Le p’tit détestable du parc d’à côté

enfant désagréable parc

T’sais lui là. Non, l’autre là, le p’tit gars au parc, le p’tit hyperactif sur le terrain de soccer, l’enfant des autres. T’sais celui qui te regarde avec les yeux d’un enfant qui le sait ben que trop que t’es pas sa mère pis que tu peux pas le chicaner. Le petit en rouge, qui attend que t’ailles le dos tourné pour sacrer une jambette de pro à ton kid de quatre ans. T’sais celui qui, à la garderie, collectionne les heures dans le coin de retrait. Celui qui s’est déjà fracturé un doigt, une jambe et sacrifié un coin de palette sur un plancher de bois franc. Tu le reconnais n’est-ce pas? T’es pas sûre? T’sais là, celui qui te fait penser à Denis la p’tite peste et qui te fait soudainement comprendre le sentiment qu’éprouvait le vieux voisin envers cet enfant carrément détestable ? Bon, enfin, la v’là l’image parfaite.

Bon ben lui, fouille-moi pourquoi, mais mon enfant l’attire. On dirait qui s’dit : « Ouain, toi, t’as ben que trop l’air sage avec tes p’tits cheveux blonds blancs et tes yeux bleus pétants. J’me donne comme défi de faire sortir le démon en toi!  »

Si t’as déjà vécu la même situation que moi c’est à ce moment précis que tu te surprends, telle une mère indigne, à moins aimer cet enfant. Un sentiment intense et incontrôlable qui part de tes orteils jusqu’au bout de tes oreilles. Tu tournes ta langue sept fois, tu rumines par en dedans. Une partie de toi à l’goût d’y dire de sacrer la paix à ton enfant mais en même temps, t’as pas trop sizé  le caractère d’la mère pis t’as pas envie de donner un spectacle dans l’aire de jeu du McDo. Tu t’contentes de le regarder avec ta plus belle paire de gros yeux digne du chat dans Alice aux pays des merveilles après son douzième café tout en espérant que sa mère, qui Facebook sa vie, ne t’auras pas vu juger son enfant des yeux. T’as l’goût d’y faire des Pssssht!-Pssssht! comme on fait aux chats qui viennent errer sur notre balcon pour qu’ils aillent jouer plus loin.

Pis après, un sentiment de culpabilité soudain t’envahit pis t’essayes de te convaincre que c’est juste un enfant pis que c’est pas grave. T’entends la voix de ta mère dans ta tête qui te répète que toi aussi t’as déjà été jeune pis que tu faisais donc pire.

Ça fait que t’empoignes ton cell pour aller sur Instagram poster une photo de ta progéniture dans le module en prenant soin d’écrire qu’il a donc ben du fun avec ses nouveaux petits amis.

Jusqu’à la prochaine jambette.

LaurianneLoyer-Bernatchez_Web     

LAURIANNE LOYER-BERNATCHEZ


2 thoughts on “Le p’tit détestable du parc d’à côté

  1. Julie Répondre

    Ben mon fils en a un ami de meme, pis la mère indigne en moi lui a dit clairement de retourner chez lui parçe qu’il est pas fin. Pis j’ai dis aux parents de régler la situation parçe que ca se fait juste pas ce qu’il fait! Alors bravo d’avoir tournée ta langue sept fois, moi pas capable!

  2. Mamandunpetitdiabledamour Répondre

    Ben ce ptit gars-là, c’est souvent le miens… je voudrain souvent fondre sous le regard réprobateur de toutes ces mamans si bienveillantes qui élèvent si bien leurs enfants si sages… Malgré tous mes défauts de mère, je crois élever mes enfants de la bonne façon, dans le respect des autres pis toute…. je ne sais pas pourquoi il choisit les moins bonne des idées qui lui trottent dans la tête (besoin d’attention, vouloir se prouver, tester, être trop maladroit à se faire des amis) mais bon, c’est ce qu’il fait. Ça me brise le coeur quand je le vois ruiner ses possibilités d’amitié. .. ne soyez pas trop cruelles avec ces enfants… un enfant ça n’est pas méchant intrinsèquement, mais s’ils ne se sentent pas aimés je pense qu’ils peuvent devenir des adultes amers ou pire encore…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *