À toi, Maman débordée

maman pressée 1

Aujourd’hui, je m’adresse à toi, Maman débordée.

Tu te lèves le matin, prête à relever de nouveaux défis. Des idées, des projets, des activités à faire avec tes minis, tu en as plein la tête. Tu passes tes journées à t’occuper de la maisonnée mais tu te couches chaque soir avec plus de tâches sur ta to do list que lorsque tu t’es levée.

Grâce à ta charmante progéniture qui ne distingue pas encore tout à fait le jour de la nuit, tu dors moins et tes journées se sont significativement allongées. Pourtant, tu arrives au même constat jour après jour. Vingt-quatre heures, ce n’est pas assez dans une journée. Tu voudrais plus de temps pour être une meilleure maman, une meilleure amoureuse, une meilleure toi. Mais tu vois le temps filer, sans trop savoir ce que tu en as fait.

Toutes ces choses-là, ça prend du temps. Et du temps, quand on est maman, c’est aussi rare qu’un biberon propre à quatre heures du matin. Alors aujourd’hui, Maman débordée, j’aimerais te faire un méga high five. Te donner une tape dans le dos et te dire que tu fais de ton mieux et que c’est parfait comme ça. Comme on l’apprend si bien à nos enfants, c’est l’intention qui compte. Ça tombe bien, des bonnes intentions, tu en as plein.

Tu promets à tes enfants de faire des biscuits aux pépites de chocolat depuis deux semaines au moins et tu décides que c’est aujourd’hui que ça se passe. Tu scrapes tes deux derniers œufs en essayant de séparer le blanc du jaune. Déterminée à aller au bout de ta mission, tu installes ta marmaille dans la voiture et tu mets le cap sur l’épicerie. Après une crise de bacon du petit qui voulait prendre le panier-camion et la plus grande qui échappe la douzaine d’œufs, tu payes tes Chips Ahoy, un peu rouge de honte. Une fois à la maison, tu couches tout le monde pour la sieste. Même ceux qui ne sont pas fatigués. Même si ce n’est pas l’heure. À la collation, tout le monde a oublié la virée ratée à l’épicerie et tes petites bibittes à sucre sont bien contents de leurs biscuits-pas-faits-maison.

Quelques semaines avant l’arrivée de ton premier, tu t’es renseignée afin de dénicher ZE appareil photo qu’il te fallait pour prendre des tonnes de photos de ton bébé. Celui avec l’objectif parfait pour prendre des clichés de ton mini dignes des pros. Évidemment, ça te prenait aussi le « livre de ta naissance et de tes premières fois » afin de documenter en mots et en images tous ces beaux instants. Te voilà, quatre ans plus tard, avec ta carte mémoire même pas à moitié pleine et ton livre de naissance encore emballé, en train de te dire que Matante Monique a sûrement de plus belles photos de tes enfants que toi. Dis-toi que les photos, c’est bien, mais les souvenirs qu’ils créent dans leur tête, c’est encore mieux.

Ta résolution du nouvel an depuis 2013, c’est de ne plus gaspiller d’aliments et de cuisiner plus santé. Malheureusement, ton bac à compost mange autant que ton deuzans et votre serveuse pref chez St-Hubert sait que ça sera trois animaleries, du miel, deux laits, un jus de pomme et des clowns pour tout le monde. L’important, ce n’est pas tant ce qu’il y a dans l’assiette, mais les beaux moments passés en famille autour de la table. Vois ta recette de baloney rôti dans la poêle avec une tonne de ketchup comme un héritage de ta propre jeunesse que tu lègues à tes enfants.

À l’approche du printemps, tu cours à la pharmacie t’acheter un kit d’épilation et tu t’enfermes dans la salle de bain avec l’espoir un peu fou d’arriver à t’épiler les jambes et le bikini avant que ne survienne un cataclysme dans ton salon. Dix minutes plus tard, c’est la jambe pleine de cire que tu dois départager un combat de lutte olympique entre le petit et celle du milieu. Alors, avant que ça se termine à l’urgence pour quelqu’un, tu termines la job avec ton bon vieux rasoir. Dis-toi que tu ne seras pas la première (ni la dernière) maman à te baigner avec des shorts, les jambes à moitié épilées !!

Poilue ou pas, aux yeux de tes enfants, c’est toi la plusse belle et c’est toi, leur meilleure maman.

Marie-Ève Piché
MARIE-ÈVE PICHÉ

Une réflexion sur “À toi, Maman débordée

  1. Stéphanie Répondre

    Super texte qui me rejoint surtout quand tu parle de l’héritage du baloney avec full de ketchup…! J’en ai tellement mangé quand j’était jeune!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *