T’élèves une chochotte

enfant pleure
Crédit : katyashut / 123RF Stock Photo

Élèves-tu une chochotte ? Un modèle two thousand qui n’a pas le droit de crier dans la maison, de pleurer pour rien, de rouspéter sous tes ordres pis de se fâcher devant ta grande sagesse ? Une version améliorée de l’enfant typique des années soixante-dix qui partage à qui mieux-mieux avec tout le monde quitte à donner un rein à son prochain et qui ne doit jamais dire caca-pipi-poil ou yes-j’ai-gagné sous peine de t’auras-pas-de-iPad-avant-jeudi ?

Tu te fais un devoir d’apprendre au fruit de tes entrailles à partager avec son prochain. Tout partager. Partager son jouet, partager son jus, partager sa collation-pas-de-peanuts. En pleine lecture du nouveau bestseller de Pat Patrouille version carton, si un dix-huit-mois baveux s’approche de la chair de ta chair en tendant les bras, tu lui ordonnes de lui refiler ledit livre pour être smart. Le partagerais-tu, toi, en pleine lecture, ton roman des Cinquante nuances de Grey, un peu graissé, parce qu’une totale inconnue un peu excitée t’accosterait dans la rue en te l’arrachant des mains sous prétexte qu’on partage dans la vie ? Une fois sorti du grand monde de l’enfance en pain d’épice dans la vraie rue avec des vraies autos qui écrasent les vrais gens, peux-tu me dire quel adulte partage à qui mieux-mieux son auto sur la quarante, son bicycle en pleine piste cycable, ses DVDs  au beau milieu d’un film pis son ordinateur portatif en pleine rédaction ? Je t’entends quant tu me dis que le partage est une valeur que tout parent doit inculquer à ses enfants pour qu’on vive dans un monde meilleur. Pis je te dis oui. Certainement. Sans sombrer dans l’extrémisme. En lui laissant préférablement la collation qu’il a déjà dans la bouche. Et en lui apprenant que ça se peut aussi, quelque chose qui n’appartient qu’à lui. Parce que la vie est aussi faite de ça.

Tu l’encourages comme une cheerleader euphorique dans tout ce qu’il entreprend en passant par le jeu de mémoire version Minions, l’initiation au soccer et la course à pied entre amis. Comme il est jeune et plus ou moins doué, qu’il court comme un pantin dont les membres sont reliés avec des cordes et qu’il a autant de motricité fine qu’un ours polaire, il perd plus souvent qu’autrement dans un tonnerre de larmes et de boudage en bonne et due forme. Boudage auquel tu réponds systématiquement par un classique l’important-c’est-de-participer. C’est vrai. L’important c’est d’avoir du plaisir. C’est à la base de toute chose. C’est un fait. Tu ne veux pas créer un monstre avide de victoire qui fait la gueule devant chaque défaite.

À c’t’heure, je t’invite à recracher la pelletée de sable que t’as dû manger en enfouissant ta tête dedans; dans la vraie vie, celle où les Calinours ne se promènent pas dans des chars en nuage, tu ne récolteras rien de plus tangible que du plaisir pis un toutou laitte à la foire avec ta participation. Pis aux dernières nouvelles, ni l’un ni l’autre ne met de beurre sur tes toasts. La compétition, la pratique pis l’effort à la sueur de ton front, ça fait partie de la vie. Pis il y en aura toujours un plus fort que l’autre. Life sucks t’sais. Si tu veux réussir, un bon moment donné, il va falloir que tu gagnes. Que tu gagnes quelque chose de mérité. Mais il va ben falloir que tu gagnes quand même. Ça fait que quelque part, à travers ton apprentissage de la participation qui n’en demeure pas moins importante, n’oublie pas d’insérer « le plaisir de se dépasser et la fierté de gagner » quelque part. Parce qu’à vingt ans, ta progéniture ne décrochera pas son diplôme en participant pis c’est toute qu’une chance. Te ferais-tu soigner, toi, par un docteur qui a mis le grappin sur son diplôme avec une moyenne de 40% pour cause d’excellente participation ?

Si la chair de ta chair excelle dans une discipline ou qu’elle gagne cette fameuse course à pied qu’elle perdait systématiquement chaque fois et qu’elle crie victoire, tu la soudoies d’être heureuse moins fort. T’sais, en compassion pour ceux qui ont perdu. En lui envoyant le message de rester petit dans sa victoire. Don’t go big body. Stay small for the losers. Tiens-toi le bien pour dit, je déteste les gens qui te crient leur victoire dans les oreilles avec leur sourire arrogant mais je ne tairai jamais la fierté d’un enfant.

C’est tout à ton honneur de vouloir faire de ta progéniture un Gandhi, mais ce qui serait formidable, c’est qu’il lui reste deux ou trois traits de caractère au-delà de la copie conforme de la Mère Thérésa que tu tentes parfois de faire de lui  le jour où il volera de ses propres ailes.

T’sais, comme toi, personne ne m’a remis le mode d’emploi et je n’ai pas reçu la science infuse en échange d’une dent de lait sous l’oreiller. T’en prends, t’en laisse. Mais un jour ou l’autre, ta progéniture s’envolera vers l’avenir et si elle pensait virevolter à outrance avec les papillons dans un champ bucolique, ça se peut qu’elle prenne toute une débarque si tu ne l’as pas prévenue de l’existence des baywindows.

 logo parfaite maman cinglante


2 thoughts on “T’élèves une chochotte

  1. F Répondre

    Anglissismes quand tu me tiens! Pourquoi tant de mots anglais?

    1. La Parfaite Maman Cinglante Répondre

      Les anglicismes contenus dans ce texte font partie intégrante du langage couramment parlé au Québec et c’est dans ce langage, celui que nous utilisons tous les jours, que nous souhaitons nous adresser aux lecteurs. Je suis personnellement d’avis que la langue française n’est pas coulée dans le béton. C’est une langue vivante qui fluctue, aux couleurs qui varient, et c’est ce qui en fait la beauté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *