Les 5 commentaires qui vont t’aider à concevoir

spermatozoide pixabay.com

Un beau matin, ça t’a frappé. Une bulle t’es montée au cerveau, pis toi aussi tu t’es dit : je veux des enfants. Peut-être que tu trouvais tes déjeuners trop tranquilles?

Fébrile, tu t’imaginais déjà câliner un beau bébé dans un halo de lumière ? Woooo là, attends un peu fille. Faut encore le faire c’t’enfant là!

Ça va être facile que tu te dis, après tout, ta voisine a réussi à planifier sa grossesse sans pour autant scraper sa saison de bikini. Je te le souhaite pas ma grande, mais faire un enfant, c’est pas toujours « la partie le fun ». Autant te préparer tout de suite, si ça te prend plus que trois mois, voici le top 5 des commentaires qui ne risquent pas de t’aider à concevoir :

#5  Ton chum doit pas t’acheter assez souvent de fleurs !

Wow! Pas d’autres mots! Juste wow! Si on devait notre capacité à procréer aux belles attentions de la gent masculine, ça ferait un méchant boute que l’humanité se serait éteinte! Mais y’a un fond de vérité, ton chum t’achète pas assez de fleurs.

#4  Faut que ça te tente t’sais !

C’est certain qu’au départ, tu t’imaginais faire ton enfant après un souper romantique, dans ta belle chambre, avec une lumière douce, un fond de Barry White, un petit massage pis plein de mamours parce que c’est tellement beau créer le fruit de votre union. Mais la réalité, c’est qu’après un certain temps d’essais infructueux, non, c’est plus aussi palpitant. C’est plus du genre « Grouille-toé de finir de dîner il nous reste juste dix minutes avant de retourner à job» ou encore la très classique p’tite vite entre deux périodes de hockey.

#3  Te mets-tu toujours les jambes en l’air après l’acte ?

C’est bien connu t’sais, toutes les femelles du règne animal adoptent cette posture glamour pour parvenir à reproduire leur espèce. Malgré tout, je le sais que tu vas quand même essayer. Pis c’est ben correct. C’est pas cute cute, mais c’pas grave. Tu peux même prendre un cours de yoga si tu veux améliorer ta flexibilité. Dans le pire des cas, ça pimentera peut-être ta vie sexuelle ?

#2  Vous n’êtes peut-être pas faits pour avoir des enfants ?

Celui-là, je te ferai pas de cachettes, il fait mal. Quand une éventuelle parentalité devient la chose la plus importante pour toi et qu’on te dit que ce n’est pas pour toi, tu restes bouche bée. La réalité, c’est que ça veut rien dire. Tu le sais qu’il y a des mauvais parents, pis qu’avoir un enfant, ça va pas au mérite. Mais si on revient à la grosse base, si t’as un utérus et ton chum a des couilles, vous êtes faits pour être parents, point à la ligne.

#1  C’est dans ta tête !

Le plus connu et répété. Le fameux « arrête d’y penser pis ça va arriver ». Je le sais, c’est arrivé à la cousine de mon ex-beau-frère! La vérité, c’est que l’infertilité c’est une maladie. Oui ça peut friser l’obsession par moments, mais ça demeure une affection médicale reconnue. Peut-être que la fameuse cousine a eu des traitements à dix milles piastres, mais l’histoire le dit pas ça. On continue d’entretenir le mythe du lâcher-prise. By the way, tant mieux si y’en a pour qui ça marche, mais c’est dur d’arrêter d’y penser quand t’es à l’affût du moindre signe de ton corps t’indiquant une ovulation/menstruation/grossesse.

Bref, ce que j’ai le goût de te dire ma grande, c’est de pas lâcher. Chante-toi une chanson dans ta tête quand t’es pu capable de ces commentaires de marde pis bois un bon verre de vin, même si tu trouves que t’as les seins drôlement sensibles aujourd’hui.

 

Annie Fréchette

           ANNIE FRÉCHETTE


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *