Le couple compromis (1 de 3)

Center
Lianne Viau/Flickr.com

Si vous êtes célibataire à 30 ans, la plupart des gens seront tentés de croire que ce n’est forcément pas par choix. Non mais c’est vrai, qui n’aspire pas à être heureux et à avoir beaucoup d’enfants ? N’est-ce pas l’ultime conclusion de l’histoire d’une vie heureuse ?

Toute femme célibataire rêve de se réveiller aux côtés de l’être aimé qui, tout sourire, déposerait un doux baiser sur ses lèvres avant de lui faire torridement l’amour puis de passer à la cuisine pour manger un petit déjeuner concocté dans la complicité avant d’entreprendre une fantastique promenade au Centre-Ville, main dans la main, sous la douce neige de décembre.

Le problème, c’est que ce scénario, plus ou moins réaliste, n’existe pas. Et s’il en est, il ne survivra majoritairement pas aux premières années de vie commune. Et ça, c’est la faute des compromis. Vous savez, ces petites choses que vous trouvez complètement normales de faire (et que vous faites abusivement) en début de relation et qui deviennent rapidement le tue-l’amour qui trucidera votre couple. Parce que le compromis, c’est ni plus ni moins que de mettre ses désirs de côté au profit de ceux de l’être aimé et même bien dosé, c’est chiant. Avez-vous déjà mis de l’eau dans votre vin ? Au sens propre ? Je vous garantis que ce n’est pas fameux. Au sens figuré, pour moi, ce n’est pas vraiment mieux et c’est d’ailleurs pour cette raison que j’ai volontairement choisi le célibat.

Il était donc une fois… le compromis.

La fille célibataire, que nous appellerons « Princesse» pour les besoins de l’histoire fait effectivement la rencontre du parfait gentleman dont elle a toujours rêvé que nous appellerons très originalement « Gentleman ». Elle se réveille à ses côtés après une première nuit d’amour, les cheveux en bataille, le mascara dans le front et l’haleine de cheval. Lui se retourne, la regarde, se dit qu’elle lookait pas mal mieux la veille, passe outre en se rappelant à quel point il l’a trouvé drôle et gentille, retient discrètement sa respiration et l’embrasse. Malaise. Pendant ce temps, Princesse cherche une façon discrète de se lever pour aller faire un brin de toilette et constater l’ampleur des dégâts, touche à ses cheveux, les trouve particulièrement volumineux et craint le pire pour son hygiène intime. Malaise. C’est là que le couple entreprend une relation sexuelle plus ou moins coordonnée qui tourne carré (« Me semble que ça marchait pas mal mieux hier après deux bouteilles de vin, se disent les deux parties ») en se demandant sérieusement ce que l’autre pense de son corps et de ses performances et en se promettant de prendre une douche et de se brosser les dents avant la prochaine fois.

La relation se termine avec un enthousiasme feint, Princesse se lève, gênée et part avec le drap plat du lit à la recherche de ses vêtements. Gentlemen se lève à son tour, va faire du café et s’assis à la table en se demandant ce qu’il est supposé faire. Princesse le rejoint, prend place à la table et ils assistent muets au troisième malaise depuis leur réveil. Comme ils ont tout de même plusieurs points communs, ils entament une discussion quelconque et Gentleman propose de faire à déjeuner même si le cœur leur lève et le ventre leur brasse en raison de la cuite désinhibitrice de la veille. Princesse est bien curieuse de découvrir les talents culinaires de son nouveau prétendant.

Trois œufs tournés crevés par inadvertance plus tard, Gentleman propose à Princesse d’aller faire une promenade en ville comme il fait beau. Princesse feint l’enthousiasme pour une deuxième fois et c’est lendemain de brosse, sale, sans l’intervention de son fer plat et dans ses vêtements de la veille qu’elle enfile son manteau cute de printemps et ses bottes à talon pour aller affronter l’hiver québécois. Tout en mettant ses propres bottes, Gentleman se dit qu’il faudra que tout ça soit terminé à 14h00 au plus tard pour la game de hockey Canadien-Flyers qu’il ne peut absolument pas manquer et c’est en jetant un coup d’œil à sa console de jeux vidéo avec regret qu’il referme la porte de son appartement. Dehors, c’est véritablement l’hiver et le couple se rend vite compte qu’il marche à une vitesse effrénée pour fuir le froid sibérien qui lui fouette très peu amicalement le visage. Après 10 minutes à l’extérieur, Gentleman et Princesse conviennent donc d’un commun accord de se rendre dans un café pour se réchauffer. Les cheveux complètement mouillés et écrasés par la neige, ils prennent donc place à la dernière table restante, à deux doigts de la porte et commencent à manquer de sujets de conversation tout en se claquant le vent dans le dos toutes les fois qu’un client entre. Malaise. Il est déjà 13h00. Princesse rêve d’une douche et Gentleman se demande si son reste de chips sera suffisant pour la game de 2h.

C’est ainsi que prend fin le premier rendez-vous d’un couple qui, croyez-le ou non, sera toujours ensemble 5 ans plus tard et qui, dès ses premier balbutiements, aura surutilisé le compromis.

À suivre…


Une réflexion sur “Le couple compromis (1 de 3)

  1. Xfr Répondre

    trop bon !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *