L’inscription aux loisirs

maman ordinateur panique

T’sais, y l’ont dit sur Internet. C’t’important la culture, pis les loisirs, pis le sport. En fait, c’est tellement crucial au développement de ta portée que s’ils en ont pas assez, y vont finir ignorants. Pis paresseux. Pis mous. Tu les vois déjà mous, avachis dans ton vieux divan à 29 ans, à pas être capable de répondre aux questions de niveau Première année à la Guerre des clans. Pis juste c’t’idée-là, ça te glace le sang.

Fait que quand sort la programmation des loisirs de ton arrondissement, tu feuilletes ça comme la sacro-sainte bible du développement enfantin. Vas-tu opter pour la claquette-écoresponsable-funky-trilingue, la méditation-pleine-conscience-TRX-artistique ou ben la poterie-végane-sumo ??? Tu sais pu où te pitcher tellement le choix t’étourdit, pis t’écrases d’angoisse sous les responsabilités qui t’incombent. Et si tu choisissais mal ? Et si tu passais à côté du talent unique et distinctif de ton rejeton pis qu’il finissait quand même sur ton divan, mais à cause de toi pis de tes choix ??? Fait que tu sors tes algorithmes, ton agenda des 12 prochains mois, la liste d’intérêt de #1, #2 et #3, la liste des 100 métiers les mieux payés du monde pis t’essayes de ton mieux de faire fiter tout ça ensemble. T’es genre un peu déçue quand tu finis par conclure que ça va bêtement être la natation, mais bon, à la guerre comme à la guerre.

Quand le jour J sonne, t’es comme une guerrière devant ton ordinateur. À 9h58, t’es devant ton clavier, la bave aux lèvres et le regard vitreux, pis tu focusses sur le nouveau but ultime de ton existence, c’est-à-dire inscrire toute ta gang dans le groupe des Canards. À 10h01, en hululant de bonheur, tu réussis à rentrer sur le site pour te rendre compte que t’es 458 ème en ligne. Pour t’inscrire. 458 fucking canards dont la maman a été plus vite, plus rusée, plus forte, en d’autre mots, ben meilleure que toi. Le mal de cœur te pogne quand danse devant tes yeux l’image de tes trois ados blancs effoirés dans le divan. Fait que tu serres les lèvres, pis tu patientes jusqu’à ce que ce soit ton tour. Pis là, tu t’aperçois que tu t’es fait avoir, que l’inscription commence juste à 13h00.

De déception pis pour garder tes visions au loin, tu te prends un petit verre de blanc pour te garder détendue jusqu’au moment J. Pis un deuxième. Pis quand arrive le moment des inscriptions, t’es passablement zen pis tu te sens pas mal créative dans ton inscription. Incroyablement chanceuse de pouvoir accéder au site du premier coup, tu te prends d’un coup pour Super women pis la Reine de la culture mélangées. Tu vois ta gang aux olympiques, tsé, Phelps c’t’un débutant. Perdue dans une mer de codes, d’horaires, de titres pis de lieux, tu deviens vite mêlée. Pis t’angoisses. Tu navigues sur le site avec frénésie, hésitant au passage devant la danse rap, la cuisine thaïlandaise pis le mandarin langue seconde. Ça fait que quand tu trouves le cours des Canards, tu t’sens comme si tu avais gagné le gros lot. Tu pèses sur le piton, joyeusement, une fois, deux fois, trois fois… pis envoye donc ! Tu passes à la caisse, certaine de ton choix pis contente d’avoir vaqué à tes devoirs et d’avoir épargné à ton divan chéri le poids futur de ta portée grandissante.

Pis c’est là que tu te rends compte que dans ton ivresse d’avoir évité le pire à ta gang, tu t’es toi aussi inscrite dans le cours des Canards pis que tu vas devoir, toi aussi, dire adieu à ton divan le dimanche matin.

Maman Au Cube
MAMAN AU CUBE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *