7 attentes que tu ne devrais pas avoir quand t’engages une p’tite gardienne

adolescente

T’en as passé, des soirées de ton adolescence, à t’occuper des enfants de tes voisins pour quelques piastres. Alors en belle naïve que t’es, tu pensais en connaître un bout sur la question du gardiennage pis t’avais des attentes soit-disant réalistes sur la job que ferait ta petite gardienne pendant tes rares sorties en amoureux. Tu t’es fourrée un doigt dans l’œil jusqu’à la clavicule pis c’est le temps de remettre tes attentes au goût du jour si tu veux pas finir sur un air de déception chacune de tes précieuses soirées sans enfants. Et note que l’emploi du féminin dans le mot « gardienne » ne vise qu’à alléger le texte. Mon expérience des p’tits gardiens est pas mal la même.

# 1 La fiabilité

Si tu bookes ta gardienne très à l’avance, assure-toi de la texter pour un petit rappel la semaine d’avant, puis la veille, car il se pourrait qu’elle t’oublie et qu’elle accepte un autre engagement. Tu risques alors de passer ta soirée de rêve à la fusiller du regard par la fenêtre pendant qu’elle s’occupe des enfants du voisin pis de souper au Kraft Dinner au lieu de souper aux chandelles.

# 2 La communication des attentes

Dans ton temps, les gens chez qui tu allais garder te faisaient des recommandations avant de partir et tu suivais les consignes à la lettre. La gardienne d’aujourd’hui n’a qu’une seule question : « C’est quoi votre code pour le wifi? ». Complètement distraite par cette demande, tu chercheras le maudit code dans ta paperasse pendant vingt minutes au cours desquelles ton chum t’attendra dans l’auto pis t’oublieras tout ce que tu voulais dire à ta gardienne, trop contente d’enfin sacrer ton camp une fois le code trouvé.

# 3 La préparation du repas

Tu as deux choix : faire manger les enfants avant l’arrivée de la gardienne ou préparer le repas d’avance et le lui faire mettre au micro-ondes. Incapable de préparer un simple repas de pâtes, ta gardienne excelle cependant dans l’élaboration de milkshakes au Nutella et de desserts de toutes sortes dont tu trouveras les vestiges dans ta cuisine à ton retour.

# 4 La vaisselle faite et le comptoir essuyé

Ne va surtout pas penser te payer un congé de vaisselle en allant au restaurant avec ton chum parce que tu vas être déçue grave. Que t’aies un lave-vaisselle ou pas, tu trouveras les assiettes du souper exactement à l’endroit où tes enfants ont pris leur repas et tu n’auras pas besoin de poser la question à savoir s’ils ont bien mangé, les restes gisant dans lesdites assiettes répondant à cette inutile question. Tes comptoirs de cuisine seront crottés et ta bouteille de ketchup devrait traîner quelque part au milieu de tout ça.

# 5 Les traces de l’heure du bain disparues

En t’approchant de ta salle de bain à ton retour, il sera normal de sentir une petite odeur d’humidité puisque le bouchon de la baignoire pleine à ras bord n’aura pas été enlevé après le bain de tes enfants dont tu évalueras la dangerosité des prouesses aquatiques aux coulisses sur les murs et aux flaques sur le plancher. Tu devrais aussi trouver tous les vêtements de ta progéniture éparpillés entre leur chambre et le bain comme si tu étais la seule capable de les garrocher dans le panier à lavage.

#6 Les traîneries ramassées

J’ai-tu vraiment besoin de t’en dire plus ? Ta maison est toujours à l’envers depuis que t’as des enfants et c’est pas ce soir qu’il va se produire un miracle. Ma conclusion, c’est que dans les cours de gardienne avertie, ils enseignent aux jeunes que le ramassage n’est pas dans la description de tâches. Toute bonne gardienne suit cette consigne à la lettre.

# 7 La fermeture des rideaux

Ça te frappera un kilomètre avant d’arriver chez vous. Ta gardienne n’aura pas fermé les rideaux une fois la nuit tombée et elle aura laissé les lumières allumées, laissant ton voisinage au grand complet découvrir la somptuosité de ton intérieur. Si t’es du genre pudique, ferme donc tes rideaux avant de partir.

Si tu es capable de faire abstraction de ces attentes irréalistes, tu apprécieras pas mal plus le magnifique bricolage et le petit mot d’amour de tes enfants que tu trouveras à ton retour sur ton comptoir sale. Tu risques aussi d’être attendrie en allant embrasser tes chérubins et en découvrant ta fille toute tressée pis ton gars maquillé en Spiderman, paisiblement endormis et encore souriants de la soirée magique qu’ils viennent de vivre avec cette ado pleine d’énergie et de talents cachés.

Pis demain, attends-toi à ce qu’ils te demandent avec les yeux qui brillent « C’est quand votre prochaine sortie, à toi pis papa? »

Sophie Perron
SOPHIE PERRON

5 thoughts on “7 attentes que tu ne devrais pas avoir quand t’engages une p’tite gardienne

  1. Julie Répondre

    Je ne sais pas quel genre d ado vous avez dans votre coin, mais j ai commence à faire du gardiennage a l age de 11 ans, je faisais les repas que je cuisinais moi même si la mère n avais pas pu préparer quel que chose a l avance ou si un enfant refusait de manger le repas préparé. La vaiselle toujours faite, la salle de bain propre, je faisais aussi parfois une brassée de lavage ou plier le linge pour donner un coup de main. Je ramassait tous les jouets et autres traineries et malgré tout ca j avais le temps en masse de regarder la télé ….. Et ca c etait une fois les enfants couchés, j ai toujours joué avec eux, fait des bricollages etc… Vous direz ben oui garder un kid c pas dur, bien non, c était souvent minimum 2 ou 3 enfants a la fois…vous direz ah ca c était dans le temps, les jeunes aujourd hui c pas pareil….FAUX! Je connais pleins de jeunes débrouillards et responsable, peut etre vous faut il simplement mieux faire votre choix…. Une petite entrevue en personne et rencontrer les enfants avant est de mise…

    1. Sophie Perron Répondre

      Bonjour Julie,
      Merci de ton commentaire. Ma plus vieille est presqu’en âge d’être gardienne maintenant et j’espère qu’elle sera une gardienne comme toi! La vérité c’est qu’au fil des ans, il y a parfois des difficultés à recruter de bonnes gardiennes dépendamment où on vit… Quand on en trouve des bonnes comme toi, elles sont toujours prises, ou alors elles arrivent à 16-17 ans et se trouvent un « vrai travail » et on recommence à zéro… Je suis contente de lire toutes les bonnes expériences dans les commentaires de la page du blogue, ça me donne espoir! 🙂

    2. Fern Répondre

      Julie, je joue un peu le jeu ici de l’article et du genre du blogue là. 😉
      Ce n’est pas si pire non plus dans mon coin, j’ai d’excellentes petites gardiennes, mais ceci étant dit, je ne suis pas surpris que ça existe car j’attends des fois d’autres parents…

      Et à noter que je crois que c’était aussi pareille dans notre temps, ce n’était pas tout le monde qui faisait bien ça là! 😉

      Courage!

  2. Fern Répondre

    Hahaha, une fois de plus, que de vérité!
    J’ai juste le goût d’ajouter un truc: « En tout cas, dans notre temps, on était bien mieux! » HAHAHA!

    Merci encore une fois Sophie pour l’excellent texte!

    1. Sophie Perron Répondre

      Haha! Merci pour ton commentaire Fern!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *