE NE VEUX PAS ALLAITER !? N’importe quoi ! Je peux vous garantir que toutes celles et ceux qui ont tenté de me convaincre se sont fait revirer de bord assez vite merci ! MON CORPS, MON CHOIX MON BÉBÉ ! La paix ! 😛

    1. Tartine Répondre

      Pareil pour moi. J’ai dit non à l’allaitement en mentionnant que c’était non négociable et plus personne n’a oser m’achaler avec ca. C’était peut-être le ton ou ma face, mais décidement personne n’a eu envie de s’obstiner avec moi 🙂 . Un collègue de mon chum m’a dit une fois que je devrais donner au moins le collustrum. Il a eu droit à: non mais de quoi tu te mêle grossier personnage, fait sque tu veut avec ton corps ou les seins de ta blonde mais tu laisse les miens tranquille, je vois pas en quoi ça te regarde ou même t’intéresse!

  22. Valérie Répondre

    J’approuve tellement ce texte! Merci! 🙂

  23. Lorry Répondre

    Pourtant beaucoup plus de maman n’allaitent pas ! Jai rarement croiser des maman qui allaitaient la plupart cest au biberons et meme moi a ma premiere je ne lai pas allaiter je nen avais pas envie , puis mon 2ieme je lai allaiter parce que jetais confortable a ce moment la de le faire.

  24. stéphane Répondre

    Je suis un gars et avoir la chance de donner le biberon à mes 3 enfants me rendait fier.

  25. Andreane Répondre

    Le choix reviens effectivement à la mère, mais choisir de ne pas essayer du tout je trouve que c’est la même chose que de ne pas goûter et déduire qu’on n’aime pas un aliment.
    Après avoir essayé, tu as raison de dire qu’un biberon heureuse est préférable à un allaitement malheureux, mais ne pas tenter la meilleure option possible pour ton enfant je ne comprends pas. Rien, aucune préparation n’équivaut à un allaitement maternel et à ce compte tu serais mieux avec du lait maternel d’une banque de lait que des préparations.
    Non ton enfant n’en mourras pas, au même titre que certaines personnes mangent mal et n’en meurent pas. Par contre en t alimentant moins bien tu risque de tomber plus malade…. Je ne dis pas que tout le monde devrait allaiter s’il ne sont pas bien avec ça, mais tout le monde devrait au minimum essayer puisque c’est la meilleure manière de nourrir ton enfant

    1. Béné Répondre

      Et voilà, c’est en martelant que c’est « la meilleure manière » qu’on ne respecte pas le choix des autres. C’est exactement ce genre de remarques culpabilisantes que dénonce cet article. Les affirmations de l’OMS ne sont pas paroles d’évangile et valent surtout pour les pays sous-développés où nourrir son bébé avec du lait en poudre et de l’eau douteuse peut entraîner sa mort.
      Ca veut dire quoi « la meilleure manière » ? Le lait maternel est présenté comme LA boisson saine et miraculeuse par excellence. Dans un monde parfait sans pesticides ni OGM, ni traitement médical, bref en fait, il y a un siècle de ça, oui, c’était la boisson parfaite. Aujourd’hui, le lait maternel est contaminé par ce que nous mangeons, respirons … Bref, à part son adaptabilité à l’appétit de bébé (évolution en cours de tétée, c’est vrai que c’est très bien fichu 😉 ), je ne crois pas qu’il soit tellement plus sain que du lait maternisé.
      Ma fille a été élevée au biberon et elle n’est jamais malade. Je ne vois pas comment elle pourrait être en meilleure santé, en fait.
      Et quand une femme est dégoûtée par l’allaitement avant même d’avoir essayé, non, ça ne peut pas bien se passer, et ce n’est donc pas la meilleure manière de nourrir ton enfant (et quand tu as envie de le jeter par la fenêtre au moment où il s’approche de ton téton sanguignolent, c’est que le biberon est une meilleure option).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *