Veuve de chasse

wall-home-deer

Chaque année, la grande roue fait son tour au grand complet pis c’est la même histoire qui se répète.

J’te parle pas d’une histoire digne d’un conte de fée à la Walt Disney. Nenon princesse, j’te parle d’une histoire de gars, de vrai mâle. Le fameux moment que tu appréhendes chaque automne, celui-là même où ton chum déserte le nid familial pour aller jouer dans le bois à Daniel Boone avec sa carabine. Te voilà de nouveau affranchie du titre, assez dark merci, de veuve de chasse. Oui fille, bien malgré toi, la saison est officiellement ouverte pis on va se le dire, c’est loin de te remplir l’existence de magie.

T’as beau cherché dans le fond de tes tiroirs, tu te demandes encore après toutes ces années pourquoi ton chasseur trippe autant à rester assis immobile pendant des heures à se geler le cul dans une cabane grosse comme une garde-robe. Qu’est-ce qu’il y a d’agréable à porter un fétide parfum de swing pendant plusieurs jours d’affilée? Et puis, c’est quoi, ce thrill barbare d’abattre de sang-froid un animal vivant? Décidément, pour toi chère veuve, 1 + 1 ne font pas 2 dans cette équation. Faut croire que l’appel de la nature s’avère plus fort que tout, même si ton traqueur sait pertinemment que son aventure va lui coûter sa banque d’Air lousses jusqu’à Noël.

Pendant que monsieur va se la couler douce, non se ressourcer, dans le fin fond des bois, toi tu ne finis plus d’angoisser à l’idée de passer plusieurs jours en tant qu’unique adulte responsable avec toute ta marmaille dans la maison. Déjà à bout de souffle de tes semaines d’enfer, tu devras gérer tes minis toute seule comme une veuve, c’est le cas de le dire. T’sais le partage des tâches – épicerie, lavage, ménage, bouffe, amuser les enfants, les devoirs, leçons, cours de patins, pis de natation, les bains et dodos – ben fille, tu le sais ben que trop que c’est toi l’heureuse élue pour l’assurer en totalité pendant son absence.

Quand ton cerveau réalisera ce qui t’attend, un fort sentiment d’amertume commencera à te rouler dans la bouche. Pire, tu rumineras et fulmineras par en dedans à grands coups de séances de boudage. Ta semaine à venir s’annonce pas ben plaisante, pis ça va te faire ben plaisir de lui faire savoir t’sais.

Fais-en ton deuil, c’est pas ta face de cochon qui va l’empêcher d’aller dormir à la belle étoile en buvant sa bière pénard devant un petit feu de joie.

Pis avec un peu de chance, rien que pour ta satisfaction personnelle, tu seras probablement la seule bête qu’il va mettre à terre pendant son escapade, toi, sa veuve de chasse.

Courage et bonne semaine!

Pénélope Jacques
PÉNÉLOPE JACQUES


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *