Le temps, ce grand disparu

horloge pixabay.com

Ça y est. Tu es en plein travail. Alors que les contractions t’arrachent les entrailles à toutes les deux minutes, tout ce à quoi tu penses c’est achevez-moi que tu vas bientôt connaître ton bébé. Quand l’adrénaline va redescendre pis que le doc va finir sa job de couture, tu vas sombrer dans un état second, épuisée. Tu te sens crevée, mais tellement puissante en même temps. Ce que tu réalises pas, c’est que cette fatigue qui s’est installée en toi, elle est là pour toujours. Parce que le temps pour toi, pour te reposer pis reprendre le dessus, tu peux faire une croix dessus.

On va te dire de profiter du temps que tu es à l’hôpital pour te reposer. Oui oui, repose-toi maman entre les visites des stagiaires, infirmières, auxiliaires, médecins et pédiatres. Si t’es chanceuse tu vas peut-être avoir deux heures de suite de lousse pour dormir… Ah, attends, non, le bébé a faim. Pis sa couche est pleine. Après quelques heures jours passés en néonatalité, la vérité c’est que tu vas avoir vraiment hâte de rentrer chez vous et d’être tranquille.

Anyway, tout le monde le dit, un bébé naissant c’est pas d’ouvrage, ça fait juste manger et dormir. Fait que pourquoi, au bout de deux jours chez vous, tu portes encore le même linge qu’à ta sortie de l’hôpital et tu brailles comme une madeleine parce que t’as pas le temps de prendre ton bain de siège ? Parce que, ma belle, ton bébé, il s’adapte len-te-ment à sa nouvelle réalité, pis toi, tu apprends à le connaître, à le nourrir, le laver,  à limer ses p’tits ongles beaucoup trop mous pis j’en passe. T’as jamais vraiment fini que le cycle recommence. Vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Sept jours sur sept.

Si tu veux survivre aux premières semaines – et prendre tes bains de siège – t’as besoin de revoir de façon radicale tes besoins. Je te conseille de les définir en trois catégories : primaires, secondaires et tertiaires.

Les besoins primaires sont ceux qui sont essentiels à ta survie, les secondaires peuvent être considérés quand même importants et les tertiaires, c’est du crémage sur le gâteau. Pour déterminer l’importance de tes besoins, tu dois te demander ce qui compte le plus pour toi quand tu réussis à avoir dix minutes de libre : manger, dormir, te laver, faire caca, scroller ton facebook… etc. Parce que le moment ne repassera pas.

Pour te sentir à nouveau une personne à part entière, peut-être qu’aujourd’hui tu as absolument besoin de te laver les cheveux. Si tu es encore en mode survie, faut que tu penses à dormir pour redonner une p’tite coche à ton lapin Energizer. Pis des fois, juste pour te sentir un tant soit peu active socialement, t’as envie d’aller scèner les photos de tes amis sur le net. Tes besoins peuvent sauter d’une catégorie à l’autre dépendamment où t’es rendue dans ton mess. Personne ne peut définir mieux que toi tes priorités du moment.

Cette définition des besoins là, ça se fait aussi à deux. Il faut que chaque parent ait la chance d’assouvir ses besoins primaires avant que l’autre en soit à combler ses besoins tertiaires. Par exemple, ça ne va pas du tout si ton chum est en train d’améliorer son score de Candy Crush alors que tu n’as pas réussi à te brosser les dents depuis trois jours.

En passant, si tu es seule à la maison avec le bébé, on devrait te donner une médaille de bravoure. Sérieusement.

Ensuite, la bouffe. On n’en parlera jamais assez. C’est super d’en faire d’avance parce que tu n’auras clairement aucune minute à consacrer à ça. Par contre, n’oublie pas que les restaurants se battent pour t’aider. Oui, c’est bad pour ta shape post-partum déjà pas vargeuse, mais tu le mérites, tu viens de donner la vie t’sais. Des fois, ça peut faire LA différence dans ton moral de ne pas avoir à manger un petit plat poche réchauffé deux minutes au micro-ondes. Faut juste que tu saches qu’il y a deux façons de manger : en une minute debout sur le coin du comptoir ou étalé sur trois heures, ce qui a l’avantage de te sauver un repas puisque tu vas dîner et souper en même temps.

Pour t’aider à ne pas virer crackpot, il faut aussi que tu développes ton multitasking. Apprends à manger en allaitant. Ça prend une couple de jours pour réussir, mais après ça, sky is the limit. Tu viens de sauver une bonne heure par jour que tu pourras consacrer à prendre ta douche pis faire du lavage. Pis une couple de graines de toasts sur la tête de bébé, ça fait pas mal. Par contre, je ne te le conseille pas nécessairement si tu manges de la soupe. Si tu donnes le biberon, alterne les boires avec l’autre parent pour que chacun votre tour vous ayez le bonheur de manger frette.

Ça t’aide-tu? Maintenant, va faire caca même si t’as pas envie. Ça va être fait. Pis tu peux même apporter ton cell sur la toilette pour combler un besoin primaire et un besoin tertiaire du même coup.

Multitask chère, multitask !

Annie Fréchette

          ANNIE FRÉCHETTE


Une réflexion sur “Le temps, ce grand disparu

  1. Magali Répondre

    TELLEMENT! Je braille de rire en ce moment: des petites graines de toast sur la tête, c’est vrai que ça ne fait pas mal 😂😂😂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *