7 conseils pour survivre à un souper de la belle-famille

souper fourchette

C’est dimanche. Soir du fameux souper chez la belle-mère. Ce souper aussi excitant qu’une séance de magasinage de bobettes blanches Fruit of the loom. Je sais que t’as déjà épuisé ta banque d’excuses de gastro, de rhumes, de la mort du chat-que-t’as-même-pas, de conflits d’horaires et de projets scolaires d’enfants.

À c’t’heure, t’as juste pas le choix d’y aller.

C’est évident que ces deux heures du mois-là sont pas tes préférées. Elles sont même souffrantes à vrai dire. Tu l’aimes ta belle-famille, mais comme le dit le célèbre et nouveau proverbe, loin des yeux, près du coeur. Autrement dit, moins tu les vois, mieux tu te portes.

Question de survivre à ta soirée, voici quelques conseils.

#1  Prends une p’tite coupe avant de partir

Ça va te mettre dans l’ambiance. Laisse ton chum conduire par exemple. Tu peux aussi manger un p’tit quelque chose au cas, parce que t’sais les compétences culinaires de ta belle-mère…

#2  Amène du vin

Pour continuer sur ta lancée, amène du vin et qu’on se comprenne bien, ce n’est pas dans le but de l’offrir comme cadeau d’hôtesse.

Ça te prend trois bouteilles. Une pour l’apéro, question de  t’aider à oublier le beau-père qui te fait des jokes cochonnes douteuses, une pendant le souper, pour descendre les côtelettes de porc pas mangeables et le chou-fleur trop cuit et finalement une pour le dessert pour t’éviter de prendre une deuxième portion de mauvais gâteau en boîte qui va inévitablement alimenter tes bourrelets d’amour.

#3  Sois stratégique

Si t’offres ton aide pour préparer le souper, tu seras immanquablement pognée à parler d’arthrite et de la couverture du 7 jours/La semaine/Le lundi avec la belle-mère. Propose-lui plutôt de mettre la table. Comme ça, tu vas pouvoir sacrer ton camp dans la salle à manger et avoir la sainte paix un gros cinq minutes.

Tu peux aussi te replier vers les jeunes enfants de ta belle-sœur. Ça va lui donner un break et tu vas monter dans son estime personnelle. En plus, t’as pas besoin d’avoir une conversation super soutenue avec une toddler de deux ans.

#4  Reste silencieuse lors des discussions animées

Ton beau-frère et ton beau-père s’obstinent encore sur la rivalité disparue Canadiens-Nordiques ? Prends une gorgée de vin et fais un beau sourire. Mêle-toi-zan pas, sinon ça finit toujours par dégénérer. Au cas où tu ne l’aurais pas remarqué jusqu’ici, l’alcool est vraiment ton meilleur allié dans un souper de belle-famille.

#5  Imagine quelqu’un de ta belle-famille en string ou sur le bol de toilette

Si t’es du genre à avoir une belle-famille coincée ou un peu snob, ça devrait te détendre et dédramatiser la situation. À utiliser aussi si la soirée se déroule vraiment mal et que t’as particulièrement besoin de t’évader.

#6  Fais les yeux doux à ton chum

On va se le dire, les moments intimes sont plutôt rares quand t’as des enfants. Tes yeux doux risquent d’allumer ton chum et l’inciter à partir plus vite.

S’il comprend pas tes signaux insistants, utilise l’excuse d’un gros examen de math pour ton plus vieux le lendemain matin. Rappelle-toi qu’il n’y a personne contre la réussite académique.

#7  Invite-les chez vous la prochaine fois

En les invitant chez vous, tu vas avoir le choix du menu et le cellier à deux pas pour remplir ta coupe au besoin. Pis arrange-toi pour donner une date ben ben loin. Ils vont avoir le temps de l’oublier. Pis tant qu’à y être, invite ta famille en même temps. Ça va te faire du soutien moral!

Lâche pas, huit heures s’en vient !

La Collaboratrice dans l'Ombre
LA COLLABORATRICE DANS L’OMBRE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *