Comment t’as perdu le contrôle de l’éducation de ton enfant : l’école primaire

école perdue

Ton enfant chéri vient de commencer l’école. La rentrée s’est bien déroulée pis vous êtes tout excités par l’aventure qui commence. Laisse-moi péter ta bulle deux secondes pis t’expliquer un peu comment l’école se gâte à grands coups d’ingérence. Ou, comment, à partir de ce moment, tu viens de perdre le contrôle sur un grand bout l’éducation de ton enfant.

Phase #1 : la communication

Avant tout, j’ai pas besoin de te dire que tu n’auras pas de contact avec l’enseignante de ta progéniture à tous les jours. Exit le CPE fille. En fait, t’en auras plus pantoute, de communication. Tu vas croiser huit éducatrices différentes au service de garde qui n’auront aucune idée de la façon dont s’est passée la journée de ton p’tit pis ça va s’arrêter là. Si t’es chanceuse, tu vas avoir une note de quatre mots dans le duo-tang-noir-des-communications qui va te dire de ne plus donner de collations qui font des graines. Reste à savoir à qui tirer la pierre quand on sait que ladite prof gère trente élèves pis trente duo-tang-noir-des-communications en même temps.

Phase #2 : les collations

En bonne maman ayant à cœur la nutrition de ton élève, tu lui as confectionné une panoplie de petites collations maison, soutenantes, full santé, sans arachides ni noix. Erreur! Une collation santé et nutritive selon l’école se compose uniquement de fruits et légumes frais et de produits laitiers (lait au chocolat inclus). Pis avise-toi pas d’y mettre un yogourt ou une compote, si c’est pas du prêt à boire ou en sachet parce que t’sais, ça pourrait faire des dégâts.

Les fruits séchés sont aussi proscrits, paraît que ça colle trop dans les dents pis que ton enfant court un grand risque de carie dentaire que tu devras faire réparer à grands frais de tes propres poches. Si t’avais à coeur le bien-être de tes enfants, tu le saurais déjà, t’sais.

Phase #3 : les lunchs

C’est pas parce que t’as mangé des sandwichs pain-blanc-jambon-moutarde toute ta scolarité, même à l’université, qu’il en sera de même pour ta progéniture. Que nenni ! L’école a une politique stricte. Le lunch doit correspondre aux critères d’une alimentation riche-et-variée-semi-végé-comprenant-au-moins-trois-des-quatre-groupes-alimentaire-du-Guide. Si t’oublies une seule fois cette règle pis que tu envoies deux fois de suite du macaroni, on te ramènera vite à l’ordre via un mémo dans la pochette courrier.

À ça s’ajoute l’optique des lunchs zéro-déchet. Chaque matin, donc, tu vas devoir t’empresser de déballer tous les trucs achetés en portions individuelles parfaites pour les lunchs et mettre le tout dans des plats de plastique réutilisables, tout en soupirant de voir ton bac à recyclage déborder. Plats que tu laveras à grands coups d’eau chaude pendant vingt minutes chaque soir. Zéro-déchet, yeah right !

Phase #4 : les concours

Oui, je parle bien ici des cubes, toutes sortes confondues, dans le but de faire bouger ton enfant pis d’y apprendre quelque chose. Heureusement que t’as un carnet à remplir pour te rappeler qu’un bon parent, ça doit faire des activités éducatives et sportives avec son enfant t’sais. Un damné carnet qui va lui valoir des reproches à grands coups de comparaison demain matin si t’as pas couru tes deux blocs de quinze minutes.

Mais c’est pour le mieux. Parce que c’est bien connu que pendant les cinq premières années de vie, les parents parkent leurs mômes devant la télé pis attendent que le temps passe, t’sais. Une chance que l’école est là pour intervenir. Quand tu y penses, tu te dis que c’est surprenant que ton p’tit soit toujours en vie et en forme malgré les cinq dernières années que tu viens de passer à l’élever, toute seule, sans personne pour te dicter quoi faire.

Phase #5 : les règlements

Je ne sais pas comment ça se passe chez vous, mais par chez nous, pas le droit d’utiliser le stationnement de l’école pour venir chercher les p’tits sous prétexte que ça va nous faire du bien de prendre un marche. L’école nous demande, à moi, mes p’tits pis mon nouveau-né dans sa coquille, de se parker à deux ou trois coins de rue pour prendre l’air. Really.

Pas le droit non plus de courir sur le trottoir de l’école. Ni de grimper sur quoique ce soit qui ne ressemble pas à un module de jeu. Même en ma propre présence. Même pendant qu’on marche, en route vers le char parké un kilomètre plus loin.

Phase #6 : les amis

OK, ce bout-là, c’est pas du ressort de l’école. Reste que Fiston risque fort probablement de revenir à la maison avec des drôles d’expressions venant de son nouvel-plus-meilleur-ami aussi connu sous le nom de p’tit bum de la cours d’école. Bon, peut-être que le bum va donner de la confiance à ton p’tit pis que c’est ton jeune qui va modérer le bum t’sais. Tu laisses donc Fiston gérer ses amitiés parce que t’as pas juste ça à faire car il faut que tu t’assures que la provision de fruits et légumes frais est à jour pour offrir des collations santé légales et que le lunch réponde aux critères élevés de qualité. Il faut aussi que tu penses et prépares tes activités éducatives et sportives qui vont remplir un maximum de cubes – faudrait pas que fiston passe pour un enfant dont les parents ne s’occupent pas t’sais! – tout en prévoyant comment gérer les siestes de bébé pour aller chercher ton grand à l’école sans trop le déranger.

Lâche pas la patate la mère. C’est pas parce que tout le monde veut te dire comment élever ton enfant pis gérer ton quotidien que ça veut dire que tu fais mal ta job. Moi, je te lève mon chapeau bien haut pis je te dis d’en prendre pis d’en laisser.

Après tout, c’est toi le parent, c’est toi le principal responsable de l’éducation de ton enfant pis tu le fais remarquablement bien.

La Collaboratrice dans l'Ombre
LA COLLABORATRICE DANS L’OMBRE

5 thoughts on “Comment t’as perdu le contrôle de l’éducation de ton enfant : l’école primaire

  1. Maman escargot Répondre

    C’est exactement ça (sauf la partie stationnement).
    Et je vais ajouter : Vive la scolarisation à domicile! Enfin la paix!

  2. cedric tremblay-fournier Répondre

    90% des règles sont faites pour les 10 % des gens qui n’utilisent pas le gros bon sens.
    Si tu prépare des lunchs santés ect, tu donnes des fruits entiers sans sucres libres donc ça ne te concerne pas trop tu sais? De plus, 2 repas sur 3 sont mangés en famille et devrait être cuisiné. Si tu considère le macaroni (peu importe la sauce) comme un repas santé a donner plusieurs midis, retourne a la case sucres/glucides. Après, si tu as besoin d’avoir le sentiment d’être hot parce que tu comptabilise les cubes en les prévoyants a l’avance, tu n’as pas compris l’idée derrière le système et tu devrais commencer à penser à être un modèle pour ton enfant et non pas pour les autres familles.

  3. cedric tremblay-fournier Répondre

    dsl pour les fautes dans le dernier message 😉

  4. Moi Répondre

    Ça prend bien quelqu’un qui a le sens des exagérations et qui a le regard pointé sur son nombril pour écrire un article comme cela! Franchement, je vous suggère de changer d’école ou mieux, de scolariser vos enfants à la maison parce que de toute évidence, vous n’êtes pas heureuse.

  5. Isa Répondre

    Ça fait du bien à lire !!! Autant que les commentaires du style moi je l’ai l’affaire ! MDR!!!!
    Vivre et laisser vivre ça serait tu pas assez beau !! Tsé si les gens qui pensent en connaitre plus que les parents apprenaient à garder ça pour eux tant qu’on leur demande pas. Mais les Germaine… haaaa…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *