La maladie de l’enfantement

femme fièvre

On va se le dire, t’es souvent à boutte c’est temps-ci et pis quand on te cherche, c’pas ben long qu’on te te trouve dans le bordel de ta petite cuisine en train de mâchouiller une série de mots religieux. Mais il reste quand même des jours où ta maisonnée baigne dans la tendresse et que t’es pas obligée de rattraper une flopée de yogourt pis de faire jouer en boucle le p’tit gars chauve à la voix fatigante en guise d’échappatoire. Y’a des jours où ta chère patience revient du diable vert au grand galop accompagnée d’une ben belle maladie. Ouais. La maladie de l’enfantement.

Parce que la toute première fois que t’as attrapé ce satané virus-là, c’était à une époque rayonnante de ta vie alors que sur ton existence vaporeuse et agréable ne planait plus l’ombre d’un doute que c’était pour être ton chum le bon. Et pis parce que cet homme-là, tu l’avais assez dans la peau pour que ton petit ait ses yeux, ses fossettes pis son sourire.

La maladie de l’enfantement,  c’est rusé en maudit, t’sais. Parce qu’au début, sous son emprise, ton chum pis toi avez convenu d’un commun accord que votre enfant, ça allait être un enfant unique. Cours de groupe, voyage et bricolage, le tout punché d’un régime épargne-étude salé, chéri pis toi lui dessineriez un avenir solo des plus prometteurs.

Ça fait que vous avez mis le paquet pour l’arrivée de votre mono-enfant tu comprendras. Vous lui avez offert une chambre royale avec système de surveillance caméra infrarouge et pis toi, nostalgique que-le-yab, t’as voulu immortaliser ton unique et dernière bedaine chez une photographe hors de prix.

Tu pensais être totalement guérie de cette affection jusqu’au jour où, en compagnie de ton prodige-pas-de-dent alors que tu te perdais dans le fin fond de son regard pur et exempt de toute rébellion, tu as ressenti d’étranges manifestations. C’est à ce moment-là que la maladie s’est propagée dans tes veines pis les symptômes sont apparus à nouveau.

L’affaire, c’est que la maladie de l’enfantement devait mettre en œuvre sa stratégie le plus rapidement possible et ce avant la grosse débarque parentale qu’entraînent la dentition, l’affirmation de soi et la réception de la première claque sur la boîte du parent en guise de non-j’veux-pas-de-bec-ok.Ça fait que la maladie s’est rapidement mise à te chuchoter à l’oreille des phrases persécutrices comme quoi ce serait immonde qu’à votre mort, aucun frère ni soeur ne puissent être là pour accompagner ton chérubin, t’sais. Et ton cœur de mère et pis tes racines de colonisatrice-à-l’utérus-facile s’en mêlèrent joyeusement. Parce que toi, tu étais finalement déjà prête et tu voulais replonger dans l’amour inconditionnel, t’y baigner encore et encore.

Ça fait qu’il t’en fallait un autre tu-suite-là-là.

Il était clair, net et non-négociable que ce deuxième et dernier rejeton viendrait clore la boucle familiale. Mais contre toute attente aujourd’hui tu te retrouves encore bouche bée devant un petit cœur édenté qui te sourit, les quatre fers en l’air. Et tu fonds. T’as pas encore trouvé de mots assez beaux pour décrire son doux visage quand tu entres dans son champ de vision. Ça prend pas un bac à l’université pour comprendre qu’il crépite de mille feux d’amour pour toi ce deuxième enfant-là, t’sais. De ton bord, tu l’aimes tellement qu’il te vient l’envie de le manger à commencer par ses petites cuisses bien dodues.

Ça fait que t’en viens à te demander comment t’en sortir de cette fâcheuse maladie de l’enfantement.

Tout ça en allant zyeuter sur le net les VUS version monstre.

Ouin, t’es faite ma vieille. La maladie de l’enfantement te lâchera pu.

Dis-toi que c’est mieux que le choléra.

Stéphanie Hébert

     STÉPHANIE HÉBERT


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *