La réalité de la cuisinière médiocre en 7 points

femme cuisine

Habituellement, ça va de soi. Une maman fait bien à manger. Ça sent le réconfort dès qu’elle approche un fourneau. Une maman, ça peut manipuler par l’estomac tout être vivant de sa lignée. Presque 100% des gens que je connais vendraient leurs avoirs à crédit même à un menteur pathologique édenté contre deux semaines de petits plats maternels bien enlignés dans le frigidaire.

Sauf que toi, tu n’es pas cette maman. Fait chier. T’as beau avoir une mère cuisinière de métier, c’est ton chum qui remporte le titre du cuisto irremplaçable. Tu t’améliores comme tu peux mais tu pars de ben ben loin.

#1  La définition de la gastronomie

Avant de devenir mère, la gastronomie pour toi, c’était de t’acheter une couronne de crevettes.

#2  Le repas favori

Ton repas favori est sans conteste la boîte de 9 pizzas Bagel Bites.

#3  Manger n’importe quoi en tout temps

T’es tellement pas difficile que tu pourrais manger du chat de ruelle en tartare dans un endroit louche et que tu n’y verrais que du feu. Tu ferais même sûrement une critique cinq étoiles sur la page Facebook du restaurant en question. Pour toi, manger, c’est remplir ton bide. Ça peut être du pain blanc, des Honey Combs, une beurrée de Paris Pâté, l’important, c’est que ce soit efficace.

#4  Ton premier mijoté

La première fois que t’as fait un mijoté, t’étais capable de nager dans le déni même si ta palette de boeuf était dure comme une fesse de Beyoncé. Jusqu’à temps que ton chum pique dans son assiette le papier absorbant d’emballage de la viande.

#5  Les recettes créatives

Ton chum est capable de prendre une recette de niveau compétition-culinaire de haut niveau avec aucune intention de se faire des amis, changer arrogamment un ingrédient important pour un autre et la rendre MEILLEURE. Dernière fois que t’as réussi à ne pas déprécier une recette, c’est en manquant de lait pour ton Kraft Dinner. Tu le trouvais plus onctueux avec de l’eau.

#6  Les recette faciles

Ton chum a plusieurs bibles, qui sont en fait ses livres de recettes, qu’il caresse quasiment quand vient le temps de planifier un BBQ super difficile qui demande un timing à donner une psychose. Plus c’est tough, plus il est content. Pendant ce temps, t’es passée maître dans l’art des recettes trouvées grâces aux mots-clés steak haché, quatre ingrédients et micro-ondes.

#7  Le BBQ

Parlant de BBQ, t’as ouvert le tien pour la première fois cet été, à trente-cinq ans. Tu shakais de la babine inférieure et tes genoux ont failli plier dans l’autre sens en pesant sur le piton.

Bref, même ton fils te rappelle parfois que t’es bonne dans bien des choses mais que pour la nourriture, c’est papa qui l’a.

Pis en même temps, tu trouves ça bien correct. Dehors, les stéréotypes !

Envoye aux fourneaux le père !

 

Annie Richard
ANNIE RICHARD

2 thoughts on “La réalité de la cuisinière médiocre en 7 points

  1. Claudine Répondre

    J’ai réussi à manquer un pouding instant.

    Ça en dit long.

  2. Émilie Répondre

    Je trouve ça super que les gars d’aujourd’hui prennent leur place dans la cuisine.
    Il y a 50 ans, tu te serais tapé quand même la préparation de tous les repas malgré ton incompétence culinaire et la salière aurait fait le tour de la table dans l’intention ultime de rendre le repas comestible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *